L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question tour du mont blanc en bivouac 8jours du 15 au 22 juillet 2015.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois #61048 par Ma Yake
Oui amigo, pour mon malheur je suis encore sur le truc, il me jette pour les fotos, si le modo ne fais pas qqch je vais tout laisser tomber

Hit the road, Jack!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois #61049 par ALAIN DERU
Hé!

Ne parle pas de malheur, ou alors tu m'envoies tout en MP! ;)

Alain

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61050 par Ma Yake




J2 La Giettaz - Refuge Robert Blanc
23,9km +1933m -745m

Aire de bivouac petite et sympa dans la réserve en bord de torrent. Belle nuit. QQ autres tentes.
LA BELLE ETAPE pour moi, toute la journée. Magnifiques porteurs en bouquetins au petit déje.

Le flux des bobos est loin, ils ne viennent pas jusque là. On commence à être et se sentir entre gens de compagnie. Le refuge Croix du Bonhomme. On peut en faire sans soucis la croix et que file le Bonhomme. T'arrives à l'usine à fric. Tu veux un Kaoua, YAPA faut que je nettoie. Bonnnn! Tu veux des pates, YAPA yapu. Bonnnn! Tu veux un sandwitch ou un Piknik, YAPA on fait pas à ceux qui n'ont pas la pension complète. Bonnnnn! Tu veux un grand coca. YAPA on fait pas. Bonnnn! Alors une toute 'tite bière un 'tit coke et pis peut être une omelette. C'est quoi l'omelette, fromage lardons? Ben oui, timidement, on peut se mettre là? NON, dehors! faut que je nettoie. Bonnnn!
On se colle dehors dans un coin un peu au soleil loin des courants d'air après avoir fait riper cendrier plein puant, cannettes vides et verres sales et on attend. L'aimable finit par se pointer le bras chargé duquel il te lance tout sur la table, les assiettes et couverts dans le style je suis pas là pour ça alors tu te les mets, puis il te claques bien sur la table les cannettes pour que cela fasse plein de mousse quand tu vas les ouvrir. Un quart de plombe après il daigne revenir avec l'OMELETTE baveuse dans 3 feuilles de salade pas égouttées, bien coulante mal cuite. On pourrait avoir aussi de l'eau, on lui demande rien que pour le faire chjier. Mouaiiiis! En fait de lardons tu en a 3, et guère plus de frometon, 30 grammes. Cela fait la part d'omelette montagnarde complète spéciale Croix du Bonhomme avec 3 œufs à 10€ (au lieu de 7€ la normale).

Bravo les mecs, vous avez tout compris. Passez y camarades et n'oubliez pas de pisser par terre quand vous irez dans leurs gogues et de ne pas tirer la chasse.

Refuge Robert Blanc, l'antithèse. La chambre à 13,50€ ou 30€ avec le diner tout à fait roboratif au riz au romarin. Ambiance montagnarde, 3 gardiens jeunes hyper sympas hyper compétents hyper aimables, guitaristes de surcroit. Y a rien à voir.

La variante, la belle Miss S vous en parlera.


Cette première 1/2 de variante fait tâter du névé.

Elle est la plus cahoteuse des 2. La plus sauvage, de la montagne et du minéral, pas de chaines ni de câbles.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61054 par Ma Yake


J3 Robert Blanc - Bivouac Villair (Courmayeur)
23,8km +985m -1639m


La 2eme partie équipée pour passer un torrent et les 3 arêtes de crête. Sinon Idem que la veille. Elle permet d'arriver direct au col de la Seigne. Descente Italienne pas trop cool avec plein de gogos, c'est déjà le WE. On visite les moraines du glacier de Miage, grande victime du réchauffement climatique. Cela te fait bien sentir ce qu'augure le futur, global warning.
Courmayeur en Téléphérique à 15€ les +1000m cela ne se refuse pas en fin d'après midi. Les prix de la réappro un peu comme en France. Chez le Carrefour express y a de tout comme à la Samaritaine, et pire la charcuterie d'à coté, des sauciflards et des crottins qui n'ont pas résisté à la belle S. Sinon la ville, bof.
On apprendra + tard que c'est ce WE que la voie classique du Gouter fut fermée.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61055 par Ma Yake


J4 Villair - Bivouac Refuge Elena
25,9km +1897m -1199m
Premier soir d'orage et de pluie. Mais pas la cata(racte).
Douche naturelle aux cascades artificielles. Le pied grâce à Miss S qui a trouvé le truc.

Étape de montagnes à vaches, le pied pour moi. On remonte la belle vallée de Courmayeur qui m'a fait beaucoup penser à celle de Theth en Albanie. Bal des hélicoptères beaucoup plus discret que celui de Chamonix. Refuge Bertone, il a l'air très sympa avec ses petits chalets, il affiche des drapeaux de prière népalais, c'est bon signe.
Testa Bernarda etc, joli joli, en plus quelques belles rencontres qui fidèles nous poursuivront jusqu'aux bouts du bout.
Refuge Bonatti, une autre usine tout plein de VTTistes aimables qui ne se gênent de te foutent en l'air si tu t'écartes pas assez ou pas assez vite.
Plein de marmottes dans les alpages et d'américains bronzés dans les sentiers.
Bivouac près du refuge Elena, là la route y va alors pourquoi ils te font payer les boissons comme si c'était tombé d'hélico? Mais bon, on a vu pire. En tout cas leurs chiottes ils te les permettent et c'est super équipé et nickel. Rien à redire.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61056 par Ma Yake






J5 Refuge Elena - Bivouac Vallée de l'Arpette
18km +802m -1063m
Deuxième nuit mouillée, rien de grave. Première grande séparation, snif! Elle file à gauche moi à droite, normal. Elle choisit le petit Feret, moi le grand, quoi de plus normal. Pas un mouflon à 7 heure. La montée du grand col s'avère très cool, belle fraicheur matinale de plus. La combe enneigée à droite est magnifique. Comme est magnifique la vue sur la vallée de Courmayeur que l'on quitte qui me fait toujours regretter celle de Theth. Puis le col, puis la descente dans un moutonnement d'alpages et un petit complexe de vallées suisses. Lumière rasante, c'est extra. Un Cycliste, qui s'arrête et très poli de surcroit, c'est extra. Un refuge en bas où sont encore en train de se goberger du petit dèje qui sans doute des Amerloques sans doute bronzés, qui d'autres randonneurs qui vont se se le monter le col trop tard, la lumière rasante aura filé. La sente à gauche à flanc de vallée est belle à La Fouly.
Après sans plus le voyage en bus épargne la longue traite dont la grimpée sous la chaleur pour Champex, départ toutes les 1 ou 2 heures en gros, 12€ quand même et escale de plus d'1/2heure à Ossière.
A La Fouly supérette complète et gourmande, bien préférable à celle de Champex où la grosse et surtout très moche tôlière te décharge les bourses illico, une éjaculation presto de tes euros. Ils sont fous ces suiches, le kg d'abricot 9€, le kg de jambon blanc gout papier mâché 30€, autant dire que la ravito a un goût de casse-toi pôvre con (je parle de moi).
Montée de la vallée de l'Arpette jusqu'à l’hôtel qui n'a rien d'un refuge cool sous une petite pluie. Le camping y est à 13€ la tente. Les toilettes-douche extérieures sont en libre accès, pour celles qui ne se gênent à juste raison de rien. Puis bivouac avec montage de tentes dans l'alpage en bord de torrent sous l'orage, reflotte donc, ça commence à ne plus être drôle la blague.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61078 par Ma Yake


J6 Arpette - Bivouac Col des Posettes
+27,9km +1751m -1425m
Pliage de bagages avant la fraiche, café crème pour tout le monde un peu plus loin au sec. Belle variante, montée dans la vallée glacière et les blocs de moraine dans les brumes de l'humidité laissée par l'orage. Personne hormis une paire de jeunes alpinistes qui nous ont passé à 100 à l'heure. Une harde de chamois, les premiers, les seuls en fait, très loin dans un herbage très haut à droite. Elle a des yeux de lynx Miss S et moi les miens pas en face des trous, la matin je ne vous dis pas. Puis longue longue descente, mais elle vous dira tout Miss S elle s'est chargée de la description des variantes.
Gnan gnan gnan .... On passe par les Grand Dessus. Dans l'abreuvoir je m'y fait toilette, bains de pieds, lessive et tout sous l’œil des attablés et du gardien trop estomaqués pour broncher.
Gnan gnan gnan .... On passe par le Refuge de Blame. The Red Inn. Au début on ne voit personne, puis de la Tenardière on entrevoit dans la pénombre les griffes et le nez crochu dépassant du comptoir. Pas la peine de demander une boisson fraîche, il n'y a pas de frigo, mais un Land Cruiser Toyota flambant dans l'arrière cour. Es canettes sont sortie de la cave où le vieux Tenardier tremblotant ne descendra que si ta gueule lui revient dans son Alzheimerite avancée. En cuisine un Fétiche basané asiatique est plus aimable, juste un peu plus mais pas plus serviable. On est revenu en France, Kronenbourg donc, juste un peu moins chaude que ton urine, la coca non light c'est pire, y a pas, l'eau potable ou non, y a pas, autant le dire de suite y a pas grand chose ici, rien nada. Tu la fermes et tu nous payes en monnaie blanche ou en bifton, les piécettes jaunes on en veut pas et tu te barres! Je me demande pourquoi les mécontents surement à foison n'ont pas encore tagué et tout distroyé le bouge.
Gnan gnan gnan .... On arrive au col des Posettes, super bivouac, super bonne température, super bon soleil, super il n'y a pas de pluie. On se les gonfle tendrement les matelas pneumatiques et on se les étale sur le gazon de la petite station d'orchis en fleurs qui a daigné sans rechigner nous accepter, et on se vautra dans la douce lumière descendante en attendant les étoiles.
Huww God, How that's good !
Belle étape en vérité.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61079 par Ma Yake


J7 Col des Posettes - Lac Blanc - Bivouac Lacs Noirs
21km +1754m -1184m
Autre belle étape, sauvage dans sa fin, surpeuplée en Super Dupont (vacances et WE de juillet oblige) dans sa pause et baignade, ferraillée dans son milieu, nature tranquille dans son début.
Montée et descente des Posettes, le purgatoire préalable pour la suite de la matinée. Profitons en, profitez en bien car dès le parking tout en bas c'est la foule qui commence malgré la chaleur dès les 9heures. Le passage des échelles commence par une gentille bouquetine posée dans son coin pour ruminer à 5 mêtres du passage. Le ferraillage est parfait, pas de vertige à craindre. Les deux lacs blancs sont magnifiques cela aurait été bien dommage de ne pas venir s'y désaper. Beaucoup beaucoup beaucoup de monde partout, au refuge, à la buvette, re-américains bronzés à la buvette, le leader du genre à sentir le sable chaud et des muscles partout, et qui fut fort bluffé l'avant veille par Miss S le dépassant dans la descente au Refuge Bonatti, il donc finit par me redemander bien que m'ayant déjà posé la question mais plus précise cette fois avec la ponctuation sur le mot qu'il fallait "You are friend, only ?" Sure Man, tu sais moi j'habite en Espagne elle en Bretagne, et tu vois elle 30 et moi 65 balais et pis ma gueule et pis mon look de vieux schtroumpf etc . La mine réjouie du man qui aussi sec se retourne vers elle et derechef échanges de mails ... La Californie you know c'est pas loin tatatata et c'est pas cher tatatata et le John Muir Trail c'est pas mal et tatatata ... Du coin de l’œil je me réjouis de la mine réjouie de la Miss S.
Ils nous quittent les premiers, moult signes d'adieu. Snif. Puis on va se baquer blanc, puis nous aussi on prend le chemin de l'Index tout en pavés alignés comme au Capacnan, magnifique, puis une quemada andina sinistra gros coup de barre pour ma part, une bouquetine pleine prête à faire et toute en confiance à 2 mètres du chemin, on voit le ou les cabritos dedans donner des coups de pieds ou de tête, on est dans la réserve des Aiguilles Rouges, je croise un jeune couple de British, Chutt Careful, there is a wild goat just by the trail just behind this big block of stone. Arrivés au block de stone ils ne trouvent rien de mieux que de se baisser et de ramasser des cailloux. La connerie est bien sans frontière ni limite.
Un ferraillage sympa pour passer le col, bye bye la quemada sinistra, une petite montée bien fatigante en cette fin de journée pour arriver aux lacs noirs.
Miss S fait l'avant garde, elle m'attendit souvent et longtemps aujourd’hui. Elle repère quelques étroits sites de bivouacs au cas où il n'y en aurait aux lacs. Enfin les lacs dans leur cirque de schistes rouges teintés de lichen verts qui plus est, exposés ouest, ils sont dans l'or du couchant. L'eau est limpide comme celle d'une fonte de névés. Elle est chaude et douce comme celles ... mais je m’égare. Tant authenticité donnée par cette nature sereine et déserte. Personne, on se la mouille et faisons des vaguelettes dans le premier lac, il fait 19° à la montre altimètre baromètre chronomètre thermomètre de Miss S. Deux belles toutes petites plages, je choisis la plus belle, on tend les toiles, on dine. Deux jeunes randonneurs arrivent et sans bruit posent la leur un peu plus haut. Une petite harde de bouquetin vient nous tourner autour de loin. On est leur attraction du soir. Le soir est magnifique, Miss S qui en a encore dans les cuisses va faire comme eux et faire des photos du soleil qui incendie les lacs.
Magique. Et puis patatrac, tonnerre tambour et cymbales, nouvel orage. Fallait bien, c'était trop beau !

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61080 par Ma Yake


J8 Lacs noirs - Camping Les Houches
25,1km +700m -2283m

Dernier jour, Les dénivelés se font sentir, ce n'est pas "Que vivement que cela cesse" mais enfin un peu satisfait que ce jour soit le dernier. Même si je me suis bien reposé la semaine entre le retour des Balkans et le TMB, les genoux dégustent.
Mais enfin, réveil et remballage un peu mouillé et en silence. C'est de bonne heure et pourtant on s'était dit "Le premier réveillé laisse dormir l'autre." Petit deje vite fait bien fait, Miss S a rassemblé ce que l'orage a quelque peu éparpillé puisqu'elle avait laissé sur place son matos à popote. Cela a bien tonné hier soir, du genre Der Ring des Nibelungen, Walkyrie en fêtes, ça a pété à fond dans le cirque et aux Aiguilles Rouges. Notre TMB avait commencé sur le tempo plutôt "Chant de la Terre". J'ai encore en pensée toute d'émotion cette interprétation de Katleen Ferrier, mais je m’égare et on risque de ne pas me suivre. Surtout ne pas perdre les quelques qui ont continué jusqu'ici. Merci Merci à Vous. :kiss:
Donc on lève l'encre de ces lacs bien Noirs dans l'aube. Les petits jeunes pioncent encore dans leur tente toute noire elle aussi, ils ont fait exprès? On croise en connivence la harde de jeunes mouflons et mouflones, ils ont dormi tout à côté. La veille nous avions cru que c'était le même que l'on intriguait et qui tournait, en fait ils rentraient les uns après les autres sur leur chemin pour leur bivouac sur les hauteurs du Lac Cornu.
Nous revenons au col, à sa ferraille, bye bye définitif à la Quemada Sinistra et nous voilà au Plan Praz par un autre Capacnan de rochers posés plats. Puis le Brévent par la voie directe, Beurk, puisque l'on s'est trompé et que l'on a pris la suite des promeneurs arrivés par les premiers téléphériques, la voie du TMB grimpait tout de suite plus haut plus au nord, peut être qu'inconsciemment nous l'avions shuntée. Miss S offre la tournée au bistro-resto du Brévent. Une Blonde du Mont-Blanc pour moi, une Rousse pour elle, qu'elle sont bonnes ces bières, peut être les meilleures que j'ai vidées à ce jour. Merci Merci Miss S.
Descente dans les alpages créés dès les Australopithèques de la fin du Pléistocène et la fin de la Grande Glaciation, oui on s'est instruit au Belvédère Musée du Brévent. On barbote dans quelques tourbières et naissances de ru alimentant la Diozas en contrebas. Au refuge du Bel-Lechat l’hélico revient à 2 fois pour le ravitailler et nous décoiffe presque comme celui qui surgit et rugit lorsque nous sirotions notre première Blonde du Mont-Blanc au Lac Blanc avec les Californiens.
Nous continuons plein ouest par l'autre chemin en balcon pour l'aiguillette des Houches.
Dernière Montée, regrets, j'allais un tout petit peu mieux dans les montées que Miss S, certainement parce que la belle naviguait dans le style pas trop Light (je ne m'alourdirais pas trop sur ce sujet particulier, vous vous doutez pourquoi si vous avec suivi les péripéties d'un autre fil ;) ), mais je peux quand même vous dire qu'elle m'a épaté pas mal tout le long de ces étapes. De la césarienne de son sac elle a sorti un melon fort bon au demeurant, je l'ai vu en exhiber des concombres, des Kiris de la Vache qui Rit toute une crèmerie, et j'en passe du sauciflard à l'ail aux crottins à point, et j'en passe et j'en passe. Une fois elle me demanda de lui passer son sac, cela m'a arraché le bras. Moi qui suis à la purée en flocons aux comprimés surmultivitaminés et à la poudre isotonique.
Enfin la longue et grande descente pour Les Houches city. Dernier sympathique et court chemin de crête. Passage par le parking de la réserve animalière du Merlet, beurk. Descente en sous bois jusqu'à l'Arve qui nous parait interminable. Les premiers chalets, forts beaux et traditionnels, puis le goudron, puis la gare fermée, ne faites pas le déplacement pour acheter un billet, clin d’œil à qui vous savez, puis le pont du barrage, puis le petit square de l'autre côté.
Et Là surprise surprise, pas possible c'est Candid Camera, un bon coup de Madrague sur la tête, vous ne devinerez jamais. C'est BB, là arrivée avant nous, toute sereine à ranger son sac sur un banc, et elle toute madraguée de surprise elle aussi. BB il faut vous dire qui elle est, c'est Béné la Bizontine, nous la rencontrames sur le chemin de la Testa Bernarda. Elle s'était fait le matin la descente du Refuge Le Randonneur, la traversée de Courmayeur, la montée du refuge Bertone, alors que nous n' étions partis que de Villair. Plutot speedy la marmotte. Et puis nous avions plus ou moins co-voituré jusqu'au refuge Elena et surtout bien conversé jusqu'à l'orage de cette soirée là. Et la revoilà au final de ce TMB. Cela vaut bien une 'tite bière n'est ce pas? Et blablabla à la terrasse servie par la même petite anglaise à l'accent sucré que lors de mon arrivée il y a une semaine du bus de Genève, re 'tite tournée et reblablabla. On se dit chacun notre TMB et on goute ces derniers instants. Et puis il faut bien se quitter, elle part à gauche vers le square et nous à droite vers le camping. Snif.
Accueil simple et vrai au camping, il y a encore quelques bons emplacements pas loin des sanitaires et de l'armoire réfrigérée en Coca et en cannettes de la patronne. Prix doux et raisonnables, tout est calme, l'installation est rapide, vite aller de suite aux douches toilettes et lessive obligent, déjà la queue en sortant Miss S est du nombre à attendre clin d’œil j'ai été le plus rapide mais elles étaient toutes libres les douches y a cinq minutes, les derniers vivres sont avalés pour le diner. Et puis je vous le donne en mille, Tonnerre de Brest! Encore un orage, ma visite du camp et l'examen des modèles de tente est à peinte achevé que patatras, encore! La cinquième douche. Il fallait bien terminer en beauté.
Réveil tôt le matin avant tous les autres, l'habitude, et puis comme toujours le premier réveillé laisse dormir l'autre. Elle, la première, a son train à la première heure, j'aurai encore le temps pour mon bus pour Genève. En partant on passe par la Boulangère qui vend de si bons sandwichs variétés. Elle est de mauvaise humeur ce matin, peut être que c'est le jour du chèque à signer pour Hollande. On fait le nécessaire pour le petit deje et le deje. Lorsque le train démarre, dernier adieu, snif peut être que l'on ne se reverra jamais.
Merci pour votre toujours bonne humeur Miss S, Good Bye et que le vent vous porte toujours plus loin.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 1 mois - il y a 4 ans 1 mois #61081 par Ma Yake
Pour les photos il faudra peut être attendre un cheuia chouia. Le bon vouloir de Miss S.
Quand à moi exceptionnellement je partis mains dans les poches, camera nicht cette fois une fois :whistle:

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 1 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 0.689 secondes