L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre
× Vous êtes dans une archive des anciens messages.
L'accès est limité à la consultation : pour posez une nouvelle question, rendez-vous dans le forum approprié.

Question Solo dans les Alpes...

  • invité
  • Portrait de invité Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Visiteur
il y a 11 ans 8 mois #25673 par invité
invité a créé le sujet : Solo dans les Alpes...
Face à soit même...et les Alpes.

Ca fait maintenant un mois que nous sommes rentrés de Corse et déjà les sentiers me manquent. La sensation de liberté, les grands espaces, l'air pure, le sifflement du vent au détour d'un col, le vide, l'extase, la peur, l'effort, la découverte de soit et de l'autre en un mot « le trekking » m'enivrent, je veux le redécouvrir.
Je suis toujours sans emploi et cette situation me pèse, je la vis mal. L'économie actuelle est au plus bat, avec les attentats du 11 septembre 2001, les 35 heures...il est difficile de trouver un job. Le tableau est noir et triste. J'ai besoin de solitude, me retrouver, combattre mon moi et défier les éléments. Tout se cogne, s'entre choc dans ma tête, il faut que je le fasse, partir seul. Dès fois l'envie me prend de vouloir endosser mon sac à dos, enfiler mes « pompes » et partir, vivre quelque chose de fort et d'unique, aller voir ce qui se passe là-bas, chez les autres, à quoi sa ressemble, être libre.

Je décide de partir en solitaire, dans les Alpes, pendant cinq jours. J'organise tout en trois journées, billet de train, équipement, nourriture, renseignements divers : météo...

Mon objectif est simple, relier Modane à Briançon le long de la première partie du GR 5. Rien de technique m'attend là-bas, juste gérer le fait d'être seul, une première pour moi. Un mini trek qui n'a rien à voir avec la Corse, 3000 m de dénivelé positive à franchir et presque 2700 m en négatif. ( en Corse 10 000 m en positif et autant en négatif ! ).
Je ne part pas pour les Annapurna ou une autre destination mythique et engagée mais juste pour décompresser comme on le dit souvent dans nos villes polluées, voir du beau, de l'authentique, du grand.

Une fois de plus mes écris sont tirés de mon journal de route.

Jour 1 / 04/08
Modane / le fort militaire

T°c : 25°c
Dept : 1066 m
Arr : 1900 m ( approximativement )
Dénivelé : + 734 m
Temps : 4h00
Alt max : 1900 m

Il y a six heures j'étais encore sur le quai de la gare de Lyon pour dire au revoir à Jessica. Me voilà après mon voyage ferroviaire entrain de crapahuter dans les Alpes. Je commence avec du retard sur mon horaire de départ du à la panne du TGV. C'est toujours aussi dure avec 23 kilos sur le dos aïe ! mais c'est la première journée. Bivouac improvisé non loin du chalet du lavoir dans un ancien fort militaire abandonner, original mais lugubre ! Le brouillard envahit la vallée et s'engouffre par les fenêtres sans verre du fort comme un fantôme. La température baisse rapidement, le sol en béton brute est glaciale. Je monte ma tante à l'intérieure et la haubane avec des pierres. C'est étrange d'être seul, des fois même stressant...mais où es tu Jessica ? !





Jour 2 / 05/08
Le fort militaire / Refuge de la Vallée Etroite

T°c : 20°c
Dept : 1900 m
Arr : 1765 m
Dénivelé : + 600 m / - 735 m
Temps : 7h00
Alt max : 2500 m

Après ma reposante nuit au fort je décide de me diriger vers le refuge du Mont Thabor pour y déjeuner. Le paysage est gigantesque. Après le GR 20 ici le relief paraît plus simple. Je passe la nuit sous le refuge de la Vallée Etroite à 1765 m, prêt du panneau défense de bivouaqué ! Je ne suis pas seul, un italien solitaire et deux français font de même. Toilette corporel improvisée dans le torrent de la Vallée Etroite...glaciale !
Enfin j'arrive à téléphoner à Jessica avec mon portable. Elle est rassurée et tien ma seur au courant de ma progression.

Jour 3 / 05/08
Refuge de la Vallée Etroite / Plampinet

T°c : 18°c
Dept : 1765 m
Arr : 1482 m
Dénivelé : + 428 m / - 712 m
Temps : 5h30
Alt max : 2194 m

La nuit fut mouvementée, orages, éclaires, pluies diluviennes...la montagne se déchaîna ! J'eus l'impression par moment qu'elle s'écroulait sous le vacarme du tonnerre. Un somnifère m'aida à dormir d'un seul oeil.
Petit matin humide et froid en solitaire autour d'un cart de café. Silence total, seul le bruit du réchaud le rompt.
L'ascension vers le col des Thures à 2106 m est agréable malgré la pluie. Le paysage est immense, forêts de sapins à flanc de montagne, lac, plaine...Dans l'après-midi le rideau de brouillard se lève pour laisser place à un décor sans limite pour des yeux peux habituer à un tel recule.
J'installe mon bivouac dans un champs au village de Plampinet à 1482 m. Rencontre d?un père et de son fils qui retape une vielle Renault de 1953. Premier coup de gaz devant moi. Une rencontre comme je les aime simple et humaine. Je fais cette étape de nouveau avec un couple de Savoyard qui parcoure le GR 5 en entier, ils sont étonnés de ce choix en solo.

Jour 4 / 07/08
Plampinet / Bergerie des Baisses

T°c : 10 à 20°c
Dept : 1482 m
Arr : 2025 m
Dénivelé : + 1047 m / - 504 m
Temps : 6h00
Alt max : 2529

Encore une nuit courte du aux bourrasques de vent. L'étape est physique avec deux cols à passer. Un à 2445 m ( Col de Dormillouse ) puis un à 2529 m ( col de Louze )
Rencontre avec un couple de jeune berger et leur chien. Ils me saluent. Nous discutons rapidement me demandant où je vais et me proposent de me loger dans leur petite maison, au fond de la vallée au milieu de nul part. Un de leur chien gardant les troupeaux de moutons me fait la fête. C'est un « Pastou », soit disant des chiens parfois dangereux comme l'indique un panneau. Ils sont là pour défendre le bétail des attaques de prédateur, ce fameux carnassier qui à temps hanter nos campagnes mais qui fait soit disant des ravages dans les Alpes : le loup !
Je décide de monter mon bivouac à la bergerie des Baisses ( sans berger ! ) limite avec l'Italie à 2025 m. Toilette à nouveau improvisée avec un vieux tuyau d'eau froide et dîner lyophiliser. Le temps est au beau fixe. Des Italiens sont étonnés par mon campement et de ce petit périple en solo, une seule chose les préoccupent la bouffe ! Les montagnes qui m'entourent sont animées de milles teintes allant du rouge feu au noir profond.
La nuit est angoissante avec le bruit des pierres qui se décrochent le long des parois rebondissant comme des balles de ping-pong, de plus il y a la hantise d'une visite, celle du loup...gloire à celui qui inventa les somnifères !

Jour 5 / 04/08
Bergerie des Baisses / Briançon

T°c : 20°c
Dept : 2025 m
Arr : 1290 m
Dénivelé : - 735 m
Temps : j'ai oublié !
Alt max : 2025 m

Retour à la civilisation, puant et fière de mon périple. La descente sur Briançon est longue et douloureuse du à problème avec mes chaussures. Visite de la ville. J'ai réussi à faire ce que je voulais en toute liberté, à mon rythme.

Mes parents apprendront seulement à mon retour l'accomplissement de mon odyssée pour ne pas les inquiéter. Le paysage fut grandiose parfois même inquiétant. Comme le disait Vauban maréchal de France sous Louis XIV sur cette région « il comprend des montagnes qui touchent aux nues et des vallées qui descendent aux abîmes ».
Dans notre chambre à Pontoise juste en face du lit une carte du monde est accrochée au mur. Tous les soirs je l'admire me disant qu'il reste tant de chose à voir, explorer et partager, mais une vie serait-elle suffisante, il faut savoir en profiter, notre existence est courte et précaire...et à deux c'est mieux !

par Romulus

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.144 secondes