L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question rando en albanie printemps 2015

Plus d'informations
il y a 4 ans 9 mois - il y a 4 ans 9 mois #60407 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
Le sac est bouclé, les crossborder permits OK, les bookings avions idem, un peu plus de 300km prévus en boucle pour 3 pays et 2 petites semaines. Départ pour bientot pour rentrer tout début juillet.
Quelques fotos pour foutre les boules à ceux qui ont envie ou qui n'ont pas pu ou qui n'ont pas osé ou qui n'iront jamais ou qui ... B)
Mais je suis à dispo. pour questions et demandes de renseignement






Hit the road, Jack!
Pièces jointes :
Dernière édition: il y a 4 ans 9 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois - il y a 4 ans 7 mois #60999 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
J'ai fait le PoB trail, mais dans le sens des aiguilles d'une montre et de Plav jusqu'à Theth puis ensuite au lieu de revenir à Plav par Vusanje etc je suis passé à travers la cuvette Karstique de l'Arapi pour arriver à Nikc puis Lepushe puis Vermoshe puis Riksavek Lake puis Korita puis Korita-->Podgorica toujours à pinces par la route, j'avais le temps comme je prévois toujours une journée de sécurité autant faire ce dernier trajetque de se la branler dans cette capitale de style soviétique où il n'y a strictement rien à foutre. En gros cela fait 350km et environ 15.000m à la descente comme à la montée, tout cela en 12/13 jours.

Guide-books et Cartes
Laisser tomber tous ces livres qui ne servent qu'à des bobos ou des mecs qui veulent frimer sur les forums sans y avoir poser le pied. Bien lire ce que je vais vous dire et vous aurez le must-up-to-date comme informations pour préparer votre trip. Il y a une carte du PoB trail au 50k. Elle est assez bonne pour préparer le truc mais absolument pas sur place. Il faut impérativement les traces d'Endrit de Zbulo! (et ou les miennes) et son GPS (le vôtre). Par endroit et surtout la partie Monténégrine il n'y a aucun balisage et il faut souvent adopter la méthode Sus scrofa.

Le trail PoB (Peaks of Balkans)
Il est peu pratiqué, personne ne le fait dans le sens que j'ai adopté, je l'ai voulu pour finir par le Kelmend et pouvoir revenir comme je voulais à Podgorica, ce qui n'est pas faisable dans l'autre sens. Je n'y ai rencontré que 4 couples, 2 nanas américaines de 20 ans, un couple allemand dont Max Bosse (sa copine Katrin Steinweg) qui faisait le trail pour la 2ème fois et les petits majas environnants pour préparer un guide qui sera édité prochainement en anglais suivre donc ces noms, un couple franco-allemand 25 ans, deux belges flamandes sympas comme des wallonnes.

Les étapes officielles sont trop courtes à mon avis (15-20km) comme je pars en autonomie j'ai tout ce qui faut pour bivouaquer où bon me semble. Cependant il y a toujours des GH correctes et par chères aux étapes, et même parfois aux mi-étapes, si bien que l'on peut se passer du matos de bivouac. Toutes les parties du PoB sont belles sauf peut être la partie Kosavare Nord, et surtout le trajet Dugaive à Drelaj qu'il faut squeezer eu coupant au travers, ce qui est possible.

Speeds Comments sur le PoB trail
  • Je n'ai pas fait la partie Theth-Vusanje-Plav. Mais elle ne serait pas si mal et assez facile. Vusanje city est totalement quelconque.
  • Le plus dur, la cote +1200m qui démarre à Rugova-Camp. C'est du sérieux. Parfait pour une épreuve de sélection pour commando, d'orientation, et d'endurance. Cela marque quand on l'a fait une fois.
  • Le plus beau, la section Milisevic-Doberdol.
  • Le plus naze, le goudron de Valbona (faire du stop pour aller direct à Rragam).
  • Le plus authentique est en Albanie, surtout les estives de Doberdol à Cerem et celle de Dobraces.
  • Variante possible s'il fait beau temps, se faire le mont le + haut C relatif du Kosovo, on y domine et voit toutes les vallées des 3 pays environnant. C'est le Gjeraviva 2656m, c'est beau, c'est facile, on peut revenir à Doberdol pas plusieurs chemins, cependant il est presque toujours dans les nuages surtout l'AM.
  • A éviter, comme signalé le passage par Drelav, et même carrément toute la partie nord du Kosovo. Pas terrible.
  • Le plus fréquenté, le passage de Valbona à Theth. Pas terrible.
  • Le plus angoissant, la cuvette karstique de l'Arapi.
  • Le village ou l'estive la plus perdue, celle de Dobraces.
  • Le lac le plus beau, celui de Rejavek au Monténégro en bout de la vallée de Vermosh, mais la cuvette commence déjà être urbanisée par de faux chalets d'estives.
  • La plus belle flore, celle de l'étape du passage du Monténégro au Kosovo après Babino Polje
  • Le dénivelé le + spectaculaire, celui de Doberdol, 400m presque à pique de trèfle dans des alpages.
  • Les plus belles forêts, les hêtraies en futaies autour de Balquin et certaines entre Vermosh et le Monténégro, des futs de plus de 1m de diamètre. Il y a beaucoup de hêtre, il n'y a pas de chênes, un peu de sapin blanc, puis en remontant de l’épicéa puis du pin puis du caillou, puis les nuages.

Police Sécurité
Il n'y a ABSOLUMENT aucun danger, ni de la part des Loups-Ours-Chiens-Kosovars et surtout Albanais. Les Albanais de cette partie Nord sont catholiques, ils n'aiment pas les Muslims et Kosovars qu'ils traitent avec mépris de turcs. Et il n'y en a aucun dans cette partie Albanaise. Au Kosovo dans les villages les mecs sont plus ou moins sympas, certains villages sont à éviter comme Drelaj. C'est surtout du au fait que leur gouvernement envisage de classer une partie de la région en Parc National et comme les touristes en semblent justifier l’intérêt ... cqfd. Mais dans l'ensemble les gens rencontrés en chemins sont très très OK et serviables, dans les 3 pays.

Pas besoin de guide-homme, d'ailleurs il n'y en a pas hormis l'organisation Zbulo! Il FAUT un bon GPS. Dans les vallées, en particulier au Kosovo à cause du relief, les traces sont imprécises de parfois +-100m. Mais comme il n'y a pas 10.000 sentiers qui vont dans le même sens, si l'orientation est bonne c'est bon. Les traces d'Endrit sont très fiables même si parfois je les ai perdues, mais je me suis toujours retrouvé.

Pour aller dans les 3 pays c'est bien d'avoir les Crossborder permissions, à demander à Zbulo!. Ricardo est très bien et très sympa. C'est par cher, 25€ et c'est bien de s'y prendre plus de 15j à l'avance. Il faudra passer par la maison des gardes frontière à Plav pour avoir le permis monténégrin.

Les ghesthouses
Elles ont peu de place, en général 1 à 3-4 chambres de 3 lits environ. Prix 25€ avec les 3 repas à savoir Diner, PD, et lePicnic (sandwich +- amélioré de pain rond arabe tomate concombre et fromage frais très salé), sans le picnic c'est 20€. Je suis revenu le 05 juillet il y n'avait quasi personne partout mais cela doit changer en Juillet Aout. Par contre le WE tout est pris d'assaut. Ces montagnes sont fraiches et les urbains de Skoder-Podgorica-Pristina montent se la cooler 2 jours en bagnole. Donc c'est bien de réserver.

Concernant Valbona, ce n'est qu'une suite d'hotels-restos tout le long de l'asphalte, chaque baraque en est devenu un, donc pas besoin de s'y prendre à l'avance.

A Theth il n'y a pour l'instant que des GH pas d'hotels énormes, je recommande dans l'ordre Breishta (vue terrasse ambiance) - Gjecaj (confort et pour bobos) - Zrorgji (espace fraicheur sous les arbres). A Lepushe sans hésitation la GH Alpini de Luigji (famille qui vit +- en autonomie potager-cochon etc, infos région, groupes guidés, pseudos trekkeurs, pseudo guides allemand). A Vermoshe la Bujtina Frati (Giovalin parle le français et le rital), bon confort. Souvent si pas de place dans leur bujtina (ghest-house en albanais) ils placent ailleurs chez des voisins ou des confrères.

Rayon Bouffe et Ravitos
Hormis Plav et Gusinje au Montenegro et peut être Tamare en Albanie ne pas compter se ravitailler en cours de route.
La seule source sera les Ghest-Houses avec leur forfait 3 repas, mais ils pourront à la demande faire des sandwiches supplémentaires. En estives les pasteurs font du fromage mais attention, ce sera du fromage blanc plus ou moins frais, je veux dire par là que ce ne sera pas du comté ou du cantal affiné 18 mois en cave. Pour moi c'est trop salé ainsi que leur superbe charcuterie monténégrine (bien fumée genre viande des grisons) pour être utilisé en rando.
Il y a également les kafé-bars et restos de la vallée de la Rugova au Kosovo, de Valbona, de Theth, de Lepushe.

Les repas sont assez simples et à vrai dire assez dégueux, mais cela sustente. La bouffe me rappelle celle du Pérou : soupe, pâtes, fromage blanc trop salé, viande douteuse ou dure comme semelle ... Les 3 repas sont identiques. Le café du matin est un dé à coudre parce que cher. Sinon il y a le "tchaï" c'est une tisane faite avec des herbes aromatiques de montagne, cela ne leur coûte pas et c'est bon, mais ce n'est pas du thé. Le lait est à volonté et excellent, n'en déplaise aux gros bras genre forces spéciales qui s’étiolent devant le lactose. Le Beurek, une sorte de feuilleté avec beurre est le remède contre les coups de barre et l'anorexie, il se conserve bien, idem les petits pains ronds. Je me suis méfié du Kaffa, c'est la belle croute de frangipane, Beurkk! qui surnage dans les bidons de lait. C'est le must pour eux et ils considèrent comme un honneur de vous en offrir. On peut donc se forcer par politesse Rebeurkk!. Le beurre est celui qui est sorti direct de la baratte, il est donc tout en miette, ce qui facilite la tartinade et il a encore le gout du lait chaud, Miam! Les confitures de prune ou de myrtille ou de cerise sont sublimes. Le miel des fleurs d'alpage est à tomber à la renverse tellement il est fin et parfumé.

C'est du bio tout ça les bobos, et ça n'a pas besoin de label. Je recommande particulièrement les produits de Giovalin à Vermosh, sa famille fait tout elle même dans sa ferme plus haut. Il a fait le cuisinier en Belgique quelques années juste après la chute du mur des cons à Berlin. Il connait son affaire et c'est un mec carré et sympa.

Quelques prix quelque soit l'endroit et le pays. Tout se paye en euros, toutefois en Albanie on peut avoir du mal a rendre la monnaie en Euros, donc prendre :
  • des coupures de 5€ et des pièces
  • une cannette de soda coca 1€
  • une bière 1,50€
  • un sandwich 2,50€
  • un repas complet 5€ à 10€

Concernant les piles
Partir avec le nombre suffisant de piles pour le GPS etc ou bien le chargeur photovoltaïque avec batterie en stand-by. Je n'ai vu aucune possibilité de s'en procurer sur le parcours, et j'ai demandé partout, aussi bien les AA que les AAA, nada.

Podgorica et Plav
IMG_1660 Podgorica marche couvertLe Best Choice pour l’hôtel à Podgorica c'est l'EVROPA, il est à coté de la gare, de la poste et de la gare routière. On peut également visiter l'ancienne prison ottomane qui tombe en ruine. Prix 35€ avec le PD. Par contre resto assez cher. Dans le quartier il y en a d'autres bien plus abordables et même une sorte de MacDo en remontant l'Avenue à main droite, ils ont d'énormes Hamburgers à un 1€ seulement.
Taxi pour l' aéroport (dire aerodroma) 10€ forfaitaire. Il y en a plein devant la gare routière.

Mall commercial. Pas loin de l’hôtel en remontant l'avenue puis à gauche en croisant l'autre, c'est tout à coté du grand marché couvert qu'il ne faut pas manquer si l'on veut être dans l'ambiance. A l'étage du marché couvert on peut acheter des cartouches de gaz système camping gaz. Sur le chemin quelques autres supérettes.IMG_1665 Podgorica marche couvert gaz bazar

Je n'ai vu aucune librairie sauf la toute petite au Mall. Donc partir avec ses cartes et ses cartes postales.

Départ du bus pour Plav à 7h. Coût, moins de 10€, prendre le billet au guichet. Il y en a plusieurs autres dans la journée, certains continuent sur Gusinje. Il va mettre en se trainant 3h1/2 mais la route est belle. A Plav, plusieurs supérettes où on trouve de tout. Une sorte de syndicat d'initiative mais qui vend ses cartes et ses books, il s'appelle centre d'information. Ils ont la carte du PoB trail mais aucune autre. Le poste de police pour le crossborder permit est à la sortie juste avant le départ ou l'arrivée du trail, dans le quartier Korita après les cimetières catho en friche et muslim bien entretenu. Se présenter et demander au sergent qui fait le planton où aux autres qui tapent le carton, ils sont pas causant mais pas désagréables. C'est à peine à un peu plus de 500m de la poste.

Pour arriver dans ces Balkans du sud on peut venir par Pristina, mais bus pour Pëc puis rebus minibus pour la vallée de la Rugova. Il y a des liaisons directes d'un peu partout en low cost pour Pristina. Sinon la Montenegro Airlines, équipée en Embraer brésiliens en bon état, n'est pas chère du tout, elle dessert régulièrement quelques proches capitales comme Vienne-Rome-Zurich-Ljubiana ... Et enfin la RyanAir va à Podgorica par Bruxelles-Charleroi.

Éviter de passer par Belgrade et d'avoir le tampon Belgrade sur le Passeport. Y a des mecs qui ont encore de l'urticaire depuis 1998-99.

Roaming-Mobile-Couverture
C'est le gros poste de dépenses si l'on veut appeler ou se faire appeler. Il n'y a aucune cabine publique dans les villes, les hôtels n'ont pas l'international en général, donc utiliser leur wifi. Les tarifs des opérateurs mafieux n'arrêtent pas de changer toujours à la hausse. Quelque soit le pays le roaming est HORS de prix. Cela peut aller de 10€ pour 2 minutes à 30€ pour le petit 1/4 heure. Le SMS sera le moins cher, mais quand même 1,5€ pour 160 caractères.

La cuvette de Plav, les vallées de la Rugova-Valbona-Theth, un peu Lepushe en se levant bien haut et de bonne heure, Vermoshe en se connectant sur le Monténégro, et enfin la plupart cols, ce sont les zones couvertes.

Cartes-Traces-Guides
J'ai downloadé digitalisé ou scanné TOUTES les cartes de la région. La SEULE carte papier valable est celle du Kelmend par Huber-Verlag mais elle est épuisée. Merci Mayake de nous la fournir.

J'ai utilisé 3 cartes vectorielles : Adria Pro de Garmin (rudimentaire et datée mais en 3D pour se donner une idée des dénivelés), East Europe OSM pour les villes, et Albania Basemap avec relief que j'ai composé en concaténant 2 autres cartes.

Luidji d'Alpini a encore disponibles des exemplaires d'une petite carte papier du Kelmend Nord issue de celle qui est out of sale. Elle indique les trails à faire de le Nord Kelmend Albanais.

Il me reste à scanner 3 books. Celui du Kelmend Albanien écrit par des suisses et qui doit être aussi épuisé à présent. Un autre du Kelmend Monténégrin en anglais très bon également, c'est le premier de randos dans ces alpes mais que pour les sentiers autour de Plav. Et enfin le dernier en serbe, qui fait tout le Monténégro dont le Dormidor mais il faut lire le Serbe.

Concernant le balisage, quasi rien de bon ou de signalé au Monténégro. C'est sporadique au Kosovo. Quand il y est présent c'est bon mais ce n'est pas souvent. En Albanie, presque tous les sentiers recensés sont balisés, un énorme travail organisé par une ONG italienne et réalisé par les randonneurs-guides-aubergistes locaux comme Luidji. Il y a à Theth un site internet de guides (tenus par les gugusses de Breishta, mais ils ne connaissent que leurs sentiers et pas ailleurs, et si on a son GPS et les traces de Theth qui trainent partout on se débrouille très bien sans eux. Concernant Valbona, adopter cette vallée comme point central n'est peut être pas la meilleure idée, c'est une vallée glaciaire et partout des dénivelés à pique (et pique et colle et gramme). Toutefois pour aller à Cerem sans passer par le raccourci parallèle à la route coupé en partie par un éboulement mais franchissable pour un cabri comme moi, ni par la dirt road, il y possibilité de passer par derrière le Maja Kollata et le Monténégro.

Je vais mettre sur Wikiloc mes traces mises au propre avec vérification et nettoyage des WPs.

Stay Safe and hydrated Eau-Abreuvage
Encore en cette saison, fraiche je n'ai pas souffert de grosses chaleurs même les après midis, il y a de l'eau partout, des névés dans les creux et les versants nord. Sauf pour traverser les parties Karstiques qui ne sont pas longues il n'y a pas besoin de transporter plus de 1 à 2 litres. Les sources et les petits torrents en altitude sont safe. L'eau des rares fontaines dans les villages aussi. En demandant dans les maisons ou les estives on peut se faire dépanner, les estives doivent être occupées à présent, à mon passage elles ne l'étaient encore que très peu.

Botanique-Faune
En juin la flore dans ces Alpes Dinariques est EXTRAORDINAIRE. Excuser du peu, j'ai vu par exemple les 3 lys de la région dont le rare Albanicus. La faune, c'est inexistant, faut dire que les mecs y chassent à l'AK47 carrément. J'ai entendu au Monténégro des mecs tirer en semi ou en automatique une dizaine de rafales sur je ne sais pas quoi. Cela m'a bougrement donné envie de me planquer pour éviter la balle perdue. A Drelaj le soir des mecs ont tiré une cinquantaine de fois, exercice de tir ?

Il n'y a pas de mines comme certains l'ont suggéré sur certain forum, sinon vu le nombre de vaches et de montons dans les alpages il y aurait du Shawarma ou du Hamburger au menu tous les jours.
Je peux lister néanmoins quelques chevreuils, un renard avec une très belle queue, un lièvre, un couple de gros tetras, quelques perdrix sans doute des lagopèdes vu leur taille, des traces de griffes dans la boue trop grosses pour être du blaireau, une silhouette dégingandée de chien ou loup aperçu de loin dans un plateau paumé et dans un coin où un chien n'avait rien à foutre, une belle grasse vipère au Monténégro, et de minces couleuvres vipérines, quelques coléos pas vilains, pas vu de Parnassius apollo ni d'Allancastria cerisyi.
Concernant les chiens bergers, ce sont des bergers de la race bien connue de là-bas genre patou gris pas beau assez peureux, très faux jetons menaçants surtout si à deux, craignent en principe plus le jet de caillou que la menace du bâton, mais rien de bien létal.

Rapidement c'est ce que je peux coucher, là tout de suite. Cette région est un concentré du Jura et des Pyrénées dans un climat, des gens et un contexte extraordinaires. Cette région est parfois encore au 19eme siècle, dans son jus d'authenticité. Il faut y aller. C'est surement le dernier endroit d'Europe comme cela. Dans 5 ans c'est foutu, c'est sûr.

En hiver tout ce coin, surtout la partie Albanaise de Lepushe-Vermoshe est tout à fait apte au ski de randonnée ou raquettes. Il y a peut y avoir 2m de neige, on passe partout sans clôtures. C'est la saison ou cette montagne est la plus belle. Et personne n'y va encore en foule. Les GH seront ouvertes sur demande. Pensez-y et profitez en.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 7 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois #61000 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
Petites autres Précisions
J’étais seul et toujours en solo, parti avec 5 jours de bouffe et tout pour être en autonomie. En gros j’ai dormi environ la moitié en bivouac. Les GuestHouse c’était pas cher et c’était aussi le moyen d’avoir du ravito, car pas de tienda ni superettes ni rien de ce genre à part qq restos, alors autant prendre la GH avec la pension complète pour 25€ cela revenait moins cher et j'avais la picole comprise (coca non light pour moi Clignement d'œil). Mais c’est possible de tout faire en bivouac. C’est très secure et aucun absolument aucun pb à craindre en qui que ce soit.

Question détails et chiffres et traces ce sera dans mes articles, surement en Aout mais j’ai fait en gros 350km sur 13 jours dénivelés + 16 000 –16000. Lever tôt 5h 6h, départ 1/2h a 1h après, arrêt 19h-20h. Les jours sont décalés la-bas d’environ 2h par rapport à mon bled en Espagne. Donc journées de 20-30-40km et de dénivelés 1500/2000.

Le GPS est indispensable, quoique qq cartes peuvent être de bon complément mais insuffisantes car imprécises question sentiers. Très bonne météo sauf 2 jours de pluie très discontinue. Temps frais beaucoup plus qu’en Haute Savoie (cf. TMB).

Hit the road, Jack!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois #61014 par soliou
Réponse de soliou sur le sujet rando en albanie printemps 2015
merci pour ce généreux partage! Avec ça les futurs candidats pour ces pays ont une mine d'infos :woohoo: :woohoo:
Par contre avec la pub que tu fais et les belles photos que tu ne vas pas tarder à mettre j'en suis sure, il y aura foule au printemps prochain sur les sentiers! ;)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois #61016 par ALAIN DERU
Réponse de ALAIN DERU sur le sujet rando en albanie printemps 2015
Oui, je pense aussi que tu vas rameuter du monde!
Tu pourrais créer une consultance pour cette région! ;)
Ton blog est attendu!

Alain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Ma Yake

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois - il y a 4 ans 7 mois #61020 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
merci amigos mios, je vais de ce pas accélérer ou essayer, comme vous savez ma devise "chi va piano va lontano" ...

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 7 mois par Ma Yake.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ALAIN DERU

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois - il y a 4 ans 7 mois #61215 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
Hola todos,
Bien le bonsoir,
C'est pas pour faire de la pub, mais j'ai essayé de passer des fotos de mes Drives ici et ça ne marche pas , donc j'ai continué sur mon blog. Désolé Gardien, je suis sincère. Donc si vous êtes intéressés par les Balkans, l'Albanie et tout et tout, Allez-y. J'ai fait mes premiers articles. Cela vaut la peine, qui est énorme pour moi de m'y remettre, croyez moi. Et déjà des réactions. :P
Mais je continuerai ici aussi. B)

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 7 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois - il y a 4 ans 7 mois #61259 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
Bonjour, ça y est, avec beaucoup de mal j'ai commencé mes articles,
Montenegro Albanie Kosovo – PoB étape 1

Lever à 6h, une nuit plutôt mauvaise, on m’a refilé la chambre du bout, avec fenêtre sur cour, sans rideau, une chaleur et une clim d’enfer, autant dire que je ne recommande par cette piaule. Pas de petit-dèje puisque la salle ouvre à 7h seulement mais la gentille concierge à qui la veille j’avais demandé des sandwiches en remplacement de ce petit-dèje avait fait merveille. Direction de la gare routière à 500m, billet au guichet, tourniquet petite attente, peu de monde, 4 seulement à monter lorsque le car arrive. Longue longue traversée des vallées au milieu des monts noirs de schistes et de feuillus. Très très lent, beaucoup beaucoup de montée. Cela n’en finit pas. Heureusement que la vue est belle.

Plav, gros bourg, gros bof. Des mecs partout à glander, des gueules pas catholiques. La calle mayor est vite remontée, elle est courte en plus. L’office de tourisme est une petite librairie, les gens sont tout gentil, le mec un Monténégrin un peu beaucoup nationaliste fait tous ses efforts pour trouver un anglais correct. Il n’est pas avare d’explications et sait ce qu’il faut. Les deux petites gonzes se plissent de rigolade derrière leur comptoir à écouter notre conversation et mes khonneries. On se quitte pour les premières supérettes bien fournies en tout ce qui faut. La poste au carrefour, elles sont les seules à vendre des cartes postales, il y en avait cinq, le même schnapshot, c’est pas la peine d’y aller j’ai tout pris. Le timbre est à 0,60€. Elles arriveront une semaine après moi. Direction gauche toute, c’est relativement rare pour moi, un demi kilo et c’est la grosse maison de la Police des Frontières. Une poignée de mecs balèzes comme les Carpates tapent le carton. Le sous-gradé fait le planton debout. Je déballe mes photocopies et le passeport pour le Sieur Shkoder. Le planton fait la commission et revient avec le papier manquant et son tampon, j’ai attendu juste le temps de refaire mon sac. Les mecs se lèvent, tâtent apprécient en connaisseurs mon bâton-canne de marche. Puis ils montent dans leur tout-terrain en ruine. Big sourire, Tank you very muche, Bayebaye et me revoilà à la bifurcation à 100 mètres plus bas, le départ du PoB trail.

De Plav à Katun Bajrovic
Première partie très cool, mais comme il a plu fort d’un gros orage le matin, tout est inondé, des passages sont transformés en torrent, les rivières en gaves. Avec le franchissement au gué d’où l’on ne voit plus les pierres sous le courant, les herbes toutes trempées, les flaques et la boue, c’est la journée que je dirais écossaise: les godasses et les chaussettes qui font floc floc toute la journée.

Puis la première montée au premier Katun, je remarque que les chalets d’estives sont vides, pas tous cadenassés, souvent avec auvent, impecs pour le bivouac. Puis en haut de la montée, là où la sente se perd quelque peu un mec assis sur les talons attend. Hello, Que Tal? je passe. Erreur il faut revenir sur la maigre sente, et juste là où le mec attend, c’est ce que dit le GPS, il faut aller tout droit dans la broussaille, c’est pas possible, mais si, le mec se prête volontairement comme guide jusqu’à la source. Il ira ensuite à l’ouest ensuite vers sa famille ??? Je comprend pas bien, mais il a été bienvenu, un envoyé des dieux pour me mettre dans le droit chemin ??? un envoyé des flics pour vérifier si je montais bien au PoB ??? deux autres fois cela m’arriva, des mecs par hazard, là où il y avait un bazar dans le trail et les tracks, bizarre bizarre. Une étoile me suit. Seigneur ! Je n’ai pas fait la fine bouche.

La crête après un ravinement abrupte. L’alpage. Le chemin de vaches qui mène à l’alpage. La dirt road qui mène au chemin de vache. Juste avant la descente au lac, chic un berger et ses moutons. Beurk, un berger avec trois bergers yougos bien gros gueulards. Il les rappelle, ils en ont rien à se foutre. Un caillou bien comme il faut, et Seigneur, bonne étoile, en plein dans la gueule du plus gueulard. Kaie Kaie, cela écoute enfin le patron et tout ce petit monde se taille.

Le lac dans l’après midi qui tombe est un peu noir. Mais surprise, Oh Bonne Etoile. Un magnifique éclat de soleil dure le temps de faire trempette au milieu des tritons et crevettes. Waouhh Haouw that’s good! Rehabillage et chaussage dans les grolles floc floc. Descente continue. Abri tout neuf tout moderne tout barricadé pour vététistes, l’auvent est classe, mais c’est encore trop tôt. Descente continue, et voilà le dernier Katun. La lumière du soir est ors et magies. L’appentis du dernier chalet me tend ses membrures. Je m’étale. La source est à portée. Qu’elle est belle cette première journée !
.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 7 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois - il y a 4 ans 7 mois #61260 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
Montenegro Albanie Kosovo – PoB étape 2

de Baino Polje à Drelaj
Nuit impeccable, tout commence bien, c’est parfait. Une longue journée s’annonce. Ce soir on dormira au Kosovo. La Descente continue jusqu’à Babino Polje. Une courte section de gravel road. Un coin plus ou moins aménagé et une source. Puis c’est le pont en tronc pour passer à l’attaque de la grande montée. D’abord les fermes puis le sentier se paume. Il faut monter comme les vaches, à la diable dans les herbes et en zigzag. La flore est très belle. Quelques chalets d’estive beaucoup en ruine. quelques petites tourbières avec de brosses grassettes. Il faut continuer à monter. C’est pas mal dur. Tout se rejoint plus ou moins pour aller vers la gauche et passer une magnifique petite vallée puis un entonnoir-déversoir. Des marques de balisage apparaissent, il y en a pas beaucoup, c’est plutôt paumatoire, mais cela donne une indication générale. On domine l’ensemble des vallées de ce versant monténégrin, dans le matin avec cette lumière c’est cristallin. Puis c’est la longue crête qui monte au col, quelques névés, les premiers avec leur robe de crocus.

Enfin le premier col. C’est de l’autre coté, le Kosovo. Que c’est beau. C’est Ravno Brdo. De grandes vallées boisées, les reliefs deviennent minéraux et sont un peu plus escarpés, et puisque c’est l’ubac ils ont beaucoup de neige persistante. Le chemin tout en crête fait toute la frontière, il est bien net. A droite c’est l’Albanie, c’est pas loin. Devant c’est la vallée par laquelle on repassera dans 2 ou 3 jours. A gauche c’est pour aller au Kosovo.

A gauche donc. Le sentier est pas mal pratiqué par les randonneurs. Puis c’est le 2eme col Lugu I Shkodres. On est à 2000 depuis pas mal de temps. Ce n’est pas très haut, rien n’est très haut en fait dans ces Alpes, mais ce n’est pas l’impression que cela donne. Les vallées sont encaissées, les versants très proches et abrupts.

Derrière ce deuxième col première descente dans un pierrier. Deux américaines en bas ont un peu de mal à détecter le chemin. D’en haut et du bâton je le leur indique. Blabla de rigueur. Ne bivouaquent pas. Leur sac est tout petit. Comme moi elle ont toujours le GPS à portée. Elles ont l’air de bien se débrouiller. Elles sont ravies. Elles sont presque arrivées. Moi j’arrive seulement. So long. Je continue, il y a deux possibilités, le chemin d’Endrit à gauche, dans des reliefs accidentés, un chemin à droite bien balisé qui passe au bord d’une longue et belle plaque de neige dure comme glace. J’opte pour la droite. Puis c’ est le petit lac glaciaire. Magnifique. Les stations de plantes autour pas moins. Je vois l’emplacement où les 2 américaines se sont vautrées pour leur pose.

Puis la sortie du lac, son écouloir, un vieux point d’abreuvage est astucieusement aménagé. Dans la cuvette pas évident de reprendre le chemin. Je le loupe. Cela m’oblige à refaire du sanglier et remonter en perpendiculaire le versant. Cela arrivera souvent. La trace d’Endrit est très bonne, mais comme les vallées sont encaissées, les signaux GPS ne le sont pas autant. Si bien qu’il y a une imprécision de parfois plus de 50m. Sur le plat, pas de problème. Mais en pentes, les 50m se transforment vite en 100 ou 200 et dans du terrain parfois saignant. La règle sera donc d’éviter de ne pas perdre le départ des pistes, au franchissement des pacages, des barrancos, des éboulis, des torrents … et cela n’a pas été toujours évident.

Puis c’est le 2eme lac, environnement plat, lac un peu herbeux vaseux. Ce n’est plus de l’eau de fonte. Un groupe de jeunes kosovars, la chemise à l’air, les gonzesses aussi, surpris de voir quelqu’un ici, moi aussi, ils viennent se baquer, Hello Hello, on ne se comprend pas, chacun son patois.

Puis ce sont les premières habitations. Ha bon ils construisent en « siporex » ici ! Une première GH, un mec s’en éjecte et me jacte en pseudo Deutsch. Du hast Coca? Nein que du milch. Salut alors, Bis später ! Puis c’est la GH Buri Kuq. C’est plus professionnel. Ce n’est pas pour cela qu’il y a plus de monde. C’est désert, d’une manière générale, j’ai trouvé tout désert et vide au Kosovo. Peut être que n’étant pas en juillet, les touristes ne sont pas encore en vacances. Ou alors c’est la crise. Ou alors ils avaient le fric des subventions européennes à claquer. Par la suite je verrai beaucoup beaucoup d’habitations dont la construction a été arrêtée ou abandonnée, et des chantiers il y en a pas mal et partout et dans des coins vachement paumés de ce Kosovo. Haaaa, ils ont du coca! La nuit? c’est 15€. Et avec le diner? c’est 20€. Pas cher les mecs. La turne à l’air bien et être bien gérée.

Puis c’est la gravel road, puis un bout de la route qui fait toute la Rugova depuis Pejë. A Kucishte, bled très éparpillé, un chemin de bucheronnage entre deux villas secondaires remonte. Vite quitter cet environnement à vrai dire pas très engageant, je ne sais pas pourquoi mais je ne m’y sens pas bien. Montée dans des feuillus. Puis chemins agricoles de boue, puis c’est le plateau herbeux de Dugaive. Ça et là des chantiers arrêtés. Des constructions Kitches, des drapeaux albanais. Des gens qui te regardent drôlement pas franchement. A l’autre bout du plateau une nouvelle route forestière, toute caillouteuse. Un mec a pété son carter. Sur toute la descente, presque jusqu’à Drelaj je suis ses petits points noirs. On suit aussi la rivière. Sur la fin un passage court comme dans une gorge.

Puis lorsqu’ apparait l’asphalte, c’est Drelaj. Village de merde(s). Je commence à m’installer dans une maison abandonnée à moitié construite au milieu d’un terrain en friche, les voisins m’en jettent. Raus ! T’as une GH pas loin. Mais j’ai ma tente, je vais pas gêner. Que dalle, va à la GH d’à coté. Le jeune mec commence à virer très con. Je vais donc zieuter à la GH d’à coté. Aux deux vieux : Vous parlez Anglais? Allemand? Espagnol? Français? Papou? C’est combien la nuit? Ah et merde, je me taille. Une grande mosquée toute neuve dans le bas. A la sortie du village un beau pré non clôturé. Je déballe et je plante. Les mômes des dernières baraques sont venus mater, et rigolades débiles entre eux. Je m’enfile et tout le bardas avec dans la tente. Je zippe jusqu’en bas pour ne plus les voir, ils commencent à me faire chjier. Je commence à gringuer. Toc Toc, un toctoc à te déraciner les ancrages. Et un mec baragouine. Et TocToc. Et le mec rebaragouine plus fort. Ah Ils commencent salement à me faire chjier ici. J’entre-ouvre. C’est quoi? j’aboie. Le mec veut que j’aille dormir et bouffer chez lui et qu’il va pleuvoir. C’est un gogol, il me l’explique et insiste et re-insiste comme si j’avais autant que lui, la combinaison des neurones difficile. Je renifle le truc pas clair. Oui il va pouvoir palper de blé, et oui moi je vais me faire boulotter par des punaises sur un galetas sordide et bouffer de la daube faisandée. Non, J’ai tout ce qu’il me faut. Non Non et Renon. Et Barres toi ! Il finit pas se barrer avec les mômes toujours à rigoler débilement. Je termine ma pitance devenue froide.

Tac tac tactatarac Tatatatac ! Bon Dieu qu’est-ce que c’est maintenant. Des mecs tirent à l’AK47 pas loin. On reconnait le claquement méchant et brutal du calibre. Des rafales en semi automatique, régulières, espacées. Les mecs s’entrainent au tir. Sympa le coin. Cela ne dure pas très longtemps. Une belle centaine de coups quand même. Tout devient calme, enfin. La nuit tombe sans lune. Il fait très noir sous mon cuben transparent. Toc toc. C’est quoi. Merde! Je hurle. Un grand bruit de fuite, les haubans qui vibrent. Ce sont des vaches, toujours curieuses ces bêtes, elles voulaient savoir ce qu’était ce gros bidule vert en plastique au milieu de leur salle à manger. Elles roderont tout près toute la nuit. Visiblement à elles aussi je plais pas beaucoup.

Moralité, passez le bled, squeezez le bien, bien qu’il y ait sur cette route en cailloux pas du tout intéressante, juste avant d’y arriver, une nouvelle GH dont m’avaient dit les américaines que le boss serait sympa et parlerait français. Vous avez 2 solutions, soit vous coupez dès Dugaïve pour aller à Pepaj vers Reke e Allages. Soit on peut abandonner tout ce coin pourri et dès Kucishte faire du stop ou du microbus jusqu’au Rugova Camp. J’oubliais, avant d’arriver à Kucishte il y a un bar resto sympa sur la gauche qui fait de bons sandwiches et où la Peja est fraiche et pas chère.

Sayonara.

Hit the road, Jack!
Dernière édition: il y a 4 ans 7 mois par Ma Yake.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 7 mois #61278 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet rando en albanie printemps 2015
Montenegro Albanie Kosovo – PoB étape 3

de Drelaj au plateau Lumbardhit
Nuit pas terrible, cela ne commence pas si bien en fin de compte, avec les chjieurs de la veille, les chiens qui n’ont cessé de japper, les bouseuses qui ont fait chjier toute la nuit, enfin presque parce que dès 5 heures le camp était levé. Le soleil se pointe à peine et pas facile de trouver le début de la piste. Ils ont clôturé et barbelisé le champ où il est supposée être. Re-méthode sanglier en amont et voici la montée qui permet de s’extraire du bled. On atteint un chemin forestier, en fin de compte c’était un raccourci. Endrit prend très souvent des raccourcis, à croire qu’il connaisse comme sa poche les tracés. Une belle petite place de bivouac avec table et banc, idéal pour le café du matin que je n’ai pas encore pris. On surplombe d’abord la vallée et la route caillouteuse, puis arrivée au joli village fermier de Pepaj. Des bucherons à l’œuvre, des maçons à la truelle, des fermières à la traite, des gamins aux moutons. Cela sent bon. Un abri pour randonneurs en face d’un cimetière pour albanais tombés au champ d’honneur. Des mecs tout jeunes, la dix-huitaine, vingtaine, enrôlés ou volontaires en 1998 dans l’armée de libération Kosovare. Les tombes sont fleuries et le drapeau Albanais flotte.

La dernière montée pour ce matin pour quitter ce beau village. On arrive à un faux plateau d’alpages, quelques vaches, C’est assez beau l’endroit, c’est très vert, puis c’est la descente vers Reke e Allages. Dans la descente je croise le couple d’allemand, vous savez Max et sa nana qui font le guide book. Blablabla entre connaisseurs, on s’échange et se confirme nos informations. Non eux aussi n’ont croisé personne. Ils sont allés au Gjeravica, mais tout était dans la poix, alors ils n’ont rien vu, le chemin est aisé mais assez long. C’est dans les projets à moi aussi, mais par la suite, vu le temps je n’y irai pas. Lui est équipé en smartphone, 2 batteries en standby et un chargeur solaire. Ils sont venus par Plav, ils repartiront par Pristina. Ils resteront encore une quinzaine dans le coin pour rayonner à partir d’un chalet qu’une ONG de développement leur prêteront et faire les petits 2000 des environs. Les Allemands sont bien implantés au Kosovo, ils y investissent beaucoup. Beaucoup de Kosovars ont travaillé chez eux et savent la langue. L’euro ici est du Deutsch-Euro. Kouchner je ne sais pas ce qu’il a foutu ici pendant son mandat, mais s’il s’est gavé il ne s’est surement pas branlé en Français.

J’atteins les premières habitations de Reke dans la boue et le fumier, le chemin débarque dans des étables et j’ai du purin plein les godasses. Quelques GH assez bien installées. Au fait Max m’a dit qu’à Drelaj la GH d’Osman, près de la mosquée, j’aurais pu aller là, il le connait bien et le mec est bien. Malgré tout cela ne me fera pas modifier ce qui est dit précédemment.

Une gravel road avec un ou deux restos pour descendre à la route de la Rugova, elle est tout nouvellement goudronnée sur sa dernière moitié. Des pancartes pour hôtels un peu partout mais que je ne vois pas. Puis rapidement le complexe resto hôtel de Rugova Camp. C’est un ancien élevage de truite au bord de la rivière transformé vite fait à coup de pognon. Il y a plus de personnel que de clients. La bouffe du jour, une recette locale de ragout arrache la gueule. Les toilettes à peine large pour moi mon sac et m’y débarbouiller. Je dis chaleureusement au revoir à tout le monde mais pas un fifrelin de pour-liche.

Les mecs de l’hôtel à l’autre bout me prennent pour un cave. Ils ne savent rien du PoB. Faut dire que les hikers arrivant en sens inverse déboulent directement sans rien demander. Le chef finit par se rappeler que oui, il voit des sacs à dos passer par la petite porte verte, il me l’ouvre et me dit , C »est tout droit. Le maigre sentier va direct dans les ronces, c’est nul. En fait il faut partir sur la droite et monter dans le sous bois. Puis dans le sous bois, moitié à l’estime, moitié à la devinette, moitié à la chance on gravit par un vague zigzag dans les feuilles. Comme Max et sa nana viennent d’y passer, je note leurs traces et les feuilles soulevées. Cela aide bien, je longe plus ou moins la conduite d’eau jusqu’à un bord de barranco qu’il faut continuer, puis une crête en croupe calcaire. Puis on débarque dans des prés, un chemin qu’il faut traverser avant une station de lys martagon, un alpage et des bois. Pour l’instant la grosse montée de 1200m n’est pas trop terrible. Je ne suis qu’au tiers.

Arrivée à un niveau supérieur de pré et une ferme mal entretenus. Le chemin sur la gauche en haut est presque inexistant. Puis il devient rapidement une horreur. Des buches, des troncs, des branches partout, en travers en long, d’en bas, de haut. Le GPS à la main guide comme une boussole. Et puis le fatal, un déversoir de cailloux de ravins et de rochers, les mecs, ils charroient là sur des kilomètres toutes leurs grumes. C’est un chaos total. La seule chose à faire c’est de monter tout droit là dedans sans fermer les yeux Autant dire aussi qu’il n’y a aucun marquage ni balisage depuis le resto en bas. Et puis comme par enchantement, lorsque cet enfer de pierres est dépassé le chemin réapparait avec une première belle petite marque rouge et blanche. Ah les comiques !

Et la pluie se met de la partie, une bruine froide bien dense. Il faut dire que depuis Reke e Allage cela menaçait déjà avec une giboulée. Et le mec de l’hôtel en plus de me prendre pour un cave me prit pour un dingue en me déconseillant et qu’il allait pleuvoir. L’arrivée au plateau de Lumbardhit me permet de dépasser la couche des nuages. A 2000m c’est clair, un peu de soleil, mais froid et sinistre, et je suis trempé, l’humeur au ras des gentianes. Réappro avec filtrage dans le lac.

Passage dans la 2eme cuvette pour le bivouac. Max me l’avait conseillé. C’est plus beau. En effet, mais à peine moins de vent. Le vent est relativement thermique puisqu’il finira par se calmer au début de la nuit. On ouvre les sandwiches de Rugova-Camp et c’est là que l’on s’aperçoit de la supercherie. J’ai bien fait le « pas de pour-liche », ils avaient pas une bonne tronche là-bas. Re-pluie la nuit, pas trop forte mais suffisante pour achever. J’ai emporté le duvet léger et je commence à grelotter avec en plus l’hypoglycémie des efforts de la montée, c’est donc une bronchite qui reprend. Cette saleté est toujours là tapie au guet de la moindre faiblesse. Mais quelques coups d’Azitromicine 500 en trois jours lui passeront toute envie. En sortant pisser je crois voir au loin un chien, un loup, un chien-loup qui me scrute. Je suis immobile et je fais dans sa direction et c’est dans le vent. Il disparait comme un mirage à ces 2000.

Bon Polo, Cogites pas trop! Va te mettre sur le dos tout ce que tu as et vas bien te recoincer dans le duvet et tout se passera bien. A demain.

Hit the road, Jack!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 0.762 secondes