L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question GR10 en juillet-août 2012

Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois #47592 par chris
chris a créé le sujet : GR10 en juillet-août 2012
Bonjour!

Je cherche un ou plusieurs compagnons pour faire le GR10 cet été, en autonomie, c'est-à-dire en mode économique. Départ début juillet, apparemment il faut compter entre 6 et 8 semaines.
Je ne souhaite pas le faire toute seule, car des randonneurs avertis me le déconseillent.

Concernant mon expérience en tant que randonneuse, j'ai fait un trek d'un mois au Népal. La plus grosse difficulté pour moi a été l'altitude, à partir de 3000m j'ai commencé à sentir mes capacités diminuées. Sinon je n'ai pas eu de problème physique. Je fais beaucoup de sport et je randonne par ci par là...mais n'ayant pas d'amis sportifs, je fais appel à vous pour concrétiser ce grand rêve.

Si vous avez comme projet de faire le GR10 cet été, ou même juste quelques étapes, je serai très heureuse de vous accompagner.
Je suis également preneuse de tous les bons conseils que vous pourrez me donner.

A bientôt
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois #47633 par fhidvegi
fhidvegi a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Bonjour Chris,
Si certains te déconseillent de randonner seule, moi je ne le déconseille pas nécessairement. J'ai traversé en deux fois, seul, les Pyrénées sur le GR 10 (plus facile pour un mec, me diras-tu). L'expérience de la solitude n'est pas des plus désagréables d'autant plus qu'on n'est jamais vraiment seul car on croise des personnes et si tu vas dans les refuges et les gîtes, tu y croiseras toujours des personnes. Si par contre tu compte faire du bivouac, je comprends que tu aies quelques appréhensions de le faire seule même si, objectivement, les risques sont limités (il est d'ailleurs souvent possible de planter sa tente à côté ou proche des refuges). Tu pourras trouver quelques conseils sur mon blog : randosurlegr10.blogspot.com (tu y trouveras en bas à droite des liens vers d'autres sites et blogs intéressants).
Bonne rando !

Franck
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois #47742 par chris
chris a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Bonjour franck!

Merci pour ton message. je viens d'aller faire un tour dans les Pyrénées orientales, et un guide de montagne m'a dit la même chose que toi, à savoir que je peux faire le GR10 seule. A vrai dire, la solitude ne m’inquiète pas réellement en soi, c'est plus le bivouac seule que j'appréhende. Je pense qu'il serait préférable que je sois accompagnée, au moins au début.

Ton blog est très bien fait, et les liens sont intéressants. ça met l'eau à la bouche!

Merci beaucoup pour ta réponse

christine
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois - il y a 5 ans 9 mois #47745 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Salut Christine et Franck ! :)

Voici mon petit grain de sel dans cette discussion :

Christine, comme on a pu te le conseiller judicieusement, je pense qu'il n'y a pas vraiment de soucis à faire le GR10 en solo, bon en te renseignant quand même bien avant, en sachant un minimum te débrouiller sur la lecture de carte et l'orientation et en ayant du matériel adapté.

Au sujet du bivouac seule, c'est vrai que la première fois, c'est quelque chose mais si ça se passe bien, ça peut devenir addictif, c'est tellement bien. C'est mon cas et je fais maintenant 3/4 de mes randos seul, que du bonheur !

Je pense que tu devrais tester pour voir. Il suffit de le faire dans des conditions sécuritaires et de façon progressive. Tu peux par exemple commencer en ayant un point de repli pas trop loin comme la voiture, un refuge ou autre.

Voili :)

@+ B)
Niko

PS : Franck, ton blog est très chouette :)
Dernière édition: il y a 5 ans 9 mois par Nikozorey.
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois #47750 par Bernard
Bernard a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Bonjour,
J'apporte également mon "petit grain de sel"
Randonner seul ne m'a jamais posé de problème, on éprouve une sensation de liberté incroyable, même si j'apprécie les randonnées en groupe.
Les rencontres deviennent des moments forts, beaucoup plus sincères.

Les bivouacs en solitaire laissent de supers souvenirs, on a rien à craindre, la nuit tombée on se sent protégé par une "enveloppe" qui nous isole, on devient le maître des lieux et invisible.

Chacun de mes bivouacs font l'objet d'une photo et sont répertoriés comme un collectionneur.

Mais souvent j'attends le couché de soleil avant de monter ma tente pour ne pas attirer l'attention de personnes munies de jumelles. Mais là, c'est un réflexe que j'ai gardé d'une autre vie, pas utile en milieu non hostile.
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois - il y a 5 ans 9 mois #47761 par Donnel
Donnel a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Bonjour B),

J'apprécie aussi la rando en solo mais sur une journée ainsi qu'en configuration "sécurisante"(plaines, collines, forêts...).

Sur des itinéraires + longs (au-delà de 24h00, impliquant bivouacs, autonomie, notamment en configuration montagneuse, l'expérience a montré que la rando en groupe est une expérience infiniment + riche que le trek en solo. Je comprends que l'aspiration à la solitude et fuite de milieux contraignants, urbains, générant un certain stress et une lassitude inspire ce mode de randonnée, je l'ai aussi pratiqué. En revanche, si les aspirations et motivations personnelles sont respectables, il est dangereux de prôner la rando en solo, surtout envers ceux qui abordent la grande randonnée. Avec ou sans GPS, personne n'est à l'abri d'un accident, d'une maladresse (glissade, perte d'équilibre, fatigue, chute...). Seul(e) au milieu de nulle part, quel recours en cas de pépin sinon l'hypothétique GPS, qui de toute façon, n'est pas une assurance contre le risque. Même des randonneurs chevronnés y ont laissé leurs peaux à force de "vouloir passer" et les nombreux accidents en montagne témoignent d'imprudences égales. C'est un peu comme les skieurs hors-piste, aspirants à une certaine liberté, se croyant à l'abri de toute maladresse. Chacun engage sa propre responsabilité mais aussi celle d'autrui par ses actes. La montagne ne constitue pas un "terrain de jeux" au sens propre et tue par inconscience par manque de prudence.

Bernard écrit: Bonjour,

Randonner seul ne m'a jamais posé de problème, on éprouve une sensation de liberté incroyable, même si j'apprécie les randonnées en groupe.
Les rencontres deviennent des moments forts, beaucoup plus sincères.


La liberté se conquiert aussi bien en solo qu'en groupe. Le groupe est une assurance contre des risques insuffisamment évalués et, en outre, développe ou renforce les concepts de solidarité, unité,
entr'aide et respect de soi. Quant à la rencontre sincère, elle est infiniment plus forte en groupe du fait de cette irremplaçable notion de partage qui nous lie à lui, de la richesse des échanges et d'une expérience vécue à plusieurs autour d'un challenge. La motivation en est décuplée et le plaisir totalement différent. Je pense que c'est une approche beaucoup plus humaine de la notion de respect de soi et de l'environnement, de plus on en sort grandi davantage. Evidemment, cette aventure ne se prépare pas à la légère... ;)

Donnel

Donnel

Entre ciel et terre, nuages, villages et sentiers magiques, la randonnée éternelle...
Dernière édition: il y a 5 ans 9 mois par Fabien78.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Bernard, karo
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois #47764 par Bernard
Bernard a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Je suis d'un avis tout à fait différent.
Plus la randonnée est importante au delà de 4 à 5 jours plus la nécessité de randonnée seul s'impose.
A partir d'une certaine durée les problèmes relationnels commencent à se faire sentir. Phénomène bien connu et relaté dans les formations professionnelles, surtout en situation d'effort physique intense et de fatigue.
On retrouve cette difficulté dans les récits de traversée des pyrénées, rares sont les groupes revenus intactes de cette expérience.
Je l'ai vécu lors de l'ascension du mont-blanc où un membre du groupe a provoqué des conflits, l'année suivante j'ai refait l'ascension seul.

Le GPS n'est pas un outil sécurisant, bien au contraire, on n'est pas à l'abri d'une perte d'autonomie en piles, ce qui rend incapable certaines personnes de s'orienter, car ayant perdues les connaissances de bases pour l'utilisation cartes/boussole/altimètre. Le mien reste dans un tiroir.

Le groupe n'est un gage de sécurité, l'accident peut se produire de la même manière et souvent plus fréquemment par la perte de la vigilance due à la "fausse sécurité de groupe".
Seul point positif, l'alerte sera plus rapide.

Pour la liberté rien de comparable.
Je ne définie jamais à l'avance mes dates de départs de mon domicile, je décide la veille, je prépare un itinéraire de rando, mais ne le respecte pratiquement jamais, pas plus que la durée des étapes.
Si une journée je veux marcher jusqu'à la tombée de la nuit, je le fait. Et si au contraire un matin réveillé de bonne heure je décide de commencer à marcher à 5h00 après avoir plié à la lampe frontale, rien ne m'y empèche.

Pour exemple en septembre 2011, je pars pour le taillon depuis le cirque de Gavarnie en passant par les échelles, arrivée à la brèche je décide finalement de faire le casque et de redescendre vers les vires. En groupe, je n'aurai pas eu cette liberté.

Parfois on rencontre un autre randonneur solitaire avec lequel on fait un bout de chemin, comme on sait que nous ne nous reverrons plus, les échanges sont plus sincères, on se confit plus facilement sachant que de retour dans la vallée ces propos ne seront pas exploités.

Autre point de plus en plus abordé, en cas d'accident, sans être guide ou accompagnateur le membre du groupe ayant le plus d'expériences pourra avoir sa responsabilité engagée.

En septembre 2012 je retourne dans les pyrénées pour une rando de 10 jours en autonomie et en solitaire, cetainement encore de bons moments et de belles rencontres.
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois #47765 par chris
chris a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Les avis sont partagés...la meilleure solution semble être celle que l'on sent, personnellement pour nous-même.

Pour ma part, j'ai déjà voyagé 6 mois à l'étranger toute seule, la solitude ne me fait pas peur, je saurai donc lui souhaiter la bienvenue si je ne trouve pas de compagnons sur la totalité du parcours.
Ton idée est bonne Niko, j'essaierai de bivouaquer seule pas trop loin de ma voiture dans les prochains mois, pour me rassurer.

Toutefois, je crois que ce que je recherche pour cette expérience, ce qui est important pour moi, c'est de la partager.

Donc je continue de chercher un ou plusieurs équipiers, parce que je me sens d'avantage de partager cette aventure avec d'autres. Mais vos propos m'ont quand même rassurée, donc je ne remettrai pas en question cette traversée si je suis seule, quitte à faire des rencontres sur le chemin...pas trop mal comme compromis, non?
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois - il y a 5 ans 9 mois #47767 par Donnel
Donnel a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012

Bernard écrit: Je suis d'un avis tout à fait différent.
Plus la randonnée est importante au delà de 4 à 5 jours plus la nécessité de randonnée seul s'impose.
A partir d'une certaine durée les problèmes relationnels commencent à se faire sentir. Phénomène bien connu et relaté dans les formations professionnelles, surtout en situation d'effort physique intense et de fatigue.
On retrouve cette difficulté dans les récits de traversée des pyrénées, rares sont les groupes revenus intactes de cette expérience.
Je l'ai vécu lors de l'ascension du mont-blanc où un membre du groupe a provoqué des conflits, l'année suivante j'ai refait l'ascension seul.


Point de vue trop absolutiste à mon sens que je ne partage évidemment pas. On ne peut tirer un enseignement unique et général. Je ne mésestime pas les fractures conflictuelles qui peuvent survenir, elles ne constituent pas non plus une majorité de cas, la solution étant aussi dans la concertation. La rando en groupe est un dépassement de soi et enrichit considérablement sa nature lorsque l'on a partagé une aventure et des risques ensemble. les conflits font partie de la vie en groupe, en société et leur gestion se fait sur le mode du dialogue, partage des expériences et capacités à échanger sur la diversité et connaissances de chacun. La solidarité ne trouve de meilleure place que dans l'échange d'expériences et dire que rare sont les groupes à être revenus intactes de cette expérience est abolument faux. Ou alors, il faut vivre en ermite...
En outre, si la responsabilité appartient au plus expérimenté, elle se partage aussi collectivement avant le départ. Chacun engageant évidemment la propre sienne et liberté de décisions peut être prise d'arrêter ou de poursuivre pour 1,2 membres d'un groupe en assurant, dans la mesure du possible, un ralliement pour se séparer lors de l'étape suivante.

Donnel

Donnel

Entre ciel et terre, nuages, villages et sentiers magiques, la randonnée éternelle...
Dernière édition: il y a 5 ans 9 mois par Fabien78.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Bernard
Le sujet a été verrouillé.
Plus d'informations
il y a 5 ans 9 mois #47768 par Bernard
Bernard a répondu au sujet : Re: GR10 en juillet-août 2012
Pour avoir organisé et encadré de nombreux séjours en montagne pour mes collègues de travail depuis plusieurs dizaines d'années, j'ai pu comparer les avantages et inconvénients des 2 modes de randonnées.
J'ai trouvé du plaisir dans les 2 formules. Parfois avant de partir en groupe j'effectuais l'itinéraire seul pour reconnaître les difficultés, et je les accompagnais l'année suivante avec une satisfaction de leur faire découvrir les lieux.

Mais le seul moment où le sentiment de liberté est total, c'est bien sûr lors de randonnée sur la HRP seul et en autonomie pour une dizaine de jours (avec un dépôt de nourriture à mi-parcours)
Ces moments forgent le caractère, parfois des moments de doute, de démotivation, qu'il faut dépasser.

Et puis on a tous des paradoxes, dans la vie courante je suis toujours à la recherche de compagnie, pour cette raison je ne pourrais pas habiter hors de ma ville en milieu rural isolé. Je ne suis absolument pas un ermite et assez conciliant.
Pour une de mes autres activités sportives (windsurf)je fréquente des spots les plus fréquentés, pour avoir de la compagnie.

Pour les risques, ils sont réels, comme ils le sont pour des personnes seules à leur domicile qui peuvent être victime d'AVC, de chute, ou de malaise cardiaque, sans pouvoir être secourues.

Donc on ne sera pas d'accord, mais le principal est que chacun de nous trouve dans cette activité le maximum de plaisir avec la formule qu'il a choisie. ;)
Le sujet a été verrouillé.
Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 0.372 secondes