L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question pic de Médécourbe

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54516 par Nikozorey
Nikozorey a créé le sujet : pic de Médécourbe
Salut ! :)

Voici le compte-rendu d'une balade réalisée sur deux jours début octobre 2013.
Le pic de Médécourbe est un sommet formant un tripoint de par le fait que les trois frontières Andorre, France et espagne s'y rejoignent.
Il est situé dans les Pyrénées.

Les participants : Ourse, Fajka et Nikozorey

On a essayé de faire un récit à deux voix, le texte d'Ourse est donc en bleu et celui de Nikozorey en noir.

Préambule :

J -1 30/09/13

La journée a été longue.
Abrité pendant deux jours à cause du mauvais temps à la cabane de Coms de Jan dans le Val de Ransol en Andorre, j’ai envoyé quelques textos et belle surprise : Ourse est disponible pour venir promener pendant deux jours !
Je suis très content de pouvoir partager une balade car il n’y a plus grand monde dans la montagne à cette période et je pense bien que ça va être sympa.
:)
Je savais que Nikozorey était reparti sur la Haute Route Pyrénéenne et là je reçois un texto me proposant de le rejoindre.
J’ai deux jours de libre, je ne réfléchis même pas et je dis oui !!
La vallée du Soulcem, heu...ça fait un peu loin de la maison pour deux jours (je suis en vallée d’Aure) mais quand on aime la montagne, on ne compte pas les bornes.

Etant à deux jours de marche de notre point de rendez-vous, j’espère qu’il va pouvoir être là à temps, parce que si pour lui le temps ne compte pas en ce moment, moi je n’ai que deux jours de dispo...

:)
Mais (oh non pas un mais !) il me faut rejoindre la vallée de Soulcem qui est à environ à deux jours de marche.
Donc même s’il fait beau, je décide de passer au plus court par la route, en gros descendre environ 300 ou 400m de dénivelé pour arriver à une route, faire du stop pour descendre à El Tarters où passe la « grande » route.
De là me débrouiller en bus ou stop pour rejoindre la station andorrane d’Arcalis puis passer à pied le port de Caraussans, marcher jusqu’aux Orris de Carla et de là (bis) faire du stop (bis) pour descendre à Mounicou au gîte (oui car à ce stade là, je n’ai pas pris de douche depuis une semaine...juste lacs et torrents bien frais… :huh: )

Avec l’orage, une vingtaine de chevaux rencontrés la veille plus haut sont venus se réfugier près de la cabane et ils ont eu la bonne idée de manger et donc de secouer leurs têtes et leurs sonnailles pendant deux heures de 3h à 5h du matin, j’ai essayé de les chasser mais ils revenaient tout le temps juste devant la porte à environ 2m de là où je dormais…j’étais content de voir qu’ils n’étaient pas plus haut mais mon sommeil a été quelque peu perturbé…
:blink:
6h53 : C’est parti, je salue les isards qui squattent au dessus de la cabane, les chevaux qui sont en dessous et commence à descendre avec les premières lueurs du jour.









Arrivé en bas au début (ou à la fin) de la route, je réalise que cette route est très peu fréquentée (cul de sac) et que si des gens montent à cette heure-ci, ils ne vont sûrement pas redescendre de suite…
:unsure:
Bon ben c’est pas grave, on marche ! (numéro 1)

Un aperçu de la faune locale :





Peu fréquentée la route ! Pas du tout ce matin là ! :(
Donc je me suis tapé toute la route, après un petit bled, j’en ai eu marre et comme j’avais en visu la « grande » route que je voulais rejoindre, j’ai coupé tout droit à travers champs. Je me suis retrouvé au dessus d’une station service et j’ai des-escaladé le mur pour l’atteindre, fallait voir la tronche des gens dans leurs voitures et celle du mec de la station !
:silly:
Je n’ai pas la carte d’en bas et c’est plutôt marrant de chercher le panneau d’entrée de la ville pour savoir dans quelle ville on est justement !
Après quelques petites emplettes je commence à faire du stop devant la station où le gars me regarde toujours comme un extra-terrestre. :cheer:
Je suis pris au bout de cinq (deux ?) minutes par une jolie nana qui est majordome (on dit majordefemme ?) dans une propriété et va faire quelques courses, elle parle très bien français.

Une fois dans la caisse :

« Tu veux que je te dépose où ? »
« Euh…ben, je sais pas trop…le plus près possible de la France…là où ça t’arrange…sur la route pour Arcalis ce serait pas mal… »
« Arcaquoi ??? » :side:

Finalement, elle s’est arrêtée demander à deux policiers par où il fallait aller (moi je savais pas non plus…) et elle a fait un petit détour pour m’amener à La Massana, merci à elle.
:)
Je vais à l’office de tourisme pour constater qu’il n’y a pas de bus jusqu’à Arcalis mais seulement jusqu’à El Serrat et que celui-ci vient juste de partir ! :evil: (bon j’y ai quand même récupéré une carte gratuite au 1/30 000 qui servira pour notre balade)

Bon ben c’est pas grave, on marche ! (numéro 2)

Il fait chaud, je marche quelques km (j’étais presque à Llorts :ohmy: ) sur la route avant de me faire embarquer par un vieux monsieur espagnol d’Esterri d’Aneu qui vient pêcher aux étangs de Tristagne, merci à lui.
:)
On décolle en même temps d’Arcalis après une discussion sympathique et montagnarde, il file vers Tristagne et moi vers le port de Caraussans auquel je ne suis encore jamais passé.
C’est très joli même si il faut éviter de trop regarder derrière vers la station de ski ultra moche.
;)
L’étang de Caraussans version Andorre :





Ayé j’ai passé le col, je suis en France et je n’ai plus qu’à descendre (enfin normalement).

Du col, le versant andorran :





Du col, versant français avec l’étang de Caraussans version française (y en a un de chaque côté avec le même nom) et les 3000 du massif du Montcalm en face :





La descente est chouette, je passe à côté de l’étang de Caraussans qui a une très belle couleur et vais jeter un coup d’œil à la cabane de la bergère un peu à côté.

Etang de Caraussans français :





Je finis la descente assez raide jusqu’au Pla de Soulcem en courant comme un dératé.
B)
Descente raide, typiquement ariégeois :




Suite de suite... :cheer:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54517 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : pic de Médécourbe
Quand on vous dit que c’est raide l’Ariège :






Me voici sur la piste pour descendre au lac de Soulcem, ou plutôt aux Orris de Carla où les voitures peuvent accéder et où je compte bien me faire descendre d’un coup de pouce.

Je double un couple de personnes et les saluent joyeusement, leur salut est moins cordial…
J’arrive au parking et il y a très peu de voitures…c’est pas gagné…
Un groupe qui pique-nique sur une des tables m’interpelle :

« Eh bonjour ! Vous marchez tout seul ? »
« Bonjour ! Bon ap ! Ben non je suis avec la montagne, voyons ! »
« Vous avez bien raison mais nous, on aurait pas le courage ! »
« Oh vous savez, le courage, c’est pour rentrer bosser ! »
« C’est pas faux ! »
« Bon digestif et profitez bien de la montagne ! »
« Merci, bon après-midi ! »
:)

Ils ne m’ont pas proposé de me véhiculer mais ils étaient nombreux donc je doute qu’il y avait une place pour moi dans leur voiture, puis ils pensaient peut-être que ma voiture était garée plus bas.

Bon ben c’est pas grave, on marche ! (numéro 3)

Je longe l'étang de Soulcem par la piste, c’est beau mais il commence à ne pas faire beau.

La Pointe d’Argent qui domine l’étang de Soulcem :







Je suis sous la pluie vers le barrage lorsque le couple croisé plus haut arrive en voiture, cinq places, ils sont deux, y en a bien une pour moi !
Ben non, z’ont pas voulu s’arrêter… :dry:

Bon ben c’est pas grave, on marche ! (numéro 4)

Il pleut, il mouille, c’est la fête à la… :





Il pleut, il fait soleil, c’est la fête à… :





Les gens qui pique-niquaient s’arrêtent pour me prendre un peu avant Mounicou, ce sont deux couples d’une cinquantaine (soixantaine ?) d’années en balade dans le coin, l’ambiance dans la voiture est très chaleureuse, le pique-nique n’a pas du être arrosée que par la pluie !
:lol:
Ils sont vraiment sympas, lorsqu’on arrive à Mounicou (3min après m’avoir embarqué), j’ai l’idée géniale de descendre à Vicdessos faire quelques courses puisque je suis véhiculé, allons-y !
Ils me déposent près de l’office de tourisme, merci à eux !
:)
Je vais au supermarché qui est évidemment fermé le lundi…donc je vais boire une bière au bar dont le patron m’informe qu’il n’y a rien d’ouvert pour acheter quoi que ce soit ! :blink:

Bon ben c’est pas grave, on marche ! (numéro 5)

Jusqu’à Auzat pour voir s’ils n’ont pas quelques trucs à me vendre au bar des 3000 qui est aussi fermé !
Heureusement il ne pleut plus lorsque je me remets à faire du stop à la sortie d’Auzat…
Je ne suis pris qu’au bout d’une heure (j’allais partir à pied) et quelques par John qui monte chez lui aux Toutous et me dépose à Mounicou, merci à lui et ouf, journée de déplacement terminée, qu’est ce qu’il ne faut pas faire pour pouvoir voir l’Ourse !
B)

Coms de jan – El Tarter 7km 650m D-
La Massana – Llorts 7km 300 D+
Arcalis – presque Mounicou 12km 400 D+ 1400 D-
Vicdessos – Auzat 2km

Bilan : 28km 700 D+ 2050 D-

Suite de suite... :cheer:
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alexis

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54518 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : pic de Médécourbe
J 1 01/10/13

Lever, 5h30, c’est parti pour 2H30 de voiture.

C’est bizarre, quand c’est pour aller en montagne même si tu te lève souvent aux aurores tu n’es pas fatigué, il y a une sorte d’adrénaline constante, tu ne dors pas bien la nuit d’avant, les jambes fourmillent d’impatience.
:)
Tu prépares ton sac, t’essaye de rien oublier, de faire le plus léger possible.

D’ailleurs à ce propos je sais que Nico est mul et qu’il marche avec moins de 6 kilos sur le dos et je suis un peu anxieuse à l’idée de marcher avec un avion de chasse et d’être à la ramasse. Je n’ai pas pu beaucoup randonner cet été à cause de blessures et faut dire ce qui est, j’ai pas la caisse !!

J’ai un sac qui pèse bien trop lourd et je dois être autour de 10 kilos pour 2 jours, deg, mais ça le fera ! C’est ce p***** de sac a dos qui pèse 2kg a vide!
:side:

Là, levé depuis 6h, j’attends Aurélie après une petite balade à la fraîche…

J’arrive enfin à Mounicou, il fait beau. Je sais que c’est un lève tôt et qu’il m’a attendu, je le remercie.
On se met en marche. J’ai pu emmener ma chienne, elle a un sac de bât pour porter ses affaires, elle est fière et trop contente, ça frétille dans tous les sens ! :cheer:

Merde j’ai oublié mes bâtons ! Ah mais j’suis vraiment trop con !!! D’autant plus que je suis chargée, bon ben tant pis...
:angry:

(texte Nikozorey écrit le 01/10/13 vers 7h30 au gîte de Mounicou)


Notre ursidé arrive vers 8h15, le courant passe direct et je fais connaissance avec sa chienne Fajka qui sera pour moi la star de la balade !
:cheer:
On roule jusqu’au Orris de Carla et on décolle avant 9h.
Chacun avec nos sacs, même Fajka qui a une sorte de sac de bât qui lui va très bien ! Par contre l’Ourse se rend compte qu’elle a oublié ses bâtons.

Bon ben c’est pas grave, on marche ! (numéro 6 mais numéro 1 oursin ! :P )

On rencontre rapidement un berger en 4x4 qui monte chercher les dernières brebis, c’est une race peu grégaire donc au moment de les redescendre, ça peut être la galère (peu grégaire = galère ! ;) ) …

On emprunte d’abord la piste puis on passe sur le sentier rive gauche grâce à une petite passerelle, c’est plus agréable que la piste, un tout petit peu raide pendant quelques instants puis on débouche sur le grand plat (Pla de Soulcem).
Un des chiens des bergers a succombé au charme de la mascotte oursine et nous a suivi, on le chasse gentiment un peu avant d’arriver au début de la montée vers Roumazet où quelques chevaux squattent en plein milieu du sentier.

La chienne était en chaleur... :)

Kof, kof !
Euh ça commence à grimper !
Et ça réchauffe, donc j’en profite pour exposer ici une grande théorie : Le bon marcheur est par validation des acquis toujours un très bon strip-teaser ! :woohoo: (contrairement au mauvais marcheur qui est par validation des acquis toujours un très bon strip-teaser mais… :silly: )

On discute, on marche, on parle beaucoup et je ne sais plus où je suis. Je me laisse porter par Nico, j’espère qu’il ne s’est pas reposé sur moi parce que je ne sais plus où on est ! :ohmy:
On est a Roumazet qu’il me dit : je pensais prendre un autre chemin mais cet imprévu tombe très bien et c’est magnifique. :)

Le rampaillou du départ est vite avalé, la pente s’adoucit, on longe un ruisseau par sa rive droite et atteignons le joli étang de Roumazet que l’on découvre tout les deux.
Ourse est étonnée, « mais on ne devait pas y passer à celui là ?!? » :ohmy:

Ah ouais, on ne s’était pas vraiment consulté et elle pensait monter direct au lac de la Soucarrane, je crois même que c’est ce qu’on avait dit mais n’ayant jamais visité Roumazet, j’ai du prendre inconsciemment le sentier car de toute façon on n’arrêtait pas de tchatcher et on a pas regardé la carte ! :lol:
Bonne idée même si ça n’en était pas une, une bonne non-idée quoi !

Etang de Roumazet :










Encore un petit rampaillou et on arrive à l’étang de la Soucarrane, plus grand que Roumazet mais tout aussi joli, voire plus…

Je passe sur les nombreux
« wah » « la classe » « c’est trop beau » « z’y va, trop chanmé la tagnemon !!! »,.. etc…
nous sommes dans la plus belle chaîne de montagnes du monde, cela coule donc de source, c’est une évidence, nous le savons bien mais on ne peut s’empêcher de s’émerveiller à haute voix. ;) :P :)

On contourne l’étang par une sente rive gauche et on arrive sur un petit passage en descente peu évident mais anodin que l’on décide d’éviter.
La chienne est devant et les deux pattes avant en appui sur le bord baisse la tête pour « sonder », voir s’il y a moyen de sauter mais c’est un peu haut, voyant que l’on continue sans prendre ce passage où on aurait du poser les mains, elle fait demi-tour rapidement, ses pattes glissent et elle tombe d’un bon mètre cinquante voire un peu plus…heureusement le choc est amorti par le sac et elle se relève comme qui rigole et repart aussi sec…ouf !
:blink:
Je revois la scène au ralenti encore maintenant, j’ai vraiment flippé, plus que notre Ourse je pense et sur le coup j’en reste un poil choqué.
Mais c’est bon, Fajka n’a rien, on continue !
B)

J’ai vu que ça avait choqué Nico mais j’ai confiance en Fajka. C’était de ma faute, j’aurai dû y faire plus attention. Les sacoches c’est un gabarit à prendre en compte pour elle, comme ça faisait longtemps, elle n’était plus habituée, elle a pris une boite ! :lol:

Etang de la Soucarrane, on voit bien sur la première photo à droite l’endroit ou Fajka s’est vautré :









Le berger croisé plus bas monte à la cabane avec sa chienne, il est monté vite, ou alors c’est peut être moi qui rame ?!
Sûrement ça !
:unsure:

On passe le déversoir puis on longe la rive droite de l’étang pour ensuite monter tranquilou dans des pentes agréables jusqu’à la cabane de berger sous le port de Bouet. Depuis la Soucarrane je connais, j’y étais passé cet été, le sentiment est fort en revenant sur ces lieux. :)

On fait le tour de la cabane, on va voir la vue de l’autre côté sur le fond de la vallée de Soulcem et on aperçoit le berger rencontré en bas qui arrive avec sa chienne. Il vient ouvrir un peu la cabane et chercher ses brebis, on discute un peu et il nous indique comment rejoindre le fond de la vallée de Baïau.
On a pour mission de lui faire dire en rentrant si on a vu des brebis.

Après une pause casse croûte où Nico va s’enfiler deux paquets de kinder bueno (il me fait halluciner son sac n’est rempli que de ça :unsure: ), il me dit que c’est la seule chose qui passe pour lui en ce moment.

Le berger cherche ses brebis, on a pour mission de dire si on en a vu. Il nous explique comment rejoindre la vallée de Baïau.
On veut aller au refuge de Baïau en évitant de trop descendre dans la vallée, sinon ben faudra remonter !
Le berger nous explique qu’il y a une sente.


On finit ensuite rapidement la montée pour arriver au port de Bouet où on s’arrête manger, chacun son truc, jambon fromage pour l’Ourse et kinder bueno pour moi ! :lol:

Après on va mater un peu au nord du port côté pic de la Soucarrane, il nous semble voir des brebis mais curieusement immobiles. Je me tâte à aller voir en courant puis y vais puis reviens au bout de cent mètres en disant que finalement j’ai la flemme ! :silly:

Le berger nous rejoint au port, on lui montre et il conclue d’un coup d’œil que nos brebis sont des rochers ! :whistle:

Bon on y va ! Lui aussi !

Vue du port de Bouet vers l’Espagne et la vallée de Baïau que l’on va remonter vers la gauche de la photo :





Nota : les trois dernières photos sont de l’été 2013, en groupe je prends beaucoup moins de photos, je préfère le partage plutôt que de me dire « wah, c’est beau, attends deux secondes, je sors vite vite l’appareil… », et Aurélie est bien d’accord avec ça. :)

On cherche en vain à passer par une sente sous les falaises mais au bout de 30 min on se rend compte qu’on va arrêter de faire les cons à chercher un chemin qui n’existe pas, de se mettre en danger et on va écouter le berger. :blush:

On descend facilement vers l’étang du port de Bouet joliment rempli d’herbe.
Puis on sort la carte pour essayer de capter par où on peut passer, l’idée est d’éviter de descendre trop bas, j’ai lu un topo qui en parlait mais on ne l’a pas donc faut chercher un peu ou beaucoup...

C’est du terrain un peu chiant et il n’y a pas trente-six façons de passer mais par contre il y a plus de trente-six façons de devoir faire demi-tour en cherchant la manière de passer entre les barres rocheuses.
C’est ce que l’on finit par conclure après avoir jouer au jeu de « attends on va voir derrière ce petit ressaut et si on voit pas de passage évident on revient par là où le berger nous a dit, ah non on voit pas mais peut-être que derrière cette petite crête… » :cheer:

Bref on va écouter le berger qui d’ailleurs un peu avant nous avait fait signe d’un peu plus haut que ce n’était pas par là qu’il nous avait indiqué ! :blush:

On trouve finalement cette sente et quelques isards. Encore un super moment, ils ne vont faire que se succéder sur ces deux jours.

En fait, il suffit de descendre dans le déversoir de l’étang du port de Bouet (non en fait c'est un deuxième étang un peu plus bas je crois), on arrive après une partie un peu raide à un replat, prendre à gauche cairn (au moins un !), la sente descend franchement et est peu apparente, elle fait quelques lacets, on la suit puis on la perd un peu et on la retrouve, plus de barres rocheuses, on peut descendre « à vue » partout.

On aperçois quelques isards en bas, ils s’en vont vers là où on va !
On prend le temps de les observer, c’est un délice. :)

Après avoir traverser la rivière, une « rampe » apparaît avec quelques vieux cairns sur la rive gauche du ruisseau s’écoulant d’un des étangs d’Ascorbes. Une petite pause frugale à l’étang est la bienvenue, la chienne saute à l’eau à peine son sac enlevé ! :cheer:

On arrive au refuge que l’on voyait depuis un petit moment dans ce cirque magnifique et tellement sauvage.
Nous sommes les premiers, il est tôt et on se demande si on ne se ferait pas le Médécourbe maintenant. Mais en observant le temps on se rétracte et opte pour la solution « on se la joue tranquille » au refuge.

On contemple, on parle, observe, parle, rêve...
:)

On aperçoit le refuge orange par moment dans la montée de cette belle vallée de Baïau avec son cirque glaciaire en haut évidemment (saviez-vous que les Pyrénées sont la chaîne de montagne au monde ayant le plus de vallées se terminant par un cirque glaciaire, nananère ! :P ).

Le marquage GR11 espagnol guide maintenant nos pas, le GR11 traverse l’Andorre aussi, il en sort ici pour aller ensuite vers le refuge de Val Ferrera (variantes HRP), bref on est à l’envers car le topo GR11 est d’est en ouest, le meilleur sens pour moi !

Il ne reste plus grand chose pour arriver au refuge et on finit vite fait.

Ce refuge non-gardé est un demi-cylindre en métal avec lits superposés pour 9 à l’aise et prévu normalement pour 18 « tête-bêche ». Il y en a plusieurs comme ça en « Catalogne du sud », tous équipés de vrais matelas, de couvertures, de coussins (si, si !) et d’un coin cuisine-table-bancs, amarrés au sols par de solides câbles et très bien isolés, intérieur en bois.
Des fois ça peut un peu sentir le renfermé en arrivant mais bon y a qu’à aérer, bref pour moi c’est grand luxe ! :)

On va faire le tour du propriétaire, c’est classe, le cirque, les étangs de Baïau aussi, on se pose un peu puis partons faire de l’eau, il reste un gros névé près du lac.

Une partie du cirque de Baïau et un des étangs éponymes, le col des Estany Forcats en haut à gauche de la photo, notre chemin du lendemain :






Idem mais photo orienté plus vers le sud, on voit les deux étangs de Baïau :






On remonte pour s’installer au refuge puis on sort, les nuages changent souvent le décor, je crois reconnaître des pics, notamment celui de Certascan mais maintenant je me dis que ça ne devait pas être lui…

Quel calme, à part le berger, on n’aura vu personne de la journée, c’est une valeur ajoutée à la beauté des lieux, ça crée un truc, une ambiance. B)

Le col des Estanys Forcats et le Médécourbe à gauche :





Suite de suite... :cheer:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54519 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : pic de Médécourbe
Un homme arrive avec un gros sac mais il a vraiment pas l’air bien, il est blanc comme un cachet. On le laisse se poser un peu et reprendre ses esprits.

Mais qu’est ce qu’on entend ??? Des cloches ??? Les brebis !!! Mais où sont-elles ?? :dry:
Tous mes sens se mettent en éveil et je me prends pour la bergère qui cherche ses brebis.
J’ai toujours rêvé de faire ce métier, dès le plus jeune âge, alors je prends au sérieux la mission qui nous a été confiée par le berger quelques heures plus tôt. :)

Avec l’histoire du « truc créé » le monsieur français qui arrive en fin d’après-midi (pendant une petite partie de « Va chercher ! » « Relance le moi ! » :cheer: ) semble venir de loin, ou plutôt a fait du chemin pour arriver ici, loin.

Il a fait comme nous sans passer à Roumazet et n’est pas remonté direct après la rivière pour rejoindre le GR11 comme nous, il est monté en gros « à vue » sans trop de sentes ni cairns, il a l’air un peu éprouvé.

On entend des clochettes de brebis, l’Ourse part faire un tour pour essayer de les apercevoir, je discute un peu avec le monsieur.

Je les distingue enfin sur les pentes du Médécourbe, mais elles sont bien haut!! Elles vont dormir là haut, à si haute altitude ? Elles doivent être à 2700m !
Et on est en octobre, la température a bien baissé ! :huh:
J'en compte 27. Cool !! Le berger va être content ! :)

Le monsieur ne mange pas grand chose, juste une petite purée sans matière grasse.

« La purée, c’est le meilleur rapport poids/calories ! »

Je sens que cette révélation va faire réagir Nico !
Je lui laisse le soin de lui répondre !
;)

Son menu du soir qu’il va préparer direct après avoir pris « le temps d’arriver » est composé d’eau et de purée, c’est tout !

« Au rapport encombrement/poids/calories c’est imbattable. » :blink:
« Ah bon ok ! » :unsure:

Je n’ose lui dire ce que j’en pense franchement, je lui propose un peu d’huile d’olive « pour booster » qu’il refuse poliment.

« Vous ne mangez pas ? »
« Non pas encore. »
« Ah moi je mange tôt pour ne pas rater le coucher de soleil ! »

C’est vrai qu’ici, c’est un bon spot pour le coucher de soleil, on est à 2500m en haut de la vallée qui s’ouvre en gros ONO mais bon, on va pas le rater, on mange après ! :cheer:

Entre temps, l’Ourse est revenue victorieuse puisqu’elle a trouvé où étaient les brebis, on les voit du refuge mais il faut plisser les yeux, environ à 2600 2700m sur les flancs du Médécourbe à qui nous voulons rendre visite demain…

Les nuages ont envahis peu à peu l’ouest et le coucher sera un peu voilé finalement mais très beau quand même !

Un peu voilé, pic de la Soucarrane à droite :





Je crois me souvenir que l’on profitera un peu plus longtemps des lumières du couchant que le monsieur, en tout cas après on est rentré et il était au lit, il fait nuit assez tôt en octobre, il devrait être vraiment crevé le monsieur, 20h grand max au pieu ! :ohmy:

« Oui mais je ne fais pas la grasse matinée ! »
« Ok, bonne nuit ! »

Il fait bien nuit maintenant : Qu’est ce qu’on mange ?

J’installe Fajka dehors, elle a l’habitude. Elle a porté sa couverture faite sur mesure, je ne veux rien imposer aux gens qui sont à l’intérieur, c’est du respect.

Il fait nuit nous sommes dedans et soudainement Fajka aboie. Je sors et deux frontales arrivent, ce sont deux catalans. Ils sont en short et t-shirt, il est 21h. On leur fait de la place, le monsieur est couché depuis un moment et nous on s’est un peu étalés ! :blush:
On discute, ils sont bien sympa et puis dodo.


Chacun commence à s’affairer et deux frontales arrivent, ce sont deux catalans, l’un d’eux est en train de faire le GR11 en entier d’ouest en est (quelle idée !), c’est son quinzième jour depuis Irun ! (il a donc fait 25 étapes officielles en 15 jours :whistle: )
Son pote l’a rejoint quelques jours et là ils ont galéré pour trouver le sentier depuis Val Ferrera, c’est pour ça qu’ils arrivent de nuit.

Dans les cabanes et refuges non-gardés, il faut s’attendre à des arrivées tardives, dans les refuges gardés aussi remarque… un peu moins en octobre qu’en été quand même…enfin le monsieur a dit qu’on ne le dérangeait pas, qu’il ne dormait pas mais se reposait bien de toute manière…ouf !

Je précise que je suis un peu bisounours, j’aime que tout le monde soit bien même ceux que je ne connais pas…
:)
On discute avec les espagnols en anglohispanocatalofranco…avec les mains ! :P
Une traversée, j’en frissonne d’envie, de bonheur, de souvenirs géniaux… :)
On mange ensemble, on parle matos et bouffe principalement, montagne aussi bien sûr et autres…

L’ourse a installé Fajka dehors et j’en suis étonné !
« Ben oui, normal, je ne vais pas imposer le chien dans le refuge et puis ça va salir… »
On en discute un peu, j’ai peine pour la chienne, j’ai presque envie d’aller pioncer dehors avec elle ou de lui monter mon abri !
En y repensant maintenant, je trouve ça très bien, il faut avoir un chien habitué et bien éduqué pour ça, bien éduqué c’est de toute façon nécessaire pour aller promener en montagne avec.
Elle a porté elle-même son petit tapis isolant fait maison qui est installé devant la porte du refuge sur la petite terrasse, on est pas bien là ? :cheer:

Un petit tour d’étoiles dehors et allez au lit !

Bilan : 12 km D+ 1200m D- 400m
Lien parcours sur openrunner

Fin du jour 1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54521 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : pic de Médécourbe
J 2 02/10/13

Je me suis endormi assez rapidement mais suis reposé et réveillé vers 5h30, à 6h je ne tiens plus et vais squatter dehors avec la chienne, une petite dose d’étoiles avec la boule de poil qui me réchauffe les jambes, trop calé ! :cheer:

Couleurs du matin :





Je sais que Nico se réveille tôt je l’entends se lever, je reste un peu au lit et me décide à me lever. La chienne est avec lui, elle l’adore, tu m’étonne il arrête pas de jouer ! :P

Les espagnols aussi se lèvent et partiront juste après nous. Nous on va vers le Médécourbe, et eux vers la Comapedrosa.
« Mais, Nico, ils nous suivent ! » :dry:
« Faut leur dire que c’est pas leur chemin !"


C’est l’Ourse qui sort la première du refuge un peu avant 7h, on rentre pour le ptit déj et les espagnols se lèvent aussi, pas le monsieur !
On décolle les premiers vers 7h40, le monsieur émerge, les espagnols qui vont vers le port de Baïau et la Comapedrosa, reine d’Andorre à 2939m nous rattrapent, on leur dit gentiment qu’ils se sont gourés et on leur montre leur chemin, comme quoi on peut faire des traversées des Pyrénées en se gourant dès le matin ! :silly:

Et c’est parti, oh ça monte ! Je suis rouillée ! Pfiou !! Ca monte !! :dry:

On arrive au col et on laisse mon sac.
En fait il est plus lourd que prévu parce que Nico, par précaution m’a demandé de prendre ma tente au cas où on dormirai dehors... la veille en arrivant au refuge j’ai compris que je n’aurai pas besoin de ma tente et de mon tapis de sol.
J’ai un peu râlé mais je sais que c’est plus sécu et qu’il préfère.
Du coup aujourd’hui comme il a mauvaise conscience de me faire porter tout ça, il se propose de me porter ma tente. C’est gentil !!!
:)

On monte et ça réchauffe mais pas tant que ça, ça pèle un peu ce matin, on ne peut pas trop s’entraîner au strip-tease ! :silly: On arrive vite dans la caillasse, il y a quelques mini-névés évitables facilement avant le col des Etangs Forcats, de là environ 150m positif assez raides nous séparent du sommet.

On planque les sacs des dames (!) avec aussi la tente oursine que je trimballe aujourd’hui car j’ai mauvaise conscience de lui avoir fait prendre sachant que l’on allait dormir dans un refuge d’une petite part et aussi parce qu’elle trouve son sac lourd, que je suis un peu MUL, que j’ai un peu la grosse caisse et que du coup je ne sens pas la différence dans mon sac d’une grosse part ! :lol:

On commence l’ascension du Médécourbe en suivant les cairns, j’ai l’impression de voler sans mon sac et la chienne aussi.

Allez c’est parti, il y a quelques cairns, c’est marrant, la chienne les trouve avant nous ou plutôt doit sentir les odeurs sur la trace avant que nous ne voyons les cairns et puis sans son sac elle vole !

Une Ourse près du sommet :





Vue sur les Estanys Forcats depuis la montée au Médécourbe





Bis avec l’Ourse :





Vue vers Baîau et l’ouest :





Presque en haut :





Ca y est on est arrivé sur la crête, oulà le gaz ! :ohmy:
J’ai légèrement la trouille. Il y a du vent.
On enfile la capuche !

Je demande à la chienne de rester sur place et de ne pas bouger, même si elle a le pied sûr il y a du gaz et je ne veux pas qu’elle aille plus loin.
Le sommet est matérialisé par un gros cairn, on suit légèrement la crête et on y va.

C’est facile mais faut faire gaffe, on est au sommet : libération , bonheur !!!!
Je suis ravie de me trouver sur un sommet sur 3 frontières ! B)
Le temps est parfait.


Ça devient vite un peu casse-gueule mais rien d’insurmontable, on atteint la crête, wah le gaz côté France ! :ohmy:

Je n’ai maintenant plus vraiment le vertige mais une sensation semblable lorsque d’autres m’accompagnant (ou pas d’ailleurs) sont dans une situation vertigineuse, ça conjugué au fait qu’hier la chienne est tombée, j’ai peur pour elle, je n’ose pas trop la regarder. :sick:

Aurélie me rassure en me disant que la chienne est habituée (ce que je sais en plus, quel niguedouille je fais) et qu’en plus là elle est plus à l’aise car elle n’a pas son sac.

Cela me calme, j’en étais presque à re-avoir le vertige pour moi-même :side: , à me contenter du cairn où on est arrivé alors qu’il semble évident que le vrai sommet est plus loin sur l’arête à cinquante mètres de nous ce que m’a dit Aurélie d’ailleurs.

Calmé, les idées plus en place, je vais vers le sommet très confiant et sans appréhension « ouh le beau gaz ! », il faut juste un peu poser les mains sur l’arête, disons que ce sont des passages où on passerait sans poser les mains s’il n’y avait pas du vide à côté et du rocher un peu délité, ça reste très facile mais peut paraître impressionnant.

Aurélie me rejoint peu après :
« Euh elle est où la chienne ? »
« T’inquiètes, là-bas, je lui ai dit de ne pas bouger, elle est trop belle sur son rocher ! » B)

On profite un moment de la vue que nous offre ce sommet, sa particularité est le fait qu’il soit situé en un point où se rejoignent les trois frontières, sur ce sommet on est donc en Andorre, en Espagne et en France en même temps si on peut dire, je trouve ça amusant, c’est un des trucs qui m’a attiré vers ce sommet.

La vue est très chouette à 2914m, à l’est le Carlit doit être visible certaines fois et à l’ouest la vue va jusqu’à l’Aneto, je reconnais ou crois reconnaître quelques sommets.

Du Médécourbe, vue nord vers la France et la vallée de Soulcem, on distingue l’étang de Soulcem au fond :





Toujours du sommet, vue sur l’arête et l’ouest :


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54523 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : pic de Médécourbe
Idem :





Idem, vue nord ouest :





Idem, vue sur Baïau :





Bon c’est pas tout ça, c’est beau, on se casse ? ;)

Quelques précautions au début de la descente, puis on récupère nos sacs et c’est parti pour la re-descente par le GR11 !

Je refais les quelques pas sur la crête pour aller récupérer mon bâton, la chienne n’a pas bougé et est effectivement sur son rocher quasiment sur la crête, je suis impressionné mais je n’ai plus peur, j’ai confiance en elle, en son pied montagnard, en Aurélie et à l’éducation qu’elle lui a donné, rien que ça ! :cheer:

A star is born, Fajka sur l'arête :cheer: :










On redescend vite fait aux sacs des dames qu’elles récupèrent et on file car on sent tout les deux que le temps peut se gâter rapidement, et il nous reste un bout pour retourner à la voiture.

Après être passé près des étangs Forcats, on quitte le GR11 pour remonter le val de Montmantell.

Cet endroit est vraiment magnifique, ces étangs, cette petite cabane perdue dans un cirque très sauvage... et cet isard mâle isolé qui part gentiment devant nous et que nous observerons monter ce dénivelé avec tellement d’allégresse, tout cela m’a laissé rêveuse un instant. B)

On rejoint le port d’Arinsal et de nouveau la frontière avec la France.


On franchit un gentil névé tout mou près de l’étang Forcats inférieur, passons près d’une cabane un peu sommaire et suivons le GR11 (variante sans Comapedrosa) jusqu’à un peu avant le Pla de l’Estany.

Cabane un peu sommaire après les Estanys Forcats :










On croise une traileuse et deux marcheurs très joviaux.

On vient de là-haut :




...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alexis

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54525 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : pic de Médécourbe



Et on va par là-haut :





On fait une petite pause puis remontons vers la pleta de Montmantell vraiment très jolie et ensuite vers les étangs éponymes, eux aussi très jolis. Il y a une cabane un peu moins sommaire que la première un peu avant ces étangs.

Cabane de Montmantell :








En montant vers les étangs de Montmantell , vue est :





La chienne se met en arrêt lorsque nous atteignons l’étang de Montmantell supérieur : « Oh un isard ! »
On l’observe un moment, il file exactement vers là où nous allons : le port d’Arinsal. B)

Les « filles » en admiration devant les étangs de Montmantell (j'adore cette photo :) ) :






Le port d’Arinsal :





Arrivés à la frontière (donc) :
« Mais c’est quoi ces chiens qui aboient ?? » :ohmy:
« Mais ils sont perdus ! » :unsure:

Ils gueulent contre un mec en contrebas puis s’en vont du côté andorran. Beaucoup de questions me filent dans la tête à ce moment :
« A qui sont ces chiens ? Sont-ils perdus ? Ils en ont l’air… Des chiens errants ça attaque des brebis pour manger… Et la faune sauvage... » :S

Et merde j’aime pas voir ça. :(
Je me fais du mauvais sang pour ces chiens... sûrement parce que j’en ai un....

Le mec arrive enfin au col il nous engueule presque parce qu’on a un chien mais se rend vite compte que ce n’est pas la même chose !

On le recadre de suite sur l’orientation, il pensait être au Port de Rat.
:angry:

On s’arrête manger à ce port et on est surpris de voir deux chiens dans la caillasse hors-sentiers en train d’aboyer comme des débiles, l’isard a bien sûr filé dans la direction opposée. :ohmy:
Je siffle plusieurs fois pour essayer de les attirer vers nous et pour éventuellement capter sur leur collier un numéro de téléphone afin de pouvoir les ramener à leur maître. Mais mes sifflements n’ont aucun succès et ils se barrent sur la crête frontière et disparaissent bientôt côté andorran. :huh:

Ah tiens je précise que le port d’Arinsal est frontalier Andorre/France, ces cols frontaliers sont en général appelés port dans les Pyrénées mais il y a évidemment quelques exceptions.

On aperçoit un mec qui monte en gueulant contre ces chiens, contre leurs propriétaires, contre tout le monde !
Il arrive :

« C’est à vous ces chiens ? »
« Bonjour monsieur, non ! »

Super l’entrée en matière du gars… :ohmy:
Il nous dit qu’il n’était jamais monté au port de Rat…
Là on se fait un grand plaisir de lui faire remarquer qu’il s’est complètement gouré et que le port de Rat c’est ailleurs !

« Ici c’est le port d’Arinsal, y a même le panneau ! » …branleur…

On en apprend tous les jours ! :evil:
Môssieur est un pyrénéiste accompli, Môssieur en a apparemment une très très grosse et Môssieur ne manque pas de s’en vanter longuement dès qu’il a fini de gueuler…
…on plie !
Des nuages un peu menaçants commencent à envahir le ciel et on ne s’attarde pas en si bonne compagnie ! :pinch:

« Au revoir monsieur ! »

Ca descend fort et je vois que Nico a envie de « lâcher les chevaux », je lui dit d’aller à son rythme et qu’on se retrouvera de toute façon.
Fajka le suit mais elle se retourne toujours pour voir où je suis, ça fait rire Nico qui teste jusqu’à quel point elle restera avec lui...
:lol:

On commence la descente un peu raide au début et bien caillouteuse, je me régale et Aurélie voyant ça me dit de ne pas l’attendre et de descendre à mon rythme.
« Yeehah ! » B)
Je descends pleine bourre avec Fajka mais celle-ci s’arrête dès que sa maîtresse n’est plus en vue, ça m’amuse et du coup je joue ! :lol:

Une autre cabane, on visitera toutes les cabanes sur notre chemin car il veut faire un retour sur leur état sur le site http://www.pyrenees-refuges.com/ .
Super initiative !
:)

On passe visiter la cabane du port de rat qui a une partie pour les randonneurs retapée récemment.
S’en suit une descente à fond les ballons jusqu’au Pla de Soulcem toujours en mode "on descend comme des tarés et on s’arrête de temps en temps attendre l’Ourse". :)

L’Orri de Rat :





Ca y est on est revenu sur les pistes de notre départ, la vallée du Soulcem, on avance à un bon rythme et sur le dernier tronçon un troupeau de gens finissent leur « balade ».
La chienne ne passe pas inaperçue avec son sac, ça devient vite une mascotte.
:lol:

On passe tout droit sur le Pla de Soulcem par une sente à vaches qui nous oblige à faire un petit demi-tour à un moment car on ne veut pas se mouiller les petons.

On s’arrête à la cabane de bergers, ce ne sont pas les mêmes, une femme et un homme, mais ils sont contents qu’on leur ramène de bonnes nouvelles :
" Les brebis sont là bas, on en a compté 27 !"

Ils nous offrent un sirop que Nico va s’enquiller cul sec !
Haha ! Aucune tenue ce mec ! :P

Une brebis récupère devant la porte, elle a l’air mal en point : ils viennent de la porter sur un « brancard » en faisant 1000m de dénivelé négatif à deux.
Quoi ?? Ce petit bout de femme et lui ?? :ohmy:

« On verra si elle se remet ou pas... »
« Aller salut et merci ! »
:)

On aperçoit ensuite l’étang de Soulcem et tout un troupeau de gens qui descendent la piste. Fajka est la star :
« Oh regarde le chien, il a un sac ! » :cheer:

On s’arrête à la cabane de berger pour signaler où nous avons vu les brebis hier. Le berger et la bergère nous disent qu’ils feront la commission à l’autre berger et nous invite à boire un coup.

Sans faire exprès je bois mon verre de grenadine cul sec :
« miam c’est bon ça ! » :cheer: :whistle:

Et ça fait bien marrer tout le monde, je suis invité à me resservir un verre tout seul vu ma voracité… :silly:
On discute un peu le coup puis rejoignons la voiture, snif ! :(


Ca y est on est arrivé à la voiture, ohhhh c’est déjà fini... :( c’était trop bien... :)

Je le redescends à Tarascon.
Petit/gros pincement au cœur de le laisser là faire du stop pour regagner Ax les thermes.

Lui va continuer à marcher et moi, pfffff je dois rentrer pour bosser... pfff fait ch*** ! :angry:

Ca a été 2 jours génial, le temps a été super, l’ambiance, les paysages, les gens, les obs...

Adieu Nico et fais attention à toi !!
:) :) :)


Aurélie doit rentrer chez elle, elle me dépose à Tarascon où je fais du stop pour rejoindre Ax les Thermes pour la nuit avant de repartir dans la cambrousse…

J’ai le cœur un peu serré de la quitter, ces deux jours ont vraiment été super ensemble, la montagne j’adore seul mais c’est aussi vraiment très chouette en partageant avec une amie.

A bientôt Aurélie, je suis impatient de partager à nouveau une sortie montagne avec toi et Fajka. :) :) :)


(texte Nikozorey écrit le 03/10/13 dans la soirée à nouveau au (super) gîte de Mounicou)


Bilan : 14km D+ 1000m D- 1900m
Lien parcours sur openrunner

FIN
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ourse

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54532 par ourse
ourse a répondu au sujet : pic de Médécourbe
Merci pour Nico pour ce compte rendu où j'ai apporté ma touche personelle!

Bonne lecture à tous!
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Nikozorey

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54533 par jean claude
jean claude a répondu au sujet : pic de Médécourbe
Voila une belle balade, écrite à deux mains....
c'est quand même beau les Pyrénées!! :whistle:

mais les cabanes ont plutot l'air délabrées. Houlala ; serait temps de faire quelque chose...
Y a de quoi devenir "cabanophobe"! :P

jean-claude B)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Nikozorey

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 3 ans 10 mois #54538 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : pic de Médécourbe
Salut vous deux ! :)

Ourse, merci surtout à toi de m'avoir rejoint pour ces deux jours, c'était top de marcher avec toi et Fajka. B)

Jean-Claude a écrit :

c'est quand même beau les Pyrénées!! :whistle:

:lol: :lol: :lol:
J'aurai tendance à dire : il y a des vérités qui échappent à beaucoup ! :P
Blague à part, content que ça t'ai plu. :)

Pour les cabanes, c'est clair que celles-ci sont vraiment pas top, c'est peu dire, les Andorrans appellent ces deux cabanes bivouacs et non cabanes, sûr que ça n'aidera pas Pascale78 à vaincre sa cabanophobie ! :whistle:

Ils ont raison mais j'ai vu pire, ce n'est pas la panacée mais ça peut satisfaire certains, moi par exemple ! :cheer:
Sinon en général, les cabanes que l'on trouve an Andorre sont vachement mieux, celles que je connais sont sur le GRP tour de l'Andorre,il y en a quelques unes en photo dans mon récit de HRP.

Et je n'ai pas pris en photo le refuge où nous avons dormi mais c'était bien mieux, l'intérieur ressemble à celui-ci (refuge non-gardé de Molières) :




B) Nico
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 1.296 secondes