L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question Larzac méridional mode bivouac

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois - il y a 4 ans 8 mois #51657 par jclaude24
jclaude24 a créé le sujet : Larzac méridional mode bivouac

Les messages qui suivent font suite à un premier sujet et une sortie organisée via le forum "equipiers-randonnee-pyrenees-sud-ouest" :
www.rando-trekking.com/forums/28-equipie...idional-mode-bivouac
Merci aux auteurs pour ce retour d'expérience
le modérateur du forum





bonjour à tous,
je me permet de vous faire part des leçons que j'ai tirées "à chaud" de cette expérience,je sais que je vais enfoncer des portes ouvertes mais bon....
pour randonner sur plusieurs jours il faut:
-- être en forme physique,ont l'étaient (même ma cheville!!!!!);
-- une équation très difficile à résoudre: poids du sac avec la pénibilité de la marche (surtout si dénivelé/mauvaise météo) et le confort au bivouac,donc quand on fait son sac des choses sont indispensables ,d'autres nécessaires, d'autres de confort et tout pèse tout est a prendre en considération; pour ma par j'avais lourd sur le dos (environ 15kg), ce foutu sac bien l'organiser pour un bon déroulement de la journée;
--le matos..... la c'est simple plus c'est bien plus c'est cher!!!! mais ça peu être piégeur: une tente ultra légère 1 personne devient vite galère dans de mauvaises conditions météo,
--la nourriture/ boisson là aussi y a pas photo il faut boire et grignoter en marchant,à midi il faut manger froid certes mais manger le soir manger chaud est impératif (les repas lyos font bien l'affaire) le ptit déj ne doit pas ignoré;
--habillement: chaussettes les avoir essayer en condition avant, une paire par jour quand on peu pas laver, des vêtements chauds dédié a la nuit (indispensable), tee chirt technique/pantalon rando/polaire légère suffisent pour la saison, vêtements de pluie là attention les 1er prix des grand magasins de sport sont pas à la hauteur (c'est un peu normal!!) là y faut mettre un peu de sous pour avoir un minimum de confort (quand ça pleut sans arrêt et qu'on est trempé "dedans" on a un ptit coup de bluz en fin de journée), les chaussures... l'étanchéité "commerciale" n'est pas la même que l'étanchéité réelle (les normes??peu être);
--la préparation technique là attention!!! il faut savoir ou on va, par ou donc très bien maitriser la lecture d'une carte savoir évaluer les distances, le dénivelé,la direction( c'est pas planète inconnue mais c'est pas le monde des bisousnours) un GRAND MERCI à Pascal pour son expérience et son savoir faire, être raisonnable quand à la longueur des étapes, bien se renseigner sur la météo partir du principe que c'est pas fiable à 100 pour 100 (c'est des prévisions!!) on viens d'en faire l'expérience!!;
--la cohésion du groupe: nous ça été parfait 4 personnes c'est bien, avec une fille c'est formidable (pourtant on n'a pas parlé chiffons!!!...);

voila en gros mes impressions pour conclure, je tiens a remercier mes trois compagnons de rando,et particulièrement Pascal pour avoir "trainé" ses 2 boulets et sa boulette.
Cordialement jean claude.
Dernière édition: il y a 4 ans 8 mois par le gardien.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois #51658 par verac
verac a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
Hello tout le monde!
quelques remarques à chaud de mon côté aussi:
- l'objectif pour moi était de me tester en bivouac (rando itinérante en camping, je connais mais sans douche, c'était l'inconnue) et de profiter de cette nouvelle expérience pour parcourir à pied ce coin du Larzac que j'ai adoré lors d'un passage précédent en voiture.
-A propose de la visite du coin, la pluie a un peu gâché l'éssentiel du parcours alors il faudra que j'y retourne!! Avis aux futurs amateur(e)s!!!
Par contre, au niveau du test bivouac, on ne pouvait guère faire plus efficace et ça va être une nouvelle occasion de m'améliorer en vue de repartir (hé oui, j'adore toujours ça!):
-les conditions météo m'ont permis d'éprouver mes erreurs: la taille de la tente fût la plus critique: c'est une Vaude power tokee ul. Tellement petite que mon sac de 50L doit dormir dehors (dans un sac poubelle, ça marche super bien)) et qu'on n'y a a place de rien, à part s'allonger! Je l'avais testée 9 j cet été sur le Stevenson et tout c'était bien passé parce qu'il avait fait plutôt beau. Il avait plu une nuit, beaucoup, et elle avait parfaitement bien résisté. Là, sans doute à cause de la très forte condensation, la chambre a fini par se mouiller et s'affaisser sur mon duvet qui s'imbibait à son tour par capillarité. Très très inconfortable....Sans compter que mes vêtements trempés ne pouvaient entrer dedans, vu l'exiguité, sans mouiller le peu que je peux y mettre, ils étaient donc dehors, sus la pluie...Je vous laisse imaginer le bonheur de l'habillage matinal... Bien sûr, il est également impossible de s'y assoir, d'y manger etc...Du coup, je recommande cette tente UL que par beau temps ou averse à durée limitée...lol!
- il a tellement plu que j'avais l'impression d'être sous la douche toute la journée alors...le savon ne m'a pas trop manqué, j'avoue...S'il avait fait beau, j'imagine que nous aurions pu profiter de quelques coins de rivière pour une toilette sommaire... (tiens, d'ailleurs qu'en pensez-vous mes compagnons?).
-je suis prête à préciser certains points si ma nouvelle expérience peut aider qui que ce soit.
Un merci particulier à l'adresse de Pascal pour ses conseils très avisés, son sens de l'organisation et sa générosité.
Un très chaleureux remerciement à mes 3 compagnons de marche: sans votre présence, ces jours de pluie auraient probablement été une galère mais grâce à vous, c'est déjà un très bon souvenir!
D'ailleurs on repart quand????

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois #51659 par jeanmichel_et_sandrine
jeanmichel_et_sandrine a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
idem à chaud avec un commentaire plus long :

- sympa
- humide
- convivial
- sportif
- humain
- éprouvant
- ensoleillé (sisi, ça arrive)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois #51660 par alan1131 -Pascal-
alan1131 -Pascal- a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
Bonjour, le bilan avant le CR donc…:whistle:

Pour moi c’était une première aussi…partir en groupe, alors que j’ai surtout l’expérience de partir seul.
Seul je connais assez bien mes capacités et mes limites, en groupe, il faut les adapter, négocier, rassurer, expliquer. :unsure:
Finalement sur l’idée de Véro, c’est plutôt moi qui ai tracé le parcours, les étapes, les points de chutes. :silly:
Etant le local de l’histoire, j’avais aussi à gérer une bonne part de l’organisation : le transport, l’installation du premier soir, le rassemblement du groupe. :woohoo:
C’était pas bien compliqué, juste que le fait de venir avec ma voiture à simplifié beaucoup cette tâche. :)

Quelques semaines avant, Véro, plutôt inquiète quant à la capacité de ses pieds (et à l’arrivée rapide d’ampoules) avait évoqué de regarder des plans B. La région se prêtait assez bien à raccourcir voir couper quelques tronçons…
Les plans B je les voyais plus dans le sens de gagner 5/6 kilomètres sur une étape, pas dans l’idée de remettre en question tout le circuit. :angry:

Mais faire en deux jours ce qu’on avait prévu en quatre, ce n’était pas prévu au programme. Ce n’était même plus le plan B mais le plan U comme Urgence. :S :S
C’est là que le choix initial ( voiture + double matériel ) a permis de sauver cette sortie. Mais bon, il aurait pu en être autrement si nous avions choisis de tous venir en train. Qu’aurions nous fait ? Une journée à tourner autour de St Guilhem ??? Un retour anticipé des participants ??? :angry: :unsure: :S :whistle:

Alors oui, la convivialité, la bonne humeur, l’adaptation de chacun à permis de « sauver » ce projet. Mais il s’en est fallu de peu, ça tient à peu de chose… :silly: :blush: :whistle:

Le but de se projet : Au-delà du défi physique, au delà du défi organisationnel de chacun, du défi émotionnel aussi dans ce face à face à la nature et outre de laisser une bonne image de la rando itinérante en autonomie, le but était aussi de faire connaissance tous ensemble, de souder le groupe, de nous apprécier et au final de partager et d’apprécier ce moment humain dans le défi. :) :lol:

Les conclusions : Chacun a pu tirer les enseignements de cette sortie sur :
- l’habillement
- les vêtements de pluie
- le matériel (tente, footprint, duvet, sac à dos)
- les chaussures
- les bâtons
- les casquettes
- les repas
- la topographie (carte)
- la préparation (rapports temps distances dénivelés)
- la capacité physique à avoir.
….

Pour moi c’est déjà une énorme réussite, puisque chacun de nous à pu se rendre compte de l’interaction et l’importance de tout ces points sur la réussite d’une rando itinérante. :) :)
Involontairement certes…

Qu’en est-il de moi ? Véro m’avait demandé ce que j’aurais fait si j’avais été seul. ? :angry: C’est clair que je n’ai pas eu mon quota dans ce face à face avec la nature…
Une chose est sûre, après la pluie vient le beau temps ( bon là, il a été relativement long à revenir ) et puis il y a mon côté Gascon ! ;)
Donc, je pense que j’aurais continué comme prévu vers Vissec (Etymologiquement là ou la Vis est à Sec !! ) Pas là ou on vit au sec ! :laugh:
Le soir, j’aurais retrouvé ma tente bien trempée, inondée même à l’intérieur comme à l’extérieur. :(
La pluie ayant cessée dans la soirée de dimanche, j’aurais improvisé un abri de fortune avec ma couverture de survie, peut être avec le seul toit de la Power Lizard épongé…;)
Peut-être aurais-je allumé un feu de bois, si j’avais réussi à trouver un peu de bois pas trop mouillé, mais là rien n’est moins sûr.
Le lundi, tout aurait fini par sécher de toute façon. :)
Et pour la toilette sommaire, c'était prevu sur les bords de la Vis qu'il aurait fallu atteindre le dimanche soir... ;)

Un nouveau projet ???… De la même façon qu’on avait lancé celui-ci, dans 7 semaines j’ai ma période de repos pour Pentecôte…
:woohoo:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • titouille05
  • Portrait de titouille05
  • Visiteur
  • Visiteur
il y a 4 ans 8 mois #51674 par titouille05
titouille05 a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
Ah chouette un ti retour de terrain, plein d'expérience. :) J'avais déjà eu des retours encore plus à chaud mais là c'est plus en détail :) en tout cas on peut se rendre compte d'une chose c'est que malgrès toute les galères qu'il peut y avoir, une rando reste toujours un moment magique et pleins de bons souvenirs. :) :) :) J'espère que ce week end on va avoir droit à des photos :) :)

Bonne journée

Titouille :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois - il y a 4 ans 8 mois #51681 par alan1131 -Pascal-
alan1131 -Pascal- a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
Allez je me lance....

Vendredi 22 mars… Tout avait si bien commencé !
Véro et Jean Michel avaient de longue dates pris leur billets TGV pour Montpellier et leur train devait arriver à 21H34 le vendredi soir. Jean Claude et moi avions prévus de venir avec nos véhicules et dans la semaine on se donnait rendez vous sur le parking de l’Intermarché de Gignac.
Je partais de Narbonne ce vendredi vers 14h, une fois passé chez Décathlon afin de prendre un surpantalon étanche et un sursac pour remplacer ceux que j’avais laissé dans un autre sac. On se retrouvait donc à 16h à Gignac et on continuait vers notre lieu de premier bivouac qu’on avait soigneusement tenu secret afin d’en faire la surprise à nos amis de la RP.
On ne mit pas longtemps à rejoindre, en voiture donc, la chapelle de Saint Sylvestre des Brousses qui devait nous accueillir pour cette première nuit.



L’endroit était à la hauteur de nos espérances et même plus, un vallon isolé, couvert de vignes et d’oliviers, une chapelle magnifique, isolée de tout.



Juste en contrebas on découvrait un pré plan sur lequel on s’installait et où on plantait deux tentes pour Véronique et Jean Michel.
Afin d’éviter de défaire nos sacs finalement bouclés et prêts pour le lendemain, j’avais apporté une tente dôme « de passe » ainsi que la T2 que je devais prêter à Jean Michel.



Le temps n’était pas terrible, nuageux, parfois chargé de gros nuages noir, mais stérile, pourtant au fur et mesure de la soirée on vit le ciel se dégager. On eut le temps de faire connaissance avec Jean Claude puis il se mit aux fourneaux et prépara le dîner : Blancs de poulet sauce tomate et pates. On dina donc tout les deux, Véro et Jean Michel ayant choisis de se sustenter dans le TGV. La nuit s’installa et le ciel se dégagea. Eclairé par un dernier quartier de lune, on attendit 20h ensemble puis je quittais notre petit coin perdu pour rejoindre la gare de Montpellier. Les villes et les métropoles régionales en particuliers je les évite le plus possible, et alors que nous devions nous isoler 4 jours dans le Larzac, je commençais par m’enfoncer dans la jungle urbaine : ça commençait bien, mais finalement, plus de peur que de mal, je m’en sortit assez bien et réussissait à trouver assez facilement la gare.



Le train arriva à l’heure et j’attendais déjà sur le quai quand il entra en gare. Véro m’avait confirmé par sms leur présence et surtout leur départ à l’heure. Un petit coup de phone pour demander le numéro de voiture et je retrouvais nos amis sur le quai. Je les entrainais vers le parking et on rejoignit sans encombre ( je déteste rouler en ville : sic !) on rejoignit donc notre coin des brousses et je me garais juste à coté du fourgon de Jean Claude, dans lequel il dormait déjà.



Il faisait bon malgré l’heure tardive bien que les nuages cachaient de nouveau la lune. Dans l’obscurité la plus parfaite de ce vallon perdu, on prit tous les trois l’apéro à l’arrière de mon véhicule. J’avais préparé deux bricoles et le Rançio était suffisamment frais. On fit connaissance tous les trois même si Véro et moi nous avions partagés quelques huitres et une balade sur le Littoral audois quelques semaines auparavant.
Au bout d’un moment Jean Claude se réveilla et nous rejoignit. On papota un bon moment encore avant d’aller nous coucher. Jean Claude et moi dormirent dans nos véhicules respectifs, tandis que Véro et Jean Michel passèrent cette première nuit sous tente.
Pièces jointes :
Dernière édition: il y a 4 ans 8 mois par alan1131 -Pascal-.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • titouille05
  • Portrait de titouille05
  • Visiteur
  • Visiteur
il y a 4 ans 8 mois #51708 par titouille05
titouille05 a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
Un bon début de lecture déjà vivement le reste de la rando :) A ce que je vois on est pareil, je déteste conduire en ville et je déteste les attroupement de foule comme les gares et les métros :)

Un joli lieu de bivouac poue la première nuit :) et on commenbce déjà par l'apéro alalala :)

Bonne journée

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois - il y a 4 ans 8 mois #51728 par alan1131 -Pascal-
alan1131 -Pascal- a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
Deuxième journée donc ... :(

Samedi 23 mars… Saint Guilhem le désert – Les Besses : ça se gatte !

Il a plu pendant la nuit, j’ai entendu les gouttes tomber sur le toit de la voiture. C’était mon sujet de hantise tout au long de la semaine. J’avais croisé les prévisions météo de différents site et validé qu’on allait rencontrer de la pluie samedi et dimanche matin. Les niveaux de précipitations annoncés devaient être faibles, un petit millimètre de pluie pour une période de trois heures, même si nous ne savions pas vraiment ce que ça pouvait donner en terme de pluie : de la bruine, des averses ??? :unsure: :unsure:

Le jour m’a réveillé, n’ayant pas de rideau sur les baies de ma voiture. :angry: Il est temps de se lever et déjà j’entends les fermetures éclairs s’ouvrir de ci et de là. On ne tarde pas pas à se retrouver tous dehors. Jean Claude met de l’eau à chauffer tandis que nous nous préparons. Nous déjeunons sauf Jean Michel qui ne prend rien au saut du lit. Les nuages sont bas et le ciel est bien plombé. Nous rangeons nos affaires, plions les tentes et nous quittons le vallon pour Saint Guilhem le désert. Il ne faut que dix minutes à peine pour arriver au village et nous garer sur le parking supérieur.
Cette fois ci c’est le départ, le vrai ! On sort les sacs à dos, on enfile et laçons nos chaussures, on passe les vestes, un dernier tour aux toilettes juste en face, le plein des gourdes est fait et le départ est donné 8h45:



Plein nord vers l’extrémité du parking et le long du Verdus vers le cirque de L’Infernet. Rapidement nous attaquons la montée linéaire. On s’élève assez rapidement et nous avons déjà chaud. Une rapide halte pour quitter veste et polaire et nous continuons à flanc de montagne.



On suit la variante du GR 653. En s’approchant de la paroi du cirque il faut continuer par une série de petit lacets et on accède sur le plateau ; et vue sur la vallée du Verdus



Le chemin continue dans un sous bois de chênes vert et de pins assez agréable. Déjà on approche de Mont Ste Baudille, et là, ce que nous voyons n’est pas fait pour nous réjouir : le mont est pris dans les nuages. On ne voit pas l’extrémité.
Il fait déjà plus frais aussi et chacun renfile vestes et polaires. Alors que nous arrivons sur la route, la pluie se fait plus dense et même si ça reste gérable, on commence à s’équiper. La montée est là, on fait une dernière pause avant de monter vers le sommet à 848 m. Mais la pente est plus raide, même si les lacets sont longs. Et puis mine de rien on est parti de 100 m et il nous reste donc 450 m à gravir.



C’est là que le poids des sacs se fait le plus sentir. Mais à notre avantage, on ne souffre pas de la chaleur ! Au fur et à mesure qu’on s’approche du sommet, on se retrouve emprisonné dans la brume, une brume qui mouille bien, accompagnée d’un vent qui nous glace. Le sommet est là, les derniers mètres nous obligent à changer de rythme, un dernier rampillon en marches d’escaliers qui nous cassent les jambes et on entend le vent siffler dans les antennes relais invisible à quelques mètres pourtant. Il faut passer à deux mètres de la clôture pour enfin voir le bâtiment imposant coiffant la montagne.
Nous le contournons pour jeter un œil depuis la table d’orientation, mais nous ne verrons rien.



Alors que Véro et moi arrivons à la table, nous voyons surgir de la brume un homme qui arrive en courant, un court instant j’ai bien cru qu’il s’agissait de Jean Michel nous faisant la surprise de gravir les dernier mètres à la course… mais non c’est simplement un coureur de trail qui s’apprête à redescendre sur Saint Guilhem et qui attend son amie au sommet. Nous parlons météo et il a même la gentillesse de faire une recherche rapide des prévisions de la journée sur son portable :Pluie ! mais ça on savait déjà.
Il fait trop froid sur le sommet, et nous redescendons rapidement sur le versant opposé. Il est l’heure de déjeuner, Midi et quart, et nous faisons une pause contre des bosquets de buis. Mais la pluie s’intensifie, une pluie fine et régulière qui mouille tout. Il n’est pas facile de manger dans ses conditions, et nous écourtons notre repas pour reprendre notre chemin. Par moment la pluie se calme, mais sans vraiment s’arrêter, il tombe au minimum un léger crachin qui persiste. On est à présent sur le GR de Pays du Tour du Larzac méridional.
Après une longue partie plane, plus ou moins bien balisée ( il semblerait qu’un proprio ait décidé d’effacer les balisages du GR après avoir creusé d’énormes tranchées en travers du passage), et après un instant de doute sur un embranchement, nous reprenons une dernière montée qui nous rapproche des 800 m d’altitude avant de plonger sur La Vaquerie. De nouveau le ciel est bas et la pluie se renforce sur cette cime, et il me tarde de quitter ces sommets pour tenter de trouver des conditions moins bouchées. C’est la première descente de notre parcours. Enfin, la plus significative puisque nous revenons à un peu plus de 600 m sur le plateau du Larzac.



Nous atteignons La Vacquerie et sur la place, face au gite du CAF, je teste de la fontaine, mais celle-ci est fermée. Véro n’a pas manqué de voir le petit restaurant ouvert et se hasarde à demander si nous pouvons nous y abriter un instant et de prendre une boisson chaude réconfortante. Le sympathique tenancier ne manque pas de se gausser de nous, et nous fait quand même rentrer. Nous ne manquons pas de lui inonder sa salle, nos affaires et nos sacs dégoulinant de toutes parts.



Le dilemme se présente à nous : Restons-nous au gite du CAF, dont il a les clés ou partons-nous nous installer comme prévus aux Besses 5 km plus au nord ? Question temps, nous sommes bien, il est 15h 30 et on a bien marché ; Il reste une grosse heure pour atteindre Les Besses. Dans notre parcours, rajouter 5 km à l’étape du lendemain c’est prendre le risque de devoir les rattraper à un moment donné. Et puis la pluie n’est pas encore si forte au point de nous gêner ni pour marcher ni pour nous installer.
Nous prenons un excellent chocolat chaud, nous faisons nos provisions d’eau pour le dîner et le petit déjeuner, puis nous remercions notre aubergiste, et repartons. La pluie ne cesse pas, toujours aussi régulière, peut-être un peu plus drue qu’en début d’après-midi. Jean Michel et Jean Claude ont pris les choses en main et mènent la marche. Nous avançons bien sur le GR7 qui suit en partie la route. Apres le hameau de La Barre, nous quittons la plaine pour monter dans les collines, et déjà je regarde les opportunités de trouver un endroit pour nous installer. J’espère un instant atteindre Jase Nove un peu au dessus des Besses, mais la pluie et une ciel bas et sombre, et la fatigue aussi, nous contraint assez rapidement de trouver un coin pour nous installer. Un peu au dessus du hameau, un pré verdoyant et plan fera l’affaire, même si nous nous trouvons encore dans un la zone de pâture de moutons, leurs crottes parsemant la prairie, mais nous ne serons pas difficile, il fait tellement sombre qu’on se demande si le ciel ne va pas nous tomber sur la tête. Chacun trouve son petit endroit et installe sa tente. Il était temps !



Tout juste puisque la pluie redouble au moment ou nous plantons, mouillant nos affaires et nos sacs. Il y a urgence pour nous abriter. Il ne fait plus semblant de pleuvoir. J’aide Jean Michel à monter la T2, Véro aide à son tour Jean Claude, puis nous aidons Véro à monter la Tokee, et nous rentrons nous abriter sous nos tentes. La pluie ne fait que commencer, au fur et a mesure que la nuit arrive, les averses redoublent de violence, sans aucun répit.

Seuls Jean Michel et moi avons pris nos réchauds. Une fois chauffé de l’eau pour une soupe et des pâtes sauce bolognaise, je vais le passer à jean Claude qui décline mon offre , puis à Véro déjà emmitouflée dans son duvet et séparée de son sac à dos stocké dans un sac poubelle dehors à proximité de la tente. Impossible pour elle de dîner dans sa tente. Elle décline aussi mon offre et je retourne sous ma tente pour m’installer pour la nuit.
La pluie tombe, de plus en plus violente, assourdissante sur la toile de nos tentes. C’est surement la pire des situations dans laquelle nous pouvions nous trouver.

Dernière édition: il y a 4 ans 8 mois par alan1131 -Pascal-.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 4 ans 8 mois #51734 par Nikozorey
Nikozorey a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
La suite, la suite, la suite ! :) :whistle:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • titouille05
  • Portrait de titouille05
  • Visiteur
  • Visiteur
il y a 4 ans 8 mois #51752 par titouille05
titouille05 a répondu au sujet : Larzac méridional mode bivouac
Vi on veut la suite. :) quel plaisir de lire des CR. :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 0.774 secondes