L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question Larzac méridional mode bivouac

Plus d'informations
il y a 6 ans 4 mois #51755 par Donnel
Réponse de Donnel sur le sujet Larzac méridional mode bivouac
Ben ouais, quoi B) !



La suite :cheer: ...

Donnel

Entre ciel et terre, nuages, villages et sentiers magiques, la randonnée éternelle...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 4 mois #51790 par jeanmichel_et_sandrine
Voici le début de ma contribution :


La veille :

Nous sommes 2 à être arrivé de Paris, Véro et moi, Nous avons déjà randonné ensemble, donc on se connait un peu. Malheureusement, pas de place côte à côte dans le train… rien de grave, on se retrouve entre 2 wagons pour discuter une demi-heure…

Arrivé à la gare de Montpellier sans encombre, on retrouve Pascal qui est venu nous chercher. Pascal, c’est celui qui s’est occupé de la grosse partie de la logistique comme le tracé précis de la randonnée, les bulletins météo (si si !!! on en reparlera), les allés/retour jusqu’à la gare pour venir nous chercher et nous raccompagner, et surtout, c’est le plus expérimenté du groupe !

Il nous retrouve donc vers 22h il me semble, et on fonce sur le lieu de notre premier Bivouac, avant de commencer la randonnée dès le lendemain matin. Il nous avait fait la surprise du lieu, mais malheureusement, on n’a pas profité de ce petit coin que le lendemain matin car il faisait déjà nuit noir quand nous sommes arrivés sur le Bivouac.
Tout était déjà prêt, les 2 tentes montées (Pascal et Jean-Claude avaient choisi de dormir dans leur véhicule respectif ce soir là). Véro a donc occupé une grande tente de Pascal (une 3 places me semble-t-il), et moi j’ai commencé à utilisé la T2 de Pascal, qui me suivra au poignée tout le long de la randonnée !
En plus des tentes déjà prêtes, on a eu droit à un petit apéro de bienvenu surprise ! Bon, Jean-Claude dormais déjà, mais il s’est réveillé un peu plus tard, il faut dire que la nuit, y’a pas grand-chose à faire quand on randonne, d’autant qu’il est resté 1h30 tout seul je pense, le temps que Pascal fasse le trajet jusqu’à la gare...
Donc, une fois Jean-Claude réveillé, nous avons encore discuté un long moment, puis vers 00h30 je pense, on a commencé à se diriger vers nos « chambres » !



Premier Jour :

J’ai commencé à me réveiller doucement, j’ai entendu mes compagnons s’activer un peu, du coup je suis sortit de la tente. Petit déj avant d’attaquer la première journée ! Bon, rien pour moi parce que je ne prends jamais de petit déj et du coup, vraiment pas faim. Mais on discute un peu des futures journées… le temps n’est pas très beau…
Après le petit déj, on remonte dans les voitures et on file à St Guilhem le Désert, d’où commence notre randonnée. On met les voitures au parking, on se prépare et on part ! Il fait … gris très gris… je me demande même s’il ne pleuvait pas déjà un peu…
En tout cas, on est prêt, souriant et plein de bonne volonté comme on peut le voir sur la photo ci-contre (de droite à gauche : Véronique, Pascal, Jean-Claude, Jean-Michel).



Comme on peut le voir sur la photo ci-dessous, le temps n’était déjà pas très ensoleillé, mais le paysage était déjà bien sympathique. On a pris le petit sentier qu’on peut voir sur le droite. Attention, ça attaque sec ! ça monte dès le départ, pas trop méchamment, mais ça monte en serpent !




A peine 1 heure plus tard, on était déjà sur les hauteurs de St Guilhem (quand je vous disais que ça monté sévère !!!), et le paysage était plutôt pas mal, caillasse, arbre, colline, y’avais pas mal de choses !




Malheureusement, les choses ne peuvent pas toujours bien se passer… et la pluie s’est invitée à la rando. Bon, on s’y attendait un peu, parce que Pascal nous avait prévenu régulièrement des bulletins météo, et dans un langage très compliqué pour mon petit cerveau, nous expliquait qu’il ne devrait pas y avoir plus de 1mm de précipitations… m²… prévisions… quantité… Bon, sur le coup, j’ai pas compris grand-chose, moi la météo c’est « il pleut », « il fait beau »… Mais apparemment, il était censé pleuvoir peu… normalement… bah oui, parce qu’au final (hein Pascal ???), il a plu toute la journée ! il a même plu encore après d’ailleurs… Donc, on a marché sous la flotte. Rien de grave, pas une grosse averse, de la pluie relativement fine, mais persistante. On a d’ailleurs fini, Jean-Claude et moi, de s’équiper de nos pantalon de pluie avant d’être complètement trempé ! Pour ça, on profite d’un moment où Pascal vérifie sa carte (et oui, c’est notre GPS à nous ! Pas de panne, itinéraire bis, il est toute option !).

Véronique a attendu un peu avant de mettre son poncho, qui s’est finalement trouvé moins pratique qu’un pantalon de pluie. Difficile de le mettre seul à cause de la bosse pour le sac, et il arrive aux genoux, donc trempée sous les genoux, et le poncho qui remonte régulièrement… c’est toujours mieux que rien, mais ça a un côté un peu relou. D’un autre côté, Jean-Claude et moi avons été trempés au travers de notre pantalon de pluie… étanche disaient-ils… en même temps, 8 euros chez Décathlon, faut pas s’attendre à des miracles non plus…


Bref, On continu de marcher sous le pluie, on fini par s’arrêter pour manger vers 13h00 je pense. Et manger sous la pluie, c’est dur… froid + pluie = difficile de bouger ses doigts… Ca a été très difficile pour moi de manger, je n’avais pas préparé mes sandwichs, et mes fromages étaient encore dans leurs emballages, impossible à ouvrir avec les doigts gelés ! Heureusement que Jean-Claude avait un couteau bien affuté pour m’ouvrir ça, sinon je serais sans doute mort de faim lol
Donc, on a mangé vite, sans vraiment discuter, un peu le moral dans les chaussettes, et on s’est remis en route, en espérant une accalmie… Vous la voyez bien là l’accalmie sur la photo ? Non ? Ben nous non plus !!!






Vers 16h je crois, nous sommes arrivés dans un petit village du nom de La Vacquerie (20km dans les jambes déjà). On s’est arrêté un moment dans un petit resto/troquet pour prendre un bon chocolat chaud ! Le tôlier était très sympathique et on a un peu trempé son établissement… désolé monsieur !
Dans ce village il y avait aussi un gite CAF (Club Alpin Français), où on aurait peut-être pu dormir (il aurait été préférable en tout cas je pense avec le recul).

5km après, on arrive sur le lieu de notre Bivouac, il pleuvait encore (étonnant non ?), Mais on a cherché un peu avant de trouver une place à peu près confortable (plus ou moins plat, plus ou moins pas dans des crottes de je ne sais quel animal, pas trop face au vent…). Bon, sans trop avoir le choix on s’est installé le plus rapidement possible (ben oui, la pluie donne des ailes, c’est bien connu !). Et vers 18h / 18h30 on est rentré sous nos tentes… chacun sous 1 tente… On part quand ? Demain 8h ? Ah ouais… 14h tout seul à ne pas pouvoir bouger et ne pas manger chaud… voir pas manger du tout, et surtout, tout seul dans une tente exigüe, franchement, tu fais pas grand-chose à part essayer de dormir !



Du coup, je n’ai pas mangé chaud ce soir là, j’avais bien un réchaud et une recharge, mais pas d’allumettes (je sais, c’est ballot) … et de toutes façon, je n’ai jamais utilisé cette chose, alors je n’ai pas voulu prendre de risque… Ben le soir, 5 ou 6 tucs, c’est pas mauvais non plus hein :p
Donc, j’ai du commencer à m’endormir vers 19h je pense, avec le sac sous la tente, et moi bien au chaud et au sec sur le matelas.
Au sec ??? Pas très longtemps en fait ! Je me suis réveillé, je me suis dit « ah, j’ai bien dormi, mmmm, il y a de l’eau sur le sol de la tente ?!? Ouais, étrange, pas grave, je boucle mon sac et je pars alors l’eau… Quoi !!!! il n’est que 20h30 ??? Aaaahhhh, je sens que la nuit va être longue, humide… compliquée lol
Effectivement, je me suis réveillé toutes les heures à peu près pour me mettre tantôt sur le côté tantôt sur le dos, pour essayer de rester sur le matelas (il y avait de plus en plus d’eau sur le sol de la tente), pour éviter de toucher les bords de la tente qui étaient humide, pour essayer de garder au sec mon sac de couchage en le gardant bien sur le matelas, en mettant mes affaires sèches dans mon sac et mon sac sur mes jambes (super confortable pour dormir lol)




Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 4 mois - il y a 6 ans 4 mois #51801 par alan1131 -Pascal-
Et Aloooors ?? ? :dry: :whistle: :unsure:
Voilà, voilà....la suite.... :) :angry: :whistle:

Dimanche 24 mars … Plan B ou plan U comme Urgence.

J’ai très mal dormi, la pluie n’a pas cessé de tomber de la nuit, toujours plus violente, toujours plus longue.
Sur le matin, les averses se sont faites moins forte, parfois elles se sont arrêtées quelques secondes avant de reprendre de plus belle. Impossible de sortir pour aller faire pipi.
Le jour a fini par prendre le dessus sur la nuit, mais la pluie n’a vraiment commencé à se calmer que vers neuf heures.

Depuis un bon moment j’ai déjeuné sous ma tente. Je me suis habillé, et j’ai même rangé mes affaires. Dans la nuit ma veste s’est égouttée sur mon pantalon et celui-ci est maintenant trempé. Je vais tester de ne porter que le surpantalon, ça ne doit pas être pire que de mouiller le pantalon sous un surpantalon : Un test dont j’attend beaucoup… Il ne me reste plus qu’a plier la tente et la glisser dans mon sac pour repartir. Mais quand ? Vers ou ?

J’ai compris que pour Véro, c’était la cata. Elle a fini par rejoindre la tente de Jean Claude, qui finalement, a la plus spacieuse de nous quatre et peut accueillir Véro en panique. Profitant d’un répit, Je vais leur proposer le réchaud et leur porte de l’eau chaude. Véro ne peut décemment pas continuer. Tout est trempé, ses affaires, son duvet, sa tente. Inimaginable de continuer ainsi et d’envisager la nuit prochaine en bivouac. Elle envisage sérieusement de rejoindre le gite CAF de la Vacquerie et d’attendre lundi pour rentrer à Saint Guilhem. :woohoo: :( :angry:

C’est la tuile ! :S
Toutes les idées sont bonnes à prendre. Je vais chercher la carte et commence à regarder les opportunités : j’envisage de rentrer sur St Guilhem afin de récupérer la voiture. Ça nous permettrait au moins de faire autre chose le lundi que de tourner autour du Mont Ste Baudille. On peut couper par le GR7 et j’évalue rapidement la distance : une vingtaine de kilomètres. Jean Claude est partant pour rentrer aussi. Si nous rentrons tous sur St Guilhem, ça nous sauve le lundi et on pourrait revenir vers Navacelle. Tout ne serait pas perdu.


La pièce jointe Etape2image.jpg est absente ou indisponible




La pluie finalement se calme enfin, et on peut plier…enfin ramasser nos tentes et les rouler : Il y a bientôt plus d’eau que de toile dans le sac, ça va faire du propre dans le sac à dos tout ça. Elles sont autant mouillée à l’intérieur qu’a l’extérieur ; effet de condensation ? Limite d’étanchéité de la toile ? Il est presque 10 h lorsque nous quittons Les Besses en direction de St Maurice de Navacelle en suivant le GR7.



Finalement les averses semblent s’être calmées, de nouveau une pluie fine nous accompagne. Peu avant St Maurice que nous évitons, nous prenons le GR74 que nous suivons vers le Coulet. Là aussi, le balisage du GR fait défaut, mais le chemin, une belle piste pas trop boueuse ne présente pas de difficultés. Nous arrivons au Coulet et nous nous installons à l’abri d’un petit porche vouté pour déjeuner. La même pluie fine continue de tomber, mais pour une fois nous mangeons tous ensemble à l’abri et au sec. Véro va prendre son premier repas chaud depuis le début de l’aventure ; Il était temps !






Nous repartons, un peu requinqué, malgré cette pluie qui persiste encore, bien que semblant parfois se calmer. Le chemin monte à travers bois. C’est une piste forestière, plutôt sèche malgré l’eau qui a pu tomber dans la nuit. Nous ne tardons pas à descendre enfin vers le hameau des Lavagnes. Jean Claude redouble de vigilance dans la descente, ce n’est pas son exercice préféré !



La pluie a repris, un peu plus forte alors qu’on s’approche du massif qui nous sépare de St Guilhem. En passant nous vérifions si le lieu du bivouac que nous avions prévus pour le nuit du lundi à mardi à Camp Bielh est acceptable, et finalement il n’est pas si mal, situé dans une pinède plane et propre. Nous continuons vers l’ermitage Notre Dame de belle Grace.



Encore une ultime montée dans un massif rocheux parsemés de pins et enfin la descente, l’ultime descente vers St Guilhem.



Nous passons à côté de l’ermitage et continuons de descendre encore et encore sur un chemin etroit et pierreux. Enfin les derniers lacets nous permettent de voir St Guilhem.



Un dernier effort, une ultime précaution dans cette longue descente et nous passons enfin la porte fortifiée, sortie du fort qui domine le vallon ou entrée du village abbatial ? La pluie à cessée, enfin, alors que nous approchions du terme de cette rando au Plan B …
Nous traversons la rivière du Verdus et retrouvons nos voitures sur le parking.



Voilà, on est loin de l’enjeu qu’on s’était fixé. Véro et Jean Michel partent dans le village afin de se renseigner sur l’accès au gite du CAF. A l’office du tourisme elle a pu avoir le téléphone du gérant et réussit finalement à le contacter. Ils vont pouvoir se sécher et dormir au sec et au chaud.
En attendant le retour de nos amis, Jean Claude et moi remettons des affaires sèches que nous avions laissés dans les voitures puis décidons de revenir à la chapelle de Saint Sylvestre des brousses pour nous installer pour la nuit. Nos chemins se séparent ! C’était vraiment pas prévu comme ça et ça me laisse un gout amer, d’autant que le temps n’est pas encore prêt à céder la place au soleil. On remet au lendemain la décision d’aller marcher ou pas au temps qu’il doit faire le lendemain au matin.
Sur la route les torrents surgissent de partout, l’Hérault est en furie, sur le pont du diable le défilé est diabolique. Sur la route qui nous rapproche de la chapelle un ruisseau a surgit et traverse la route en un gué improvisé. On réussit à monter quand même sans encombre à la chapelle mais le pré sur lequel nous étions installés est imbibé et nous ne prenons pas le risque de nous y embourber. On s’installera un peu plus en hauteur sur un terrain sec. Les nuages s’éloignent lentement, et j’en profite pour étendre ma tente afin de la faire sécher. :(

Jean Claude fait chauffer de l’eau chaude et tous les deux partageons le fond de la bouteille de Rançio. On dîne tous les deux sur la petite table installée à l’arrière de sa fourgonnette profitant enfin d’une belle soirée, puis nous allons nous coucher dans nos voitures. :side: :pinch:
Dernière édition: il y a 6 ans 4 mois par alan1131 -Pascal-.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • titouille05
  • Portrait de titouille05
  • Visiteur
  • Visiteur
il y a 6 ans 3 mois #51828 par titouille05
Réponse de titouille05 sur le sujet Larzac méridional mode bivouac
Ah zut vous vous êtes séparé rapidement :) bon au moins vous avez gardé le sourire tout les quatres :) :) :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • titouille05
  • Portrait de titouille05
  • Visiteur
  • Visiteur
il y a 6 ans 3 mois #51897 par titouille05
Réponse de titouille05 sur le sujet Larzac méridional mode bivouac
Y a pas de suite à tout ça :huh: :huh: ;) :cheer:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 3 mois #51938 par alan1131 -Pascal-
Meu SI :whistle:
Le temps de ranger les affaires au retour de quelques jours de congès ( j'aillais dire repos :woohoo: :evil: )
et je vous envoie le CR des des dernières journées.
Merci
A bientot

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 3 mois #51943 par larti
Réponse de larti sur le sujet Larzac méridional mode bivouac
Bonjour. Je voudrais d'abord vous remercier pour cette idée de randonnée dans le Larzac méridional : cherchant sur le net comment occuper qq congés parr un petit trek dans les causses, je suis tombé dessus... Et je l'ai fait - au soleil !
Si vous êtes intéressés par un petit compte-rendu et quelques photos :
lartisan.eklablog.com/larzac-meridional-2013-c21255398

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 3 mois #51945 par jeanmichel_et_sandrine
Salut,

Tu as raison titouille!
voila ma suite sous forme de fichier pdf

:)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 3 mois #51946 par alan1131 -Pascal-

Et je l'ai fait - au soleil !
Si vous êtes intéressés par un petit compte-rendu et quelques photos :
lartisan.eklablog.co...ional-2013-c21255398


:huh: Dégouté !!! :blush:
Hé oui, c'était bien ça qu'on aurait du faire....exactement. Même pas eu l'occasion de voir l'antenne du Ste Baudille...Ni Vissec...là où la Vis est à sec ! :laugh:
Content que le parcours d'origine ait au moins servi à quelqu'un.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 3 mois - il y a 6 ans 3 mois #51947 par alan1131 -Pascal-
Suite et fin... :unsure: :angry:

Lundi 25 mars … Un lundi au soleil :S

Je me réveille tandis que le soleil se lève au dessus des oliviers entourant la chapelle.



Il va faire beau, les nuages sont chassés par un léger vent de nord qui termine de sécher ma tente étendue. Jean Claude aussi sort de sa fourgonnette et déjà met de l’eau à chauffer pour le petit déjeuner. J’envoie un SMS à Vero pour prendre le pouls de la situation. Rapidement nous convenons de nous retrouver pour aller marcher le long des gorges de la Vis jusqu'à Navacelle. On se donne rendez vous au parking de St Guilhem pour neuf heures.



Jean Claude et moi rangeons nos affaires et repartons. On se rend à St Guilhem, retrouvons Vero et Jean Michel et roulons vers Gignac ou Jean Claude doit faire le plein de Gasoil. Quelques minutes plus tard nous repartons en direction de St Maurice de Navacelle que nous atteignons vers 10h 30.



Ce sera le lieu de départ de la rando. Départ vers le bord des gorges à travers les prairies du Larzac puis descente dans les gorges par une série de lacets. Le vent est plus fort sur le plateau et dès que nous descendons nous sommes abrités. Ça nous change bien du temps que nous avions les deux jours précédents, en plus nos sacs bien allégés ne pèsent pas lourd sur nos épaules, c’est le jour et la nuit… La descente est longue et et nous arrivons en bas vers midi. Nous faisons une petite pause admirative devant la bâtisse du mas du Pont puis reprenons la belle piste qui longe la vis.



Nous nous arrêtons peu après sur un petit pont qui enjambe un torrent d’eau cristalline et nous nous installons pour déjeuner. J’ai glissé dans mon sac une bouteille de vin des Corbières et l’ouvre devant les yeux ébahis de mes amis. On n’en a pas fini d’arroser cette rando… et puis ça chasse les piètres conditions dans lesquelles nous nous trouvions quelques heures auparavant, bien arrosée…



Installés au soleil, nous trainons pour une fois, et Véro donne même un cours de topo et de boussole à Jean Michel. Jean Claude prends quant à lui un café, ça fait du bien de prendre un peu de temps.
Nous repartons. Notre chemin s’élève un peu sur le flanc des gorges et longe à présent un canal d’amenée d’eau. Il va se rétrécir et quitter le canal pour s’élever un peu plus.



Le sentier empierré n’est toutefois pas trop escarpé, et c’est un vrai plaisir de le parcourir à une allure plus sportive.
Nous arrivons enfin au terme de ce sentier et voyons surgir Navacelle niché au fond de son cirque. Le vent souffle assez fort et nous descendons vers le village.



Petit moment de repos, Véro va même faire trempette dans la Vis, mais il est temps de rentrer déja ! :) ( trempette des pieds seulement ! ):P



Nous retournons d’un bon rythme par le même chemin. Hormis la première montée pour retrouver le sentier, il a dans ce sens plutôt tendance à descendre jusqu’au Mas du Pont. Au Village, il est indiqué 6,5 km jusqu’au mas du Pont, et 9,5 km jusqu'à St Maurice.



C’est sur une bonne moyenne que nous arrivons tous les quatre au Mas du Pont de quoi nous réjouir tout de même sur notre capacité à aligner les kilomètres. Il faut dire que Jean Claude et Jean Michel ont mis le turbo aussi…
C’est le dernier effort à fournir, dernière montée pour retrouver le plateau. Jean Michel s’est même vu pousser des ailes, puisque nous ne le verrons plus qu’au sommet, enfin presque, puisque ne nous voyant pas arriver il va redescendre afin de vérifier s’il ne s’est pas trompé. Dernière photo sur le bord des gorges et nous rentrons vers St Maurice ou nous retrouvons nos voitures.



Ultime moment de ce grand weekend. Nous rentrons sur Saint Guilhem. Véro ne tient pas plus que ça à retourner au gite et passer cette ultime soirée séparés. Ils vont reprendre leurs sacs et nous retournons à notre vallon des brousses. Nous nous garons comme la veille au niveau supérieur non loin de la chapelle, et installons cette fois deux tentes, ma Power Lizard que Véro souhaite tester et la dôme de passe que j’avais emportée.



Jean Claude met de l’eau à chauffer et nous prenons enfin tous les quatre un petit apéro en terminant la bouteille de Quintillus. Ultime nuit donc, nuit d’avant plein lune qui éclaire notre soirée. Nous dînons ensemble puis partons nous coucher.
Dernière édition: il y a 6 ans 3 mois par alan1131 -Pascal-.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 1.652 secondes