L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Aimé Vercors, Automne, Amour, Toujours

Plus d'informations
il y a 5 ans 2 mois #57995 par Ma Yake
Réponse de Ma Yake sur le sujet Vercors, Automne, Amour, Toujours
Clap Clap Clap Clap (applaudissements)

Hit the road, Jack!

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 5 ans 2 mois #57996 par oliviergrenoble
Superbe photos : bravo ! B)
J'ai la ferme intention d'aller m'y perdre au printemps et/ ou en été ....
sans compter aller à al recherche de pas et sources secrèts du sud ...
Mais dans l'immédiat j'espère la neige !!!! :woohoo:
A+

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 5 ans 2 mois #58002 par floch
Réponse de floch sur le sujet Vercors, Automne, Amour, Toujours
Salut à tous et merci à tous les deux :)

De fortes chutes de neige sont prévues à compter de vendredi prochain, à partir de 1200 m B)

Flo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 11 mois #58894 par oliviergrenoble
Salut à tou/te/s les vercoriennes et vercoriens !
Je reviens d'un petit tour en ski de fond sur les hauts plateaux depuis le col de Rousset : je ne résiste pas à l envie de vous mettre quelques photos de ce tour fait par grand beau temps et superbe neige, même si il y avait pas mal de monde car, en plus de ces 2 conditions favorables, la trace était faite pour la course du lendemain et attirait pas mal de fondeurs/euses ... (Il est vrai que cela nous a bien facilité la descente sur le pas des Econdus ! ).
Donc laisse les voitures et on grimpe directement raide en forêt pour déboucher au point de vue sur les hauts plateaux et le grand Veymont

La pièce jointe RIMG0029.jpg est absente ou indisponible


de la on descend prudemment (car c'est raide), mais sans problème (car c'est bien damé), dans le creux du pas et on y croise "une bête" heureusement rare sur les hauts plateaux !

On suit encore un peu la trace puis, ayant envie de "sauvagitude" ( comme dirait l'autre) on tire "au pif" vers une clairière aperçue au loin, idéal lieu de pique-nique

La pièce jointe RIMG0008.jpg est absente ou indisponible


On passe pile-poil à la jasse de roche (ou je suis déjà passé, par hasard aussi, il y a 15 ans en ski de fond aussi). Ce creux entouré de petite barres rocheuses forme un lieu idéal pour parquer des moutons, avec juste besoin d'ajouter d'une petite barrière d'où son nom.

Après une halte cool, au soleil et à l'abri du vent, on repart un peu au pif ( et quand même un petit coup d'œil sur la carte, plus par curiosité qu'autre chose) et on retrouve plein de traces une fois revenus grosso-modo sur le GR. De là on arrive vite à Pré Peyret ... où on est pas seul ! ( heureusement, comme beaucoup de monde, on ne fait que passer)

De cette cabane ( en très bon état) plus de marche au pif : entre les traces faites, les marques du GR et les pins taillés l'itinéraire se suit sans se poser de question ! ( hélas dans un sens ...). En passant re belles vues sur le plateaux et vieux pins remarquables

Après une grimpée, courte mais raide, on enchaine de belles descentes agréables en ski de fond, avec la neige un peu fondue devenue facile à skier pour arriver au pas des Econdus. De là un je jette un petit coup d'œil sur le Diois avec les rochers du Pison, la dent de Die et le début du Glandasse

La pièce jointe RIMG0026.jpg est absente ou indisponible

.
Puis retrace à plat pour un retour sans problème, en finissant en négociant en "godille-chasse neige" une piste de ski de piste rouge (rouge mais pas très pentue ! ) pour arriver au parking content de ce tour petit ( mais adapté à notre équipe de niveau varié), avec pour moi qu'une envie : revenir par là ! Vite en raquette et plus tard en mai / juin pour les fleurs
Pour finir : une photo de notre petite halte au retour à Pont en Royan, bien connu localement pour ces "maisons suspendues" ...

La pièce jointe RIMG0039.jpg est absente ou indisponible


Voilà pour cette fois (suite au prochain tour sur les plateaux ...)
En attendant le plaisir de lire les CR de vos propres tours ...
Celui qu'on a une fois surnommé "l'ours du Vercors " ....

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 11 mois #58898 par oliviergrenoble
Petit PS pour Floch : J'ai relu tes CR sympas de cet automne et revu tes belles photos : peux tu m'indiquer l'altitude de la cabane de fer et si elle est ouverte ( à moins que ça aussi ça soit secret !)
Merci

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 11 mois - il y a 4 ans 11 mois #58923 par Nikozorey
Réponse de Nikozorey sur le sujet Vercors, Automne, Amour, Toujours
Merci pour les photos Olivier ! :)

Pour la cabane, MP. ;)

Nico :)
Dernière édition: il y a 4 ans 11 mois par Nikozorey.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 11 mois #58929 par floch
Réponse de floch sur le sujet Vercors, Automne, Amour, Toujours
Merci pour ton retour Oliviergrenoble B)

Bon, je vois que Nikozorey a été plus rapide que moi pour te répondre :P

Même si on est plus dans le thème de l'Automne, je vais rajouter un petit récit de ma dernière sortie dans le Vercors, alors :)

A suivre donc.

Flo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 11 mois #58930 par floch
Réponse de floch sur le sujet Vercors, Automne, Amour, Toujours
Vercors dans tous ses états, un pléonasme, souvent, pour les sorties de plusieurs jours dans ce massif :D

Et une histoire de gaz qui préoccupera et guidera mes pas… :rolleyes:

Au programme, pour débuter, 2 jours de pluies annoncées, un comble pour une rando qui se rêvait hivernale :(

Je pars donc ce 01/03, à midi de Corrençon, dans l’état d’esprit de faire le dos rond, avec pour seul objectif de m’enfoncer au maximum à l’intérieur du plateau en ce premier jour, en espérant pouvoir profiter plus tard…

Le point de chute dépendra de ma vitesse de progression dans cette neige, rendue humide et gorgée d’eau. Pour autant la glisse et l’accroche est plutôt bonne et je ne mettrais les peaux que pour l’ascension finale de cette première journée, à l’entrée du Canyon des Erges, plus par précaution et par économie d’énergie.




Il est aux environs de 18h00 quand je ressors de ce goulet. Je suis trempée, tout comme mon sac, et l’idée d’atteindre la petite cabane de Tiolache est plutôt tentante.

Chose faite juste avant la tombée de la nuit B)




Priorité au feu, il y a une bonne réserve, mais je pars tout de même couper quelques branches, histoire de ne pas piller.
Ce dernier allumé, j’oscille entre les tâches de fonte de neige et séchage des affaires.

Alors que je déguste tranquillement ma soupe devant le poêle, un petit chuintement attire mon attention, sans que je puisse l’identifier ni ne m’en préoccupe immédiatement. Devant la persistance, je me décide à me mettre en quête de son origine et mets le nez sur la bouteille de gaz, c’est bien elle… je la désolidarise du réchaud, et crois le problème régler. Quand quelques minutes plus tard, le bruit reprend. Totale incompréhension, la bouteille fuit à nouveau, aurais-je abîmé le pas de vis ? Cela serait plutôt critique pour la suite de la rando... Ne sachant que faire pour stopper le phénomène, je décide, en désespoir de cause de reconnecter, à nouveau la bouteille au réchaud, cette fois-ci, à bloc. Ouf, plus aucun bruit ni odeur, mais je reste quand même aux aguets et reprends ma tournée de fonte, non sans être inquiète pour la suite :|

Après un coucher tardif, mais une bonne nuit de sommeil, je me réveille en douceur, pas pressée de mettre le nez au dehors. Les bruits de clapotis résonnant sur le toit m’informent que la pluie est toujours bien là.

9h00, une brève accalmie, je ne peux plus retarder mon départ. 15 minutes plus tard, cela reprend oscillant entre pluie et giboulées de neige. Petite pause, à peine une petite heure plus tard, à la Jasse du Play, histoire de me mettre au sec quelques instants





La visibilité est médiocre, mais sans soucis question orientation, une fois rejoint le GR, il ne me reste qu’à suivre la trace, bien marquée. Cela a le mérite d’avancer sans trop se poser de question et se concentrer sur les quelques passages assez raides, aussi bien en montée qu’en descente





Un espoir d’éclairci dans ce ciel noir menaçant ?, on peut toujours rêver :D





Je rattrape 4 pulkas et leurs tireurs à skis de rando, partis de la Jasse du Play ce matin. On se fait une bonne pause, à la grande cabane à l’abri d’un auvent. L’un d’entre eux connait un peu RL et devant mon petit sac, dont il ne trouve pas la marque :) , me pose la question fatidique, j’aurais droit à un interrogatoire en règle :D . Du coup contrairement à mes habitudes, je me fais une pause soupe chaude en ce début d’après-midi, histoire de les accompagner. Aîe, du gaz encore en moins, peut-être pas une si bonne idée que ça…

On se donne rendez-vous à la cabane de Pré Peyret, mais finalement au carrefour, je décide de poursuivre encore un peu, le temps a l’air de vouloir virer au beau et je vais dans la bonne direction B)





La chaleur dégagée par l’effort est en train de me sécher et l’envie d’un bivouac reprend le dessus. Je poursuis en direction du col du Pison et installe tranquillement mon bivouac en dessous de la Montagne de Peyre Rouge, en face des balcons du Glandasse





Etat des lieux côté nourriture, moins 3 repas déjà consommés





Alors que je m’attèle tranquillement aux tâches de l’eau, nouvel incident





Entre 2 utilisations, lors d’un rallumage, un jet de flamme s’échappe et s’élève sous l’abside en léchant les parois de la toile. 5 longues secondes à attendre que la combustion reprenne normalement, en étirant au maximum le silnylon. Décidément, ce réchaud a besoin d’être apprivoisé et on n’est pas encore tout-à-fait complice tous les deux :rolleyes:



Le lendemain matin, je suis réveillée par une lumière chaleureuse de bonne augure B)

Je déjeune rapidement et remballe les affaires dans le sac à dos. Reste juste à dégager les sacs à neige que j’ai soigneusement enterrés et recouverts la veille. Mais avec le gel de cette nuit, la neige humide s’est transformée en glace et je dois m’échiner de toutes mes forces pour dégager les ancres une à une. Je prends un bon coup de chaud avant même de démarrer la journée, et mettrais une bonne demi-heure...

Je prends progressivement de l’altitude et la vue sur le Veymont et les Balcons Est se dégage progressivement









Les falaises en direction du col de Rousset et le Pas des Econdus




.
La montée, en dévers et verglacée, au col de Pison ne sera pas des plus faciles, mais une fois arrivé en haut, c’est le paradis du skieur qui s’ouvre devant moi, donnant accès aux hauts plateaux du Sud





Avec le Dévoluy en fond de décor





Je navigue désormais à vue, en toute liberté, dans une neige vierge, sans trace, juste pour le plaisir d'errer sur le plateau









Avec vue sur le Mont Aiguille,




Puis je me décide à filer et progresser en direction des Jardins du Roi. Je me faufile au cœur de la forêt et de ses combes




Et après une bonne pause à profiter du soleil




J'atteins rapidement la bergerie




Un petit havre de tranquillité








où il fait bon lézarder B)





Pendant que les récipients se remplissent d'eau liquide, en provenance de la fonte du toit. Une opportunité à ne pas manquer, même si le débit est au goutte à goutte, le niveau de ma cartouche de gaz étant inquiétant pour la suite, toujours ça de moins à faire fondre :)

Et mine de rien, ça se remplit :)





Et j'en profite au fur et à mesure, pour me réhydrater et me sustenter





Finalement jusqu'aux derniers rayons de soleil, permettant la fonte, et avant que le ciel ne se couvre, au dessus du Glandasse




Il est alors tant d'installer le bivouac, à la lumière du clair de lune





Comme attendu, ma source d'eau liquide est tarie ce matin. Je me débrouille pour récupérer de l'eau à 37°C, sacrifie une petite bougie chauffe-plat et force sur la dose de capuccino au chocolat, pour faire passer le tout. Et hop, un petit-déjeuner de pris :)





C'est jour blanc aujourd'hui. Je ne renonce pas, pour autant, à me hisser à la Croix du Lautaret





Un peu dans le vague et l'inconnue parfois :D





Ça s'améliore un peu en prenant de l'altitude





Un peu, j'ai dit :D, mais j'atteins mon but, presque sans m'y attendre





Bon, la vue n'est pas au top et la descente, pas de tout repos, percevant avec difficulté le relief, cette dernière se fera
au pas et en chasse-neige




J'erre ensuite quelque peu, en fonction du relief et de la visibilité, à l'Est de l'ancienne Jasse de Chamousset, en tâchant de garder un cap et me guidant parfois de quelques points de repères




Le vent se fait de plus en plus fort et un grésille vient me frapper le visage, m'obligeant à m'emmitoufler. Je trouve refuge dans la bergerie de Chamousset et patiente, le temps que cela se calme un peu





Avant de reprendre ma route en direction de la cabane de Chaumailloux









Le voilà, je me réfugie à son abri bien venue, après cette journée quelque peu chahutée :)




Il est tôt, mais à quoi bon poursuivre, avec ce temps, d'autant que le vent redouble :rolleyes:


Encore une opportunité d'économie d'énergie en plus, dont je ne me prive pas, étant seule jusqu'à la tombée de la nuit




Avant qu'un frère et une sœur et 2 amis ne me rejoignent, pour une soirée agréable en leur compagnie.



Le lendemain, grand beau à nouveau, même si le vent n'est pas tombé, il faut en profiter :)













Direction la Jasse de Peyre Rouge, par le Pas de l'Ours. A nouveau le plaisir d'évoluer à vue :)





Avec les Rochers du Playnet Parquet, en ligne de mire




Et la Tête Chevalière




Dernier collet, avant la descente sur la Bergerie





Où je fais une petite pause pour tenter de me protéger quelques instants du vent




Je perdrais un gant imper/respi, simplement enfilé sur le haut d'un de mes bâtons, et que le vent se fera une joie de soulever et promener au loin, trop loin, dans les airs... :rolleyes:

Décidément, pas encore prête, pour une expédition grand froid, où l'erreur n'est pas tolérée :D


Je repars en mode couvert et incognito :)




La descente sur Pré Peyret, un grand plaisir, mais un peu trop grisée par la vitesse et donc ponctuée d'une belle chute dans la poudreuse :D

Désormais, je longe le Grand Veymont par son flanc Ouest,





avant de bifurquer sur la Baraque de Gerland. De grands espaces au sein d'une forêt clairsemée, et où naviguer est assez aisé









Les kms défilent et en me retournant, je peux mesurer la distance effectuée, les hauts plateaux du Sud sont déjà loin




Je pose le bivouac peu avant la tombée de la nuit, bien à l'abri, au sein de la forêt, quelques 3 kms en dessous de la cabane de Pré Rateau. Un peu à bout de force, après cette longue journée de 24 km, en tenant, sur le seul petit-déj du matin


Photo prise au matin


Mes seules pensées vont désormais vers ma cartouche de gaz, que je secoue avec anxiété, et en priant pour qu'elle me fournisse le précieux breuvage. Fort heureusement, mes économies de ces derniers jours auront porté leurs fruits :)

Je sais en m'endormant qu'il me reste de quoi m'offrir un bon petit déjeuner, bien chaud B)



Au matin, réveil et départ tranquille, il me reste une vingtaine de km pour rejoindre Corrençon.

Après un cheminement en forêt,




Je rejoins une piste soigneusement damée, pour une course à ski de fond, prévue dans 2 jours, ce qui facilite grandement mon avancée, même si certaines montées à l'ombre, rendue trop lisses et verglacées par ce travail de préparation, m'obligent à la quitter, par instant, pour filer à travers bois, où la poudreuse me facilite l'accroche




A hauteur de la barque de Sarna, je quitte la piste pour le col éponyme, et retrouve le plaisir des petites sentes, d'autant qu'une pulka a fait une belle trace, idéale pour guider mes skis, surtout dans les descentes étroites.

Je passe devant la grotte de l'Ours




Puis profite à nouveau d'une vue sur les balcons Est, toujours aussi esthétiques, même de loin :)














Je découvre pour la première fois les joies du bottage, avec cette impression d'avoir des fers au pied, vous clouant au sol. J'imagine sans peine la galère que cela doit être sur plusieurs heures ou encore pire plusieurs jours :woohoo:




Heureusement après avoir dépeauter, en veillant à toujours faire des pas glissés, et en essayant d'alterner les passages à l'ombre puis au soleil, dès que cela recolle, je m'en sors pas trop mal :)

Une nouvelle incartade sur la piste forestière me sort de cette problématique, et je file et glisse désormais quasi sans effort, grâce à de belles descentes, le pied :p

J'atteins Corrençon vers 15h00, mon estomac crie famine :D

Je m'installe à la terrasse du resto, encore au soleil, et commande une galette salé au sarrasin. Alors que j'ingurgite la dernière bouchée, sans rien demander, le patron lit dans mes yeux qu'il peut envoyer la seconde :D. On en rit ensemble.

Il m'offre le petit noir à la fin, pour clore ce repas, et cette rando hivernale, qui est celle où j'aurais mis le nez dehors, le plus longtemps, puisque je n'avais jamais dépassé 4 jours jusqu'à présent. Dommage pour les températures pas top entre -5+5°C, mais tout de même, quelques enseignements à en retirer pour l'hiver prochain B)

FIN :)

Flo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 11 mois #58931 par oliviergrenoble
Salut tout le monde !
Super ta ballade et tes photos Floch! Et bien de t'être lancée malgré le temps pas terrible en ambiance aventureuse ...
Ca me rappelle ma jeunesse où j'allais régulièrement skier à vue depuis Chaumailloux hors traces ( il faut dire qu'en ce temps "préraquetteux" il y avait moins de monde en hiver sur le plateau !) ...
ET, surtout, malgré mon "grand "âge" (bientôt 63 !) ça me donne une furieuse envie d'y retourner dès cette année ( d'où des photos à venir !).
Bonne ballades à tou/te/s

Bonnes ballades ...
Cordialement
Le dernier ours du Vercors !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 10 mois #59042 par jean claude
Salut Flo,
Je suis toujours admiratif de tes traversées hivernales, en cabanes, sous tente, avec tes sachets faits "maison", le gaz qui risque de manquer, etc... chapeau. :ohmy:
Je rajouterais au titre : Vercors au cœur et au corps. :)

Jean-Claude B)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 0.729 secondes