L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question Comment Faire le Bivouac sur le GR11 dans les Pyrénées, en Espagne?

Plus d'informations
il y a 2 mois 6 jours - il y a 2 mois 6 jours #69223 par Walking Nature World
Cette série de rapports de randonnée comprendra notre randonnée longue distance sur le sentier GR11. Nous avons commencé à le faire à la toute fin du mois de juillet 2020 et étions très heureux de découvrir ce que ce sentier nous apporterait. Nous étions disposés à faire ce sentier depuis un certain temps, mais avant, nous avions toujours d'autres plans de randonnée pour la saison estivale loin de chez nous et cette année-là, c'était une merveilleuse opportunité de s'y attaquer enfin. Nous étions sûrs que ce serait un voyage fascinant qui nous permettra de découvrir la partie inconnue de haute montagne des Pyrénées où nous ne sommes jamais allés auparavant. Bien sûr, nous transportions tout le matériel de camping nécessaire dans notre sac à dos sauvage et nous prévoyions de faire le bivouac ou le camping furtif tout au long. Regardez la vidéo complète ici:
pas de cliquer sur les sous-titres français dans la vidéo. Pour ce premier jour, nous sommes partis de la vallée de la Cerdagne en Espagne et prévoyions de nous rapprocher d'Andorre. Nous voulions faire seulement 12 kms pour cette journée, car nous savions par expérience que le moins est plus avec la randonnée longue distance surtout en montagne. En étudiant la carte au préalable, nous avons vu que le sentier serait probablement assez fastidieux car le changement d'altitude chaque jour est assez grand. Mais nous espérions que la lenteur avec laquelle nous avions prévu de l'aborder nous aidera à avancer régulièrement chaque jour sans être trop épuisés. Nous avons commencé notre journée assez tard à 10h à la périphérie du village de La Tour de Carol où le bus nous a laissés. Nous avons donc d'abord dû traverser plusieurs champs avec de petites fermes et des pâturages peu ombragés, puis le sentier s'est transformé en un sentier plus forestier. Nous nous sommes sentis assez chauds dès le départ car le soleil était déjà haut à l'horizon. Nous avançions relativement lentement également parce que nous étions pleins de vivres. Comme nous avions prévu de faire une randonnée aussi indépendante que possible et savions que nous ne rencontrerions pas beaucoup d'épiceries pour nous réapprovisionner, nous devions transporter la nourriture pendant au moins 3 jours à l'avance. Ainsi, le sac à dos de Dima a fini par peser plus que la normale à environ 16 kg car il transportait la plupart des fournitures. L'objectif était de réduire le poids à 12-14 kg au fil des jours et nous espérions toujours pouvoir le gérer.Nous sommes donc rapidement arrivés au petit village rocheux de Guils de Cerdanya où nous avons pris un petit rafraîchissement en nous lavant le visage avec l'eau froide de la source. Et puis nous nous sommes dirigés vers les 900m de montée qu'il nous fallait affronter ce jour-là. Nous avons été agréablement surpris de voir les signes rouges et blancs fraîchement peints de GR dès le début, car cela signifiait que nous pouvions nous détendre et suivre le courant sans vérifier constamment nos cartes. Heureusement, il n'y avait qu'un seul GR passant par cette zone, nous ne pouvions donc pas le confondre avec l'autre car il n'y avait généralement pas de chiffres sur ces panneaux universels.Le sentier était assez raide depuis le tout début et était également assez rocheux. C'était un défi certain de marcher dessus sous le soleil brûlant sans ombre autour. Nous avons définitivement décidé de commencer les jours suivants très tôt afin d'éviter de marcher dans les moments les plus chauds de la journée. Mais comme ce jour-là, nous devions d'abord arriver au point de départ, nous n'avions pas vraiment le choix. Nous avons également été heureux que le temps chaud se soit enfin installé car le début de l'été a été très instable et assez froid.Ensuite, nous sommes sortis dans une plaine de montagne plus ouverte avec un ruisseau et avons commencé à voir les arbres isolés apparaître ici et là ainsi que la brise fraîche a commencé à souffler vers nous et c'était très agréable. Au fur et à mesure que nous montions, les vues grand angle de la vallée de la Cerdagne s'ouvraient à nos yeux et c'était agréable de la voir sous un angle différent où nous n'avions pas été auparavant. Il y avait cependant beaucoup de brouillard, donc l'image n'était pas aussi claire que nous l'aurions souhaité.De cette façon, nous sommes arrivés à la région de Guils Fontanera qui était essentiellement une plaine de montagne entourée par la forêt de pins et transformée en pâturage pour beaucoup de vaches et de chevaux. Il y avait un parking à proximité, donc nous avons rencontré pas mal de gens en train de pique-niquer là-bas et il y avait probablement un bar-restaurant servant la nourriture. Nous avions aussi envie de faire la sieste car nous avions déjà parcouru la moitié de la distance ce jour-là et avions très faim. Nous avons donc trouvé l'endroit calme à l'ombre de la forêt et avons eu environ une heure pour déjeuner et nous reposer.Ensuite, nous avons recueilli de l'eau à la source et étions prêts à aborder nos 5 derniers kilomètres de montée qui promettaient d'être assez doux au vu des niveaux d'altitude.Alors d'abord, le sentier a continué à traverser les champs ouverts accompagnés de la vue magnifique sur les chaînes de montagnes devant et derrière nous. À ce moment-là, Angelina avait envie de sortir les bâtons de randonnée et de commencer à marcher avec eux. Et c'était la première fois pour nous que nous prenions les bâtons pour une longue randonnée. L'année précédente, faire la randonnée du Tour du Mont Blanc nous a montré la nécessité d'avoir un soutien supplémentaire sur les sentiers de montagne escarpés, en particulier dans les descentes. Et cette fois, nous espérions que cela nous apporterait l'aide nécessaire et nous sauverait la vie à certains endroits.C'était comme si l'heure la plus chaude de la journée était enfin laissée pour compte et nous avons donc parcouru la dernière partie du sentier de manière plus rafraîchie et énergisée. Bientôt, il se tourna vers le chemin forestier et ce fut une joie de marcher enfin à l'ombre. Alors que nous nous approchions de notre destination finale - Estany Sec, nous recherchions déjà les emplacements de camp potentiels et espérions trouver un bon endroit isolé dans la forêt. Nous avons vu plusieurs maisons ressemblant à des abris sur le chemin, mais alors que nous allions au campement sauvage, nous venons de passer à côté d'eux.Nous sommes presque arrivés au Refugi Malniu lorsque nous avons trouvé notre place pour camper sur un terrain relativement plat dans la plaine de montagne. Nous avons dû nous éloigner un peu du sentier mais heureusement pas trop loin. L'endroit présentait pas mal de dénivelé mais nous ne pouvions pas vraiment nous plaindre d'une randonnée en haute montagne, car tout endroit plus ou moins plat était une rencontre heureuse.Ensuite, nous allions essayer notre poêle à bois pour la première fois dans des conditions réelles de sentier et nous voulions d'abord prendre notre douche chaude, nous devions donc chauffer un demi-litre d'eau pour cela. Nous avons ramassé du bois sec et des brindilles ainsi que de la mousse sèche et cela semblait fonctionner le mieux pour allumer un feu. Ensuite, nous avons versé l'eau dans notre bidon d'eau de 2 litres en la mélangeant au froid et avons pu mettre en place notre structure de douche à l'aide du double toit de la tente. Même s'il faisait beau temps chaud et que nous pouvions prendre la douche sous le ciel, nous avons tout de même préféré l'optio confortable utiliser l'abri car il bloquait le vent froid qui soufflait souvent dans les montagnes. C'était tellement agréable et frais après avoir pris la douche comme si la moitié de la fatigue et de la douleur avait disparu du corps.Ensuite, nous avons dû rallumer un feu pour préparer notre dîner. C'était beaucoup plus facile car il restait encore un peu de chaleur dans le poêle à bois. Notre eau a bouilli en 10 minutes et en 15 minutes de plus, nous avons pu cuire nos céréales. L'une de nos préoccupations concernant le poêle à bois était de savoir à quel point il serait facile de nous repérer de côté. Comme nous savions que cela peut donner beaucoup de fumée et de vapeurs. Mais ce n’était pas du tout le cas, car les vapeurs qu’il dégageait n’allaient pas très loin et se dissolvaient simplement dans l’air. Nous avons donc pensé que tout cela était dû à ses petites tailles et nous l'avons donc apprécié encore plus.Au départ, notre idée de prendre ce poêle à bois était qu'en l'utilisant, nous pouvions économiser notre carburant au gaz et n'avions pas à nous soucier de ne pas trouver une recharge, ce qui peut être un problème dans les zones rurales. Nous avons quand même emporté notre bidon de gaz et la cuisinière à gaz avec nous car nous savions que par mauvais temps pluvieux, le poêle à bois pourrait ne pas fonctionner aussi bien. Et aussi pour les cas où nous arrivons en retard au camp et n’avons pas beaucoup de temps pour allumer un feu et collecter du carburant. Mais heureusement, comme cela n’a pas du tout ajouté beaucoup de poids, nous étions heureux d’avoir ce petit assistant avec nous.Pendant que notre repas cuisinait, nous avons installé notre tente à sa place puis avons dîné à l'intérieur. Nous avons eu la délicieuse combinaison de différents types de blé, y compris du sarrasin, nos tomates cerises et du pain sec. Ensuite, nous avons eu un peu de temps pour nous reposer et nous nous sommes endormis.C'était une journée assez fastidieuse pour nous à cause du poids lourd porté sur les épaules et aussi du temps chaud et de l'absence de sentiers ombragés. La montée de 900 m n’était pas extrême et montait doucement et le marquage était excellent. Nous n'avons rencontré personne sur le sentier lui-même en randonnée à nos côtés et nous avons pensé que c'était un peu inhabituel pour la haute saison estivale. Donc, si ce n’était pas pour le soleil brûlant, ce serait une belle journée facile à vivre et nous avons définitivement prévu de nous lever à 6 heures du matin le lendemain et de commencer le sentier vers 8 heures du matin, pas plus tard. Nous voulions garder cette habitude les jours suivants et profiter davantage du trail au fur et à mesure que le poids porté diminuait. Dans l'ensemble, ce fut une journée réussie pour nous et un bon début de ce sentier. Préférez-vous bivouac ou séjourner dans les refuges lors de randonnées sur les sentiers GR?
Dernière édition: il y a 2 mois 6 jours par Walking Nature World.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 0.214 secondes