L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Aimé CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #57595 par oliviergrenoble
oliviergrenoble a créé le sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
Salut tout le monde !

Je reviens d'un joli trek, en autonomie totale, de 4 jours dans le Vercors que je vous recommande pour un bain de nature .... B)

Etant à la fois accro au Vercors et à l'écriture de blogs de CR j'ai fait un petit site dont je vous donne l'adresse : :whistle:
www.rando-trekking.com/carnets-randonnee...-en-long-et-en-large

Bonne rando virtuelle .... et bonnes randos in live avec tout ce beau temps qu'on a sur la neige ! :silly:
Cordialement

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Nikozorey

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #57597 par oliviergrenoble
oliviergrenoble a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
PS : pour ne lire que le CR : allez directement à la 2° partie

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #57599 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
Salut Olivier ! :) (enfin re-salut plutôt ;) )

Merci pour ce compte-rendu très complet avec la présentation du massif et toutes les précisions, c'est top.
Je ne connais pas le Vercors Nord, ça donne des idées.

En espérant pouvoir être avec toi cet hiver pour compléter la section traversée hivernale. B)

Amicalement :)
Nico

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #57605 par floch
floch a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
Salut oliviergrenoble,

Très sympa et complète cette présentation du Vercors.

Petit en apparence, mais plein de possibilité de sorties variées B)

J'en reviens justement également (partie des Hauts plateaux du Sud Vercors), et les couleurs d'Automne sont sous leurs plus beaux atours en ce moment :P

Flo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #57676 par oliviergrenoble
oliviergrenoble a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
Salut Flo
Sur que les hauts plateaux sont superbes en cette saison ! B)
Je reviens du Bochaine et des Baronnies où il y a aussi de superbes couleurs ... :cheer:
Pour les hauts plateaux j'ai un projet de traversée en hivernal et une traversée de printemps d'est en ouest par le sud : je mettrai un temps utile un post ... ;)
Régales toi bien de l'automne car la neige est annoncée et c'est pas mal aussi le Vercors sous la neige .... :woohoo:
Cordialement

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 1 mois #57689 par Ma Yake
Ma Yake a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
Bonjour, c'est un des CRs comme je les aime, qui sort du simple album de foto. Et c'est du boulot d'en faire.
Je n'ai pas encore tout lu, mais je me suis déjà régalé. :p

Hit the road, Jack!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 1 mois #61772 par oliviergrenoble
oliviergrenoble a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
TRAVERSEE DU VERCORS OUEST 2° PARTIE
L’an passé j’avais commencé la traversée du Vercors par le GR9 : je n’en avais fait que la moitié : St Nizier –> Pont en Royans. J’avais fait un CR dans un petit blog :
www.rando-trekking.com/carnets-randonnee...-en-long-et-en-large
Cette année, ayant de la suite dans les idées, j’ai donc fait l’autre moitié : Pont en Royans -> Léoncel -> Saillans dans la vallée de la Drome, reliant ainsi le Vercors au Diois en passant par une abbaye de fière allure …
En attendant d’avoir le temps de compléter mon blog (et de maitriser, au passage, les subtilités du nouveau logiciel) je fais ici un CR avec quelques photos ….
Remarques générales : fait à la même période que l’an passé, cette traversée a connu une météo assez différente (surtout le 2° jour) : en 2014 je me suis bronzé torse-nu et en short aux étapes, en sirotant mon thé dehors au soleil, cette année, une fois arrivé, je cherchais la chaleur des gites. Autre différence : j’ai donc couché en gites et pas en bivouac ou en cabane, mais ça allait bien avec le temps … Même si je ne l’ai pas fait exprès, mais juste à cause de l’absence de cabanes sur cette partie ! Question paysages : c’est encore assez joli, plus que je me l’imaginais : falaises vertigineuses de Combe Laval, combe reculé de Bouvante, forêts diversifiées, ruines nombreuses et lente descente vers la Drome dans une ambiance presque méditerranéenne …
Bon trêve de blablas ! Voici le CR !
Nota : je donne les temps que j’ai mis, en comptant dedans les micro-pauses : pour boire un coup, faire une photo et admirer un point de vue. J’en ai juste déduit les pique-niques, même si ces haltes ont été assez courtes, sauf la dernière, vu la fraicheur …
M = Montées cumulées et D = Descentes cumulées (chiffres calculés grosso-modo !)
Prologue :
J’arrive la veille au soir, car il n’y a qu’un bus à cette période , je reprends contact avec Pont en Royans, blotti aux pieds des Coulmes : ça va me permettre de me replonger dans l’ambiance de la 1° partie faite l’an passé …

J1 : PONT en ROYANS -> LENTE (par le GR9 puis le GR95)[/b
]6H30 (+ 1/2H AR à une croix point de vue) / 20km / M = 950m / D = 100m
Nota : pas mal de goudron : au début, deux fois au milieu et à la fin pour aller au gite, mais c’est joli quand même …
L’étape risquant d’être longue et voulant (naïvement !) avoir le temps de lambiner en route je parts aux aurores avec juste assez de jour pour voir les fameuses maisons suspendues …

Ensuite je traverse le bas Royans : une campagne doucement vallonnée, classique du bas Dauphiné : la preuve le maïs et les nombreux noyers (la fameuse noix !) …

Bon je me tape pas mal de routes, heureusement petites et peu fréquentées, avant d’avoir droit à des chemins herbeux. Le tout m’amène au pied de la montée. Ne voulant pas faire le cacou je délaisse le Pas du Pas (voir plus loin) et je suis le GR principal sur un beau chemin dallé. Au départ on entend trop bien les bruits qui montent de la vallée : certains bucoliques (cloches qui sonnent), d’autre franchement casse-tête ( scie stridente), mais, bon, à force ils vont s’atténuant ! On grimpe principalement sous des fayards avec quelques passages pittoresques : des buis sous des arbres moussus, surement habités par des elfes (mais je passe trop tôt : ils dorment encore, ce sont des êtres de soleil : chut !). Plus haut un petit porche ouvre sur le domaine des nains (eux sont déjà couchés : ils sont nocturnes : rechut).


Aux ¾ de la montée un panneau m’indique « la croix 10 min » : bon, avec le temps de regarder la vue, ça me prendra 1/2h AR : un coup d’œil sur la montre : c’est pas tard : j’y vais ! J’ai bien fait : ça me fait une occasion de prendre un peu le soleil qui perce et la vue est jolie :

Bon après je repars pour un long parcours en forêt, il se fait moins raide, alors ça va, mais j’aspire à un peu moins de monotonie. Du coup j’observe mieux les arbres et découvre que je passe sous une belle sapinière sur un vieux sentier qui aurait bien des choses à raconter.

Je décide aussi de m'intéresser aux nombreux champignons : je n'en vois aucuns de comestibles, ni mêrme que je connaisse mais c'est joli et ça égaie bien les sous-bois , alors je mets une photos des plus nombreux ..

Je croise aussi, plaisir des yeux, i de beaux bouquets d'arbres qui se la jouent "été indien" !

Finalement je débouche dans une clairière au soleil : ça aurait été bien pour y boire un coup, mais je viens de le faire dans un coin de chemin … Bon pas grave ! Finalement je débouche sur la route annoncée et c’est pas plus mal, car elle est ensoleillée, et donc moins fraiche que les sous-bois : je me réchauffe un peu ... Elle me conduit assez vite au débouché de la variante du Pas du Pas : je profite d’une table de pique-nique au soleil, et de l’absence de circulation, pour casse-croûter là … Je mange assez vite et comme il est encore tôt, et que je marche au rythme du topo, je décide d’aller voir le fameux Pas, incité par un panneau tentant « Pas du pas 10 min ». Vu d’en haut c’est assez raide, mais pas si vertigineux que ça : mais comment est-ce en-dessous ? Les renseignements que je glanerai au gite seront contradictoires donc je n’y reviendrai pas (mais j’en connais qui aimeraient ça !). Bon ce qui compte c’est que du haut on a une belle vue sur les falaises que j’ai longées sans en avoir conscience …

Une voiture arrive et il en sort un homme habillé d’une tenue de camouflage surmontée d’un gilet fluo (étrange comme concept ! mais il semble assez répandu …). Surtout il est équipé d’un fusil qui me semble bien gros : je le salue poliment et il me dit gentiment qu’il y a une battue aux sangliers. Je me fais expliquer où sont ses collègues : c’est le long du GR et de la route : difficile de les éviter ! Je m’habille en rouge, mets un teeshirt, rouge aussi, sur le dos du sac et pars en sifflant : j’espère ainsi ne pas trop ressembler à du gibier (la semaine passée, vers Grenoble, un promeneur a été tué en ayant été pris pour un chevreuil, au motif qu’il était habillé en marron !). Le GR suit la route en contrebas : j’avance méfiant en sifflant aussi fort que je peux (c’est-à-dire pas très, ce qui me rassure peu !) et débouche sur un 2° chasseur : il m’explique où sont les autres et je comprends que de l’autre côté de la route il n’y en a pas : ça tombe bien c’est là que va me faire passer l’itinéraire ! Une fois la route traversée je me détends et peux me consacrer aux subtilités du balisage tout en zigzag … Finalement je retombe sur la route, « tomber » c’est presque le cas de le dire, car il y a un talus rocheux à dééscalader et que je saute le dernier mètre… Bon re-goudron donc ! Pour égayer cette portion on croise une fontaine : un bon plan, car il n’y a pas d’autre point d’eau sur cette étape !

Encore mieux : dans un virage de la route un petit talus domine la falaise et offre une vue sur Combe Laval qui est, comme son nom l’indique, une combe en aval ! Mais surtout elle est entourée de fières falaises et ses pentes sont parsemées d’arbres aux couleurs flamboyantes ! Ca peut faire un bon coin de pique-nique : pour info c’est 1/2H après l’arrivée du Pas du Pas … On repart sur la route, on coupe enfin un virage sur un sentier, plus pour le principe d’échapper au goudron qu’autre chose, et on débouche dans la sympathique clairière du col de la Machine. Re-pause thé. J’hésite à faire 150m sur le goudron pour voir la vue puis je me décide à y aller, car je ne passerais probablement pas par ici, à pied du moins … Juste en face de l’hôtel je grimpe sur un rocher : re-vue sur la même combe, mais ça vaut le coup, car on est juste dans son axe et on voit la route hardiment creusée dans la falaise …

Bon c’est pas tout ça ! Mais, bien qu’il ne soit pas tard, j’ai hâte d’arriver et de poser le sac vu qu’il fait frais à cause d’un petit vent et que je n’ai pas lézardé à midi comme j’aime le faire … Je repars donc gaillardement. On traverse une belle forêt sur un joli sentier pour arriver aux ruines de Miroflée où je vais quitter le GR 9 pour le GR 95 : vraiment rien de spectaculaire ! Ruines bien ruinées, clairière annoncée par le topo inexistante et pas la moindre indication annonçant le début du GR 95 (assez mal balisé par ailleurs). Mais bon un panneau « Lente 0H50 » me stimule et j’y vais d’un pas décidé … On arrive sur une piste monotone et, en plus, qui remonte alors que j’avais le l’idée, en partie fausse, que Lente était en contrebas ! Heureusement on croise une prairie typiquement karstique tout en creux et en bosses et en pierres.

Bon je me désespère pas et je repars encouragé par le fait que le chemin se décide enfin à redescendre (finalement Lente est bien dans un creux !). Je débouche au « village » de Lente : juste quelques maisons sans grâce ! Je me fais expliquer où est mon gite : c’est là bas … tout au bout de la clairière à une 1/2H ! Bon je me donne du courage en me disant que ça sera toujours ça de moins à faire demain matin ! Donc re-goudron, puis, mieux, long chemin dans les près. Un panneau annonce la présence de patous : j’avance prudent, presque sur la pointe des pieds, en repérant la possibilité de faire un crochet loin du parc grillagé ! Finalement je repère les moutons : ils sont un peu à l’écart et j’arrive sans autre « déboire » au gite.

Ultime suspense : il n’est que 16h30 : il y aura-t-il quelqu’un pour m’accueillir ? Eh bien oui ! En plus un énorme poêle ronfle dans la grande pièce ! Ouf ! Je ne me sentais pas d’humeur à poiroter dehors dans l’humidité … Suite du programme : douche, habits secs, bière locale (« à l’eau du Vercors » !), carnet de route à remplir, étude de l’étape de demain, lecture sur la région et discussions avec les autres randonneurs qui arrivent en 2 petits groupes, qui, eux ne font pas d’itinérance, puis repas copieux (trop même !) et dodo …
=> Suite demain ....

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 1 mois #61836 par oliviergrenoble
oliviergrenoble a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
Bon personne n'a répondu, d'ailleurs je ne sais même pas si la Cr du J1 a été lu ! :dry:
Mais bon tant pis je continue avec le J2, des fois que cela ait plus de sucés, en plus l'étape a été faite dans une environnement brumeux intéressant ... ;)

]J2 : LENTE -> BOUVANTE LE HAUT -> LEONCEL (par le GR de pays dit « Sentier Central »)
5H45 / 15 km / M = 800m / D = 970m
Nota : très peu de goudron cette fois : en passant à Bouvante le Haut puis en arrivant à Léoncel
J’avais compris de travers les prévisions météo, aussi j’avais commandé un petit-déjeuner assez tôt (7H30) pour un départ vers 8H, avec l’idée de m'offrir un point de vue quelque part vers le Col de la Bataille, en plus on m’a dit au gite qu’il y a des mouflons dans le coin, bon ils sont plutôt corses que vercoresques, mais je les aurais bien guettés … Bref je profite d’être seul dans mon dortoir pour mettre le réveil à 7H… et je me lève dans la brume ! J’ouvre la porte et sors sur la terrasse : il fait cru ! (comme on dit dans le Dauphiné pour ce temps froid et humide). Mais bon je vois qu’il y a déjà de la lumière dans le réfectoire : je ne veux pas avoir fait lever le tenancier du gite pour rien : donc je m’attable. Je mange bien, et copieusement, puis, mon sac étant fait, je n’ai pas trop le choix : courage j’y vais ! Je me dis que si j’arrive tôt j’aurai peut-être l’occasion de bénéficier d’une visite guidée de l’église abbatiale : ça me motive à me lancer …

Je m’engage vaillamment dans la forêt sombre et humide, sous des sapins essentiellement, sur une succession de pistes et de sentiers : pas grand-chose à voir pour me stimuler … Mais rien non plus pour donner prétexte à une pause : alors je continue d'un bon pas ! Aussi j’apprécie de découvrir, au bord d’une clairière, une cabane en bois, un peu déglinguée mais pouvant servir d’abri en cas d’orage, elle rompt heureusement un peu la monotonie de la marche ! J’y bois un peu de thé …

Mais, ouf, la monotonie de va pas durer ! Je m’engage bientôt dans la descente du col de Rioupeysson : il y a un beau vieux sentier, un peu glissant avec des dalles et des feuilles mouillées, mais fort sympathique et qui me fait fantasmer sur d’antiques voies de passages ! (Il faut dire que j’ai le fantasme facile !). Assez rapidement j’arrive dans des pins qui me changent des sapins et rapidement je sors sous la brume dans un paysage dégagé, quoique sous un ciel couvert. Du coup l’humidité cesse et j’en profite, une fois débouché dans un pré, pour boire quelques gorgées de thé réchauffant.

En contemplant ce coin calme j’entends des cloches : elles sonnent discrètement, donc ce sont des moutons : je scrute à la recherche de patous ! Bon je n’en vois pas, mais je vais devoir passer pas loin du troupeau : je descends donc sur la pointe des pieds prenant garde à ne pas faire rouler de cailloux. Bon il y a peu de bêtes : soit c’est un tout petit troupeau, trop petit pour être rentablement « patouïsé », soit le gros de la troupe est plus bas avec son gardien ! Dommage d’être ainsi sur mes gardes, car j’ai un faible pour les moutons (et autres brouetteurs), étant un grand amateur de fromages et de yaourts de leurs laits variés (plus que de leurs viandes, n'en dégustant que rarement) ... Finalement j’arrive dans un bois de pin à l’écart de ces inoffensifs ovins et je peux marcher plus cool. Au passage je vois de nombreux sanguins en parfait état de consommation : les gens d’ici ne les récolteraient pas ? Étrange, car, à peine plus au sud, ils sont très prisés … même si, perso, je leur trouve peu de goût, nettement moins que les trompettes de mort de « par chez moi » …

J’arrive sans autre mésaventure au fond du vallon, où m’attende des vaches placides, là pas de patous à craindre, mais je les contourne discrètement, craignant depuis quelques années les bovins … alors que j’ai passé mon enfance et mon adolescence à en garder ! Pour la suite de l’itinéraire je merdouille un peu, ne repérant pas le balisage qui part furtivement sur le côté, et me retrouve dans une cour où aboient moult chiens de chasse : gare aux sangliers par ici ! Bon je passe sans problème, car ils sont attachés, et je débouche sur la route qui va me mener au village : il n’y a que 1/4H de goudron à déplorer : ça va !
Une fois sur place je constate que, vacances ou pas, c’est calme Bouvante le Haut ! Je rencontre : un homme qui fend son bois (et m’indique le chemin aimablement), une fontaine qui coule (« eau non contrôlée » : je lui préférerai mon thé), une passante furtive (qui répond quand même à mon bonjour) et l’église qui sonne deux fois 11H (pour m’aider à me remettre en route). Je m’arrête quand même pour casse-croûter sur la place, car j’ai repéré que je vais bientôt remonter dans la brume …

La pièce jointe /home/randotre/www/randotrekking/media/kunena/attachments/6582/RIMG0066.JPG est absente ou indisponible



Bon je repars en longeant des prés diversement peuplés : chevaux, vaches, re-moutons (avec, probablement, un patou cette fois, car je repère un animal blanc couché, qui est le seul à ne pas brouter, alors que les autres sont fort affairés à cette occupation, mais il est un peu loin : ça me va). Comme je ne verrai ni mouflons, ni autres ruminants sauvages, je les prends en photos : après tout ce sont des ongulés eux aussi dignes d'intérêt : pas de racisme !

Le chemin grimpe pas mal ... et me ramène tout droit dans la brume ! Mais bon elle donne une touche franchement mystérieuse au paysage et j’en profite (me disant que demain j’aurai le beau temps !).

J’arrive à une ruine envahie d’arbres : combien de personnes sont nées, ont vécu et travaillé, puis sont mortes ici ? Surement pas mal …

Je passe devant une maison en bon état, elle, et dont la cheminée fume : quelqu’un, au moins, habite ici (pour encore combien de temps ?). Je ne verrai personne, mais ça me va, question trip « perdu dans la nature ». Je monte dans des prés, rencontre une vache isolée non parquée (échappée ?) et là je perds le balisage ! J’hésite : suivre le vieux chemin (mais il est très encombré de broussailles et de branches coupées), tirer droit au pif dans les prés ? Suivre d’antiques poteaux électriques ? Bon, comme je dois passer à une ruine, qui a probablement eu, en son temps, de l’électricité, et que les poteaux sont dans le bon axe de marche, j’opte pour les poteaux ! Ils me ramènent au vieux chemin, puis au débouché des prés : donc les trois itinéraires se valent ! Et, hop, voilà la ruine de l’ancienne métairie de l’abbaye de Léoncel : là aussi combien de personnes ont vécu ?

Ces vieilles pierres auraient bien des choses à raconter ! Du coup je m'invente une histoire de paysan allant apporter des champignons aux moines et dont je vais suivre les traces dans la neige (alors qu’il n’y a pas le moindre flocon !) : ça me motivera à continuer à grimper dans le sous-bois humide. Un panneau indique un croisement : Léoncel direct (et pas trop loin) ou Col de la Bataille (d’où le GR 93 ramène à Léoncel : je le sais je l’ai déjà suivi) : si la brume s’était levée, et vu qu’il est à peine midi, j’aurais fait ce crochet volontiers, mais là, dans la fraicheur et avec les horizons bouchés, j’opte pour le plus court ! Je grimpe en suivant le balisage, mais au bout d’un moment j’ai un doute, car il ne me semble pas forcément aller dans la bonne direction (il tortille dans tous les sens !) et que les marques serrées que je suis (jaune et vert) ne sont pas spécifiques au GR de pays dont les balises (jaune et rouge) sont rares et à demi effacées : d’ailleurs je n’en vois pas sur cette portion … Bon je ne veux pas redescendre, ni couper hors balisage : je me dis que, au pire, je vais déboucher sur la route du col de la Bataille, voire au col, mais là il me sera facile de rattraper le coup en suivant le GR93 vers l’ouest : alors je poursuis … Sur ces pensées plus ou moins rassurantes, je débouche au col du Lion : pile poil sur mon itinéraire : ne suis-je pas un bon, question repérage dans le brouillard ! Bon, je retrouve au passage, en prime, une balise du GR de pays, et une du sentier central (Houlà ! Elle doit être vieille celle-là !). Le tout me mène dans une sapinière jonchée de jeunes troncs coupés, voire cassés : un paysage à la Modor tout sombre ! Mais, bon, je lirai ensuite au gite que laisser du bois mort en forêt c’est bon pour la biodiversité et pas mauvais pour les arbres vivants : alors vive le Mordor !

Finalement je débouche sur la route là où j’avais prévu : je fais une petite pause thé / fruits secs dans la clairière, mais sans m’attarder, car je suis pressé de sortir de la brume et, tant qu’à faire d’arriver ! Et puis je n’ai plus que de la descente … Je trouve sans difficulté le GR et, tranquillou, il me conduit dans des près où j’ai vite une jolie vue sur l’abbaye, c’est alors que je rencontre des promeneurs : les premiers depuis le gite ... Comme je suis de nouveau sous les nuages j’échappe, enfin, à l’humidité et il fait, presque, bon : je me mets des vêtements secs et m’installe dans l’herbe pour le pique-nique avec l’imposante église en vue : sublime ! J’ai presque l’impression d’avoir atteint mon but final, car ma marche avait un petit air de pèlerinage depuis St Nizier l’an passé (même si je suis un indécrottable mécréant !). Je me régale les yeux et rumine un petit récit romancé de ce trek, que je me prépare à écrire en prenant des notes tous les soirs …


Je fais durer la pause autant que la fraicheur me le permet, puis je prends la route pour l’église (uniquement 500m de goudron : c’est raisonnable). Je donne, au passage, un coup d’œil à l’imposant bâtiment et repère les heures d’ouverture : pas de visites organisées, mais j’aurai largement le temps d’y retourner avant la nuit et demain avant le départ : ça me va !
Je trouve facilement le gite, mais il est fermé ! Houlà ! Vais-je devoir poireauter dans la fraicheur longtemps : il n’est que 15H … Heureusement il y a un numéro de téléphone qu’on peut appeler et une dame fort avenante vient vite m’ouvrir les lieux ... Je serai seul cette nuit, mais je dois laisser la grande salle libre de 17H à 19H30 pour une réunion de gens du pays. Peu importe : j’ai le dortoir pour moi tout seul : je peux y être tranquille ! Je me fais une thermos de thé léger, rafle un stock de revues locales (dont celle vantant les forêts à la Mordor), passe sous une douche bien chaude : je me sens bien installé …
Puis je vais faire un tour dans l’église. Je suis pieds nus sur le dallage froid, car je ne veux pas humidifier mes chaussettes de rechange dans mes chaussures mouillées ! Ça a un côté « mortification » qui va bien avec le trip « pèlerinage » … et puis j’aime bien marcher pieds nus ! Bon ça ne m’empêche pas de profiter d’un tapis pour une pause de recueillement athée, mais pas indifférent aux lieux et aux personnes qui sont venues prier là : toute une longue histoire de nombreuses vies entrecroisées ... Après cette visite je rejoins mes appartements.
Le groupe est déjà là : je leur demande de me prévenir quand ils auront fini pour que je puisse me faire à manger sans les déranger. Je m’installe dans la chambre chaude (j’ai allumé le radiateur, essentiellement pour sécher mes trucs mouillés, mais il m’est agréable d’avoir enfin chaud !) et je me gave d’infos écolos et de thé ! Au bout de 2H on toque à ma porte : « Vous avez fini ? », dis-je « Non pas encore, mais venez manger la pogne ! » me répond-on. Je saute sur l’invitation : on me sert un verre de la clairette locale, dont les diois sont très fiers, et une grosse part de Saint Genis (une brioche aux pralines du Dauphiné), puis je dois gouter la pogne de Romans (une autre brioche, à la fleur d’oranger celle-là) … Puis, après avoir félicité le jeune fabricant, qui les a cuites au feu de bois, je dois finir la dernière part de Saint Genis ! Je suis repu ! Je retourne un moment dans ma chambre boire un peu de thé pour faire glisser tout ça, cependant ils rangent la pièce. Finalement, resté seul, je n’ai plus très faim ! Je profite du grille-pain (le luxe dans un gite !) pour me faire des tartines avec un chocolat chaud (trouver sur place), histoire de ne pas le réveiller à minuit la faim au ventre, et hop au lit …
Demain ça sera un autre genre d’étape : d’une part je ne serai plus dans le trip « pèlerinage » et, d’autre part, je vais sortir du Vercors pour aborder le Diois: région fort intéressante aussi et que j’apprécie tout autant …
Suite selon mon emploi du temps, mes humeurs .... et vos réponses ! :silly:
Cordialement

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 1 mois - il y a 2 ans 1 mois #61838 par emmma
emmma a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
MERCI Olivier pour ce CR bien raconté, bien détaillé :) Mes encouragements pour la suite ;-)
Bonsoir aux Arpenteurs du Vercors B)
Clairette, pogne, St Genis......un pélerinage culinaire miam...depuis le temps que je veux aller à l'abbaye, et c'est la première fois que je la vois en photo...je connais peu le Royans et ses belles forêts champignonneuses...tant de lieux si proches à découvrir...merci de ce partage !

Allez je me permets une digression avec une devinette trop facile ;-)
Samedi, la création d'un mandala collectif de l'aube au crépuscule - work in progress, CR en images et sans mots...

Alors c'est où ? Réponse précise exigée ;-)

!!! no photo !!!

Mes photos sont trop lourdes !!! Je n'arrive pas à les compresser suffisamment, si vous savez comment faire ???

Salutations dioises, Emmma :silly:
Dernière édition: il y a 2 ans 1 mois par emmma.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 2 ans 1 mois #61839 par mhelene86
mhelene86 a répondu au sujet : CR d'un joli petit trek automnal en autonomie dans le Vercors nord
Merci à toi et à tous ceux et celles qui prennent le temps de faire un CR de leur ballade. Cela permet à l'esprit de randonner en attendant les prochaines vacances (Août 2016 ...c'est encore loin)
Je lirai le J3 quand tu le publieras, promis.

Marie-Hélène

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 0.878 secondes