L'accès aux forums est public,
pour y écrire : il faut être enregistré comme membre (100% gratuit, 1 minute) afin de nous préserver des spams et autres messages indésirables
ou connectez-vous si vous êtes déjà membre

Question Balade Pyrénéenne..HRP à contre-courant..36 jours de bonheur

Plus d'informations
il y a 6 ans 8 mois #49920 par Nikozorey
J15 19/08/12 samedi

Première un peu bof car finalement, ce n'était pas vraiment plat et je me suis souvent réveillé à côté du matelas, enfin j'ai quand même fait un premier cycle de sommeil de 5 heures sans réveil...suffisant pour moi en général.

Le soleil se lève à l'est (étonnant !). :silly:





Chez bibi. :)










Je trace vers 7h40. Un peu plus haut au parking, je croise quatre français qui vont passer la nuit à Airoto. Un d'eux galère à caser ses multiples bolino dans son sac, je lui dit que je les vide dans un sac congélation pour gagner de la place.
"Et pour la conservation et le dosage ?"
"Bah, on fait à peu près !" :whistle:
Je les laisse à leur répartition de poids et continue la montée non sans m'être arrêté faire le plein à une source bien fraîche près du sentier (rive D du vallon vers 2060m) : miam !
:)
Voici l'estanyol de Clot de Moredo, au fond complètement à droite le Mont Roig et au centre le port de Salau (coucou Bruno !).





Même estanyol avec le pic de Moredo.





Le chemin parcouru.





J'arrive au col peu avant 9h. Vue nord-ouest vers Montgarri : bonnes conditions, c'est drapeau vert.
Un gros malin a rajouté un Y à Airoto, sûrement un vicieux habitant du pays Toy...ou du pays Airotoy, inconnu au bataillon il me semble.
:P





Vers l'ouest avec le lac d'Airoto.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 8 mois #49921 par Nikozorey
Arrivé avant 10h à la cabane d'Airoto, j'y rencontre Oilol (pas sûr) et sa chienne fofolle Hiro qui est bâton-addict !
On discute ensemble plus d'un heure devant un bon café. Bon si on parlait la même langue ça aurait pris 10 minutes mais c'était néanmoins très agréable.
:blink:
Salut vous deux !
:)
Et là Ildépute de Mortecouille ! :woohoo: Plus de chapeau ! :(
Je vais faire un tour au lac puis reviens à la cabane pour attendre les français qui l'auront peut-être trouvé et ramené. J'attends longtemps sans les voir puis me décide à manger en me disant qu'ils doivent traîner ou faire une variante.

Le lac.





Le lac et le col de clot de Moredo.





13H, toujours pas de français...du coup je planque mon sac et remonte furieusement au col à 1000m/h ! :angry:
Pas de chapeau au col ni un peu plus bas de l'autre côté...je redescend encore plus vite et vais me calmer et me rafraîchir au lac.
Finalement le temps est bien passé donc je décide de m'installer à la cabane pour faire une petite sieste et aviser plus tard. :pinch:

Ecrit à 15h32 devant la cabane d'Airoto


Pendant que, allongé devant L'Equipe, j'hésitais à m'ouvrir une deuxième tablette de crunch, un couple d'anglais arrive. Flo and Ben, qui font la HRP vers l'est (comme tous ceux que j'ai rencontré jusqu'à présent d'ailleurs, ah Panurge !), et vont resté ce soir dans la cabane.
:)
On entame la discussion (in english sir of course !) et allons ensemble au lac refaire de l'eau. Le temps passe et ils mangent très tôt, du coup moi aussi et je finis donc par me décider à rester là ce soir.

Voici Ben en train de nettoyer sa tente à la lingette, la veille ils n'ont pas trouvé d'emplacement de bivouac mieux qu'un champ de bouses, maintenant faut nettoyer !
:woohoo:





Quelques photos qui traduisent bien comment cette cabane est douillette, la vallée est aussi très belle, un petit havre de paix, on a envie d'y rester.
:)
















On se fait évidemment une orgie, ils m'avouent qu'outre le plaisir, un des objectifs secondaires était aussi de perdre du poids, objectif atteint dès le Pays basque où la chaleur fut telle que Ben a fait des journées à plus de 7 litres d'eau ! Ceci sans compter le soir où il consommait encore 2 ou 3 litres entre cuisine, tea, etc...
Je ne me rappelle pas leur perte de poids exacte mais c'était assez conséquent.
A ce sujet, pour ma part, j'ai en général trouvé l'eau assez facilement. En gros, j'avais toujours minimum ½ litre d'eau sur moi mais ai rarement du porté plus d'un litre et demi, enfin on est pas encore au chapitre matos...
:evil:
Je ne suis pas un exemple sur ce point mais Ben est vraiment obsédé par la bouffe (pardon Ben !), et il farfouille dans la cabane, il y trouvera un gros sac de tranches de pain dur. Il s'en tapera quelques unes avec de l'huile d'olive.
Sur la table, il y a des tomates avec un mot en espagnol disant : "laissées le 14/08/12, mangez les avant qu'elles ne soient plus bonnes !"
Je nous fait donc une petite salade avec un peu d'ail, j'en ai toujours quelques gousses.
Au bout d'un moment, il trouve une brique de vin rouge espagnol (pas encore périmée !) et dit : "oh shit, je l'ai ouvert par erreur, faut la boire maintenant sinon ce ne sera plus bon après..."
:ohmy:
Avec Flo, on est mort de rire, quel numéro ce Ben !
Toujours dans la bonne humeur, s'enssuit une soirée très agréable et des :
"Hum, vraiment dégueu ce pinard, je m'en ressers un peu ! Vous en voulez ? "
en choeur : "YES SIR !"
:P :woohoo:
Je passe sur les quelques coups de gnôle immonde et inconnue découverte aussi par Ben !
:sick:

Ecrit à la cabane d'Airoto, heure non-notée, un poil bourré !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 8 mois #49922 par Donnel

Nikozorey écrit: Au bout d'un moment, il trouve une brique de vin rouge espagnol (pas encore périmée !) et dit : "oh shit, je l'ai ouvert par erreur, faut la boire maintenant sinon ce ne sera plus bon après..."
:ohmy:
Avec Flo, on est mort de rire, quel numéro ce Ben !
Toujours dans la bonne humeur, s'enssuit une soirée très agréable et des :
"Hum, vraiment dégueu ce pinard, je m'en ressers un peu ! Vous en voulez ? "
en choeur : "YES SIR !"
:P :woohoo:
Je passe sur les quelques coups de gnôle immonde et inconnue découverte aussi par Ben !
:sick:
Ecrit à la cabane d'Airoto, heure non-notée, un poil bourré !


Salut Niko B) ,

Moi croyais que tu étais un randonneur sérieux :P ! La vache, c'est la fiesta dans toutes les cabanes que tu traverses, Henry Russell se retournerait dans sa tombe :cheer: ! Je comprends mieux les 36 jours de bonheur ... :laugh: !

Donnel

Entre ciel et terre, nuages, villages et sentiers magiques, la randonnée éternelle...

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 7 mois #49933 par Nikozorey
Salut tous ! :)
Je vous répond avant de poursuivre le récit.

:) Jean-Claude :

C'est l'un des aspects du sérieux des montagnards : à défaut de servir à soi, çà peut secourir les autres !...

Complètement d'accord avec toi, c'est vrai en montagne mais cela l'est aussi dans la vie de tous les jours. Je pense même que tout le monde devrait passer les premiers secours, quelques journées de formation suffisent.
Dans le même sens, en itinérance j'ai toujours deux ou trois repas d'avance au cas où je rencontrerai quelqu'un dans la galère.
Bien sûr, l'objectif premier est d'assurer ma propre sécurité, mais ce qui peut me "sauver" moi peut également "sauver" les autres.

Je commence aussi à avoir du mal avec les personnes rencontrées en montagne sans équipement type trousse premiers secours, carte(s), boussole, abri d'urgence (poncho, tarp, tente,...), vêtements adaptés (froid et pluie/neige), etc..et/ou pas ou peu d'eau ni rien à bouffer.
Citation d'une personne "à poil" rencontrée par là-haut :
"Oui, mais dans la montagne, il y aura toujours des personnes "Saint-Bernard" comme toi pour nous sortir du caca !"
:ohmy:
Je n'hésiterai pas une seconde à m'exposer (sans me mettre en danger) pour secourir quelqu'un mais ce genre de discours m'irrite particulièrement.

:) Jérôme, j'ai commencé à lire ton CR de la Senda et effectivement, il y a quelques similarités, notamment quelques blagues douteuses !
:P
En tout cas, encore bienvenue par ici et pense à te connecter pour poster, en plus j'aime bien ton avatar c'est dommage qu'il n'apparaisse pas.

:) Donnel
N'oublions pas que l'hydratation est essentielle à notre survie, surtout en randonnée !
:ohmy: :P :woohoo:
@+ B)
Niko

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 7 mois #49949 par Nikozorey
J16 20/08/12 samedi

Réveillé vers 6h30, je traîne un peu et ne me lève qu'à 7h15, ça ronfle dur à côté ! :cheer:
Je sors sans bruit pour aller préparer mon petit déjeuner dehors.

Ne voyant ni Flo, ni Ben sortir, je vais faire un petit tour en attendant qu'ils émergent (je ne voulais pas les réveiller).
On discute un moment pendant leur breakfast et je file juste avant 10h.
A nouveau une chouette rencontre et une soirée sympa que l'on pourrait aussi qualifier de buccolique... :blink:
Salut vous deux, j'espère que vous avez pu bien profité de votre journée-repos et de votre deuxième nuit ici ainsi que de la fin de votre balade.
Seeya ! :)

Peu après mon départ, deuxième petit déjeuner offert par la montagne ! :)





Ma technique est simple pour manger les framboises, j'en prélève deux, une va direct au fond du gosier et l'autre en réserve.
Quand la réserve est assez conséquente, je me régale à les manger par poignées !!!
:woohoo:
Spectacle à mon avis assez rigolo pour qui me surprendrai à ce moment avec le jus de framboises dégoulinant de mes babines !
Fou afez dit fampire !
:P
Petite vue en arrière depuis le col entre Airoto et Rosari.
Adieu Airoto et à une prochaine, c'est sûr.
:)





Et adieu col voleur de chapeau ! :pinch:





Je quitte un petit paradis pour en trouver un autre derrière le col, c'est un peu l'histoire de la matinée (de la traversée ?), que du bonheur.
:)
C'est du "hors-sentiers" jusqu'au port de la Bonaigua, ou plutôt du "entre et sur les différents sentiers".
Photo prise peu après le premier col de la journée avant d'apercevoir l'étang supérieur de Rosari et le(s?) Plan(s?) d'Izavarre, au fond c'est le tuc de Bonabe (pas sûr du tout...).





Ensuite je descends vers l'étang de Rosari d'Arreu et décide d'aller voir la vue depuis la crête de Los Escalirons. J'y trouve une sente cairnée qui passe à flanc (nord) des Serrat de Garrabea et mène au sud des estanyoletes de Garrabea. La sente débouche sur un petit col un poil plus au sud que celui prévu.
Vue en arrière, le chemin parcouru.





Idem avec les étangs de Garrabea.










Et voici la vue "en avant" avec l'estany Pudo et le col éponyme.


Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 7 mois #49950 par Nikozorey
Sur la photo suivante, on voit le col emprunté au centre, une trace en descend sur la droite, bien raide dans la pierraille au début.
Le col que j'avais normalement prévu d'emprunter est plus à gauche sur la photo. Je suis passé au sud de l'estany Pudo alors que le topo conseillait de passer au nord et par l'autre col mais c'est tellement bon d'explorer et de créer son propre itinéraire...et puis ça passait très bien.
:)





"A fond les ballons, Léon !" plein ouest après le col de l'estany Pudo, c'est toujours aussi beau. :)





Coucou les filles ! B)





Après le Bassa de Boscas, plutôt que de descendre rejoindre le sentier qui longe la route (beurk), je monte nord-ouest vers le sommet côté 2311 et atteint le petit plateau dominant le port de la Bonaigua.
J'y fait une rencontre un peu glauque, les charognards n'ont apparemment pas fini leur assiette. :ohmy:





Après le cheminement est simple, je me retrouve juste au dessus du restaurant du port de la Bonaigua, il suffit de descendre tout droit (pente herbeuse un peu raide).
Le menu à moins de quinze euros m'attire énormément, il est 13h, je craque et m'installe à une table (je crois même moins de dix euros mais pas vraiment sûr).

Une très bonne idée, le repas est très copieux et à mon goût :) :
- bouillon avec croutons et fromage (rapé SVP !) avec une louche d'huile d'olive
- grosse saucisse (genre de Toulouse mais moins bonne quand même faut pas déc.....) accompagnée d'un mélange de frites ultra grasses, tomates, rapé et oeufs (!!!)
- fromage blanc
- bière comprise
:P
De plus la patronne parle très bien français.

Par contre, peut-être que je détonnais un chouia dans le décor mais le service fut très rapide. Je luttais encore avec ma soupe brûlante (bouillante) que la serveuse m'apportait déjà le plat de saucisse-gloubiboulga ! Bon, une fois la soupe buvable, j'ai très vite rattrapé le retard voire même pris de l'avance...
:P
...après il faut dire que le restau n'avait pas le droit de servir sur la terrasse, était plein, ça courait partout et j'occupais une table de quatre à moi seul, il est aussi possible que mes chaussettes séchantes soient restées accrochées au sac, sac qui trônait dans un coin de la salle qui s'avérait être un coin très visible (une sorte de coin en plein milieu quoi)...donc euh moyen glop compréhensible...
:woohoo: :blink: :blush:
...mais finalement Dame patronne s'intéressât de mon sort au moment de régler la factura. Ce dernier dévoilé, sourires, chaudes félicitations et encouragements apparurent.
Merci Madame.
:) :) :)
Un "vrai" expresso dégusté, un peu de pain et un bout de fromage négociés, je repars vers 13h30.
Comme vous avez pu le constater, c'est la première journée moyenne niveau météo, il fait lourd et je commence à entendre le tonnerre au nord-est.

Je plonge donc rapidement dans le val de Ruda. Je pensais aller à Colomers voire Amitges ou par là bas mais ça fait encore un petit bout et normalement le bivouac est interdit dans le parc d'Aigues Tortes, et surtout j'ai l'impression que l'orage se rapproche.

Du coup, au cas où l'orage arriverai, je vise la cabane de Ruda qui apparaît sur ma carte mais pour laquelle je n'avais pris aucune informations....adieu Amitges...et elle est complètement en ruines, à moitié écroulée. Même pour un abri d'urgence en cas d'orage, je n'y serai pas serein, le reste du toit risque déjà de s'écrouler sans précipitations.

Deux résidences secondaires sont toutes proches, l'orage n'arrivant pas, je m'installe sur la terrasse d'une des deux pour faire la sieste sachant que si ça pète, je serai abrité.
Je suis réveillé par quelques gouttes et des coups de tonnerre, je décide donc de descendre à Salardu car outre le temps incertain, je n'ai plus grand chose à manger et souhaite acheter un nouveau chapeau.
:pinch:
La descente par une looooongue piste puis au bord de la route n'est pas vraiment trépidante mis à part le fait que je cours tout du long pour éviter l'orage qui finalement ne viendra pas.
:angry:
Je suis en train de sortir de Vaqueira lorsqu'un 4x4 s'arrête de l'autre côté de la route, le conducteur sort et me fait signe de loin. Je vais jusqu'à la voiture en me demandant bien qui est-ce et ce qu'il me veut.
:dry:
En fait ce sont les quatre français rencontrés hier, ils ont bivouaqué de l'autre côté du lac d'Airoto et fait une variante depuis le col pour rejoindre le lac, ils rentrent en France et ont mangé à midi avec Flo et Ben à la cabane.

"Alllez monte jeune !" :cheer:
"Cool merci, z'auriez pas vu mon chapeau ???" :whistle:
"Oui on l'a !!!" :ohmy: :laugh: :woohoo: :silly: :) :) :)

La cerise sur le gateau !!!
Je saute partout intérieurement, j'ai envie de les embrasser et en plus ils me descendent à Salardu en voiture pour éviter les trois ou quatre kilomètres restants de goudron. Mal fixé au sac, il était tombé un peu avant le col.

Dix minutes après, je suis tout seul au bord de la route à Salardu, je prends mon sac, un peu ivre de ces émotions et entre au hasard dans le village, un gamin me rattrape pour me rendre mes lunettes de soleil oubliées (ou mon appareil photo je sais plus en fait mais un truc important) par terre là où les quatre compères français m'avaient déposé !
:blink:
Pfiou quel bordel !!!
J'ai marché un moment au bord de la route avant de passer dans le "centre" de Vaqueira et donc de m'en éloigner puis de la rejoindre à nouveau, à quelques minutes près on se ratait mes chers anges-gardiens de chapeau !
Adieu les gars !
Timing parfait ! Merci infiniment ! A la prochaine !
:) :) :)
Je pose mes affaires au refuge Rosta et vais faire quelques courses, des cèpes séchés et des saucisses de Strasbourg entre autres...miam !
:P
Home sweet and very hot home !
Nuit confortable au sens propre mais j'ai crevé de chaud , même si j'avais un dortoir pour moi seul.





Là, j'attends impatiemment le repas sur la terrasse donnant sur la place Major devant un verre de sangria "maison" à trois euros, olé !
Un peu bof d'ailleurs mais je n'aime pas la sangria !
:P
Le refuge n'a pas de cuisine libre, c'est à savoir.
J'ai demandé où je pouvais cuisiner, le boss m'a répondu dehors... :unsure: ...après hésitations, j'ai finalement concédé un extra dans mon budget pour la demi-pension, la seule fois de toute ma balade...

Ecrit à 19h31 sur la terrasse après la douche

Les "pan con tomate" en amuse-gueule sont délicieux.
Ensuite arrivent des assiettes de pâtes au pistou très bonnes mais pas très copieuses. Je me dis direct que je vais sûrement devoir re-manger plus tard...
:pinch:
Finalement non, heureuse surprise, les pâtes n'étaient que l'entrée car un énorme plat de riz et veau en sauce à la crème et aux champignons fait suite, en plus toutes les portions sont trèèès copieuses pour un plat principal mais la mienne bat des records !
Et une crème citron meringuée pour finir s'il vous plaît !
:woohoo:
Comblé gustativement (et quantitativement) par le repas, je le fut également par la compagnie, Sylvie et sa soeur ainsi que leurs maris (Michel et ...) qui finissent une itinérance de quelques jours dans le parc et un autre couple de français qui entament quasiment le même tour.
Ces derniers m'offriront un coup de rouge bienvenu. :P
Sylvie est très bavarde, on discute beaucoup tous ensemble de montagne et de matériel (elle prend même des notes !), d'appétit aussi vu ce que je m'enfile comme calories !
Ensuite le patron nous fait la visite de son exposition actuelle sur la stéréoscopie et la photo de montagne, un passionné passionnant !
:)
Soirée en somme une énième fois très agréable après cette super journée forte en émotions.

Ecrit à 22h12 au lit

Refuge Rosta
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 7 mois #49951 par Nikozorey
J17 21/08/12 mardi

Réveillé vers 6h, je pars me promener dans le village vers 6h15 en attendant le petit déjeuner qui n'est qu'à 8h et qui s'avèrera moins fameux que le dîner tout en restant honorable.
Un enchaînements de moments... :)
Un moment comme lorsque s'éveille un village...celui-ci fut savoureux et savouré. :)








La place Major et le refuge Rosta en face.





Ces mots signifient
que tu vivras ta vie
sans aucun souci
philosophie : Hakuna Matata !!!
:P
(je la connais par coeur comme nombre d'autres chansons débiles et joyeuses !)
:silly:





Ptit déj sympa avec les mêmes qu'hier soir.
Salut vous tous !
:)
La soeur de Sylvie et son mari (dont je n'ai pas su les prénoms malheureusement) m'amènent en voiture jusqu'au parking devant l'hôtel dans le vallon du riu d'Aiguamotx, pile au nord du site de Colomers.
Grand merci à vous deux pour le détour et aussi pour les barres miel sésame (miam) , en espérant que la suite de vos vacances se soit bien passée au Pays Basque.
:)
Je me retrouve à monter une jolie vallée sur un joli sentier, mais ce sentier croise régulièrement une piste qui remonte aussi la vallée et où des taxis 4x4 montent à pleine balle des promeneurs fainéants en soulevant de beaux petits nuages de poussière...
:blink: :pinch:
Le refuge et le lac de Colomers depuis le barrage.





Je met une petite heure pour arriver au refuge à travers les nombreux gens dont certains en tongs, en maillots de bain, qui ne répondent pas forcément à mes "ola", qui ne se laissent pas passer de bon coeur ou même pas du tout, qui rentrent avec leur chaussures dégueu dans le refuge parce qu'ils ont glissé dans la boue et n'ont pas vu le panneau "enlevez vos chaussures S.V.P.", etc...
:pinch: :angry:
...je finis par monter, un peu irrité, quasiment en courant à côté du sentier pour éviter les gens...
:angry: :evil:
La civilisation proche attirerait-t-elle les incivilités ?

Je prends une bière au refuge de Colomers auquel j'arrive à 11h, je vais me la siffler avec une clope et un bout de fromage au bord du lac.
Un petit bout de sieste plus tard, je remonte au refuge et y rencontre Fred et Azedine, deux belges en balade de 5 jours par ici. Ils m'offrent une bière puis arrive Lionel et Max son fils de 10 ans.
Ils se sont déjà rencontrés et sont tous ici depuis et pour quelques jours, Lionel et Max en tente et Fred et Azedine de refuge en refuge.

On discute un long moment, tous trois autant admiratif de Max que de Lionel aussi baléze que son sac, un monstrueux bordel de plus de 25 kg et 80 litres.
:woohoo:
Fred et Azedine ont plus ou moins abandonné le bivouac à cause du poids excessif de leurs sacs sur une précédente balade de plusieurs jours. On est tous d'accord sur le fait que le budget est évidemment plus élevé (si on ala matos de bivouac), qu'on a pas le plaisir du bivouac, que l'on perd en liberté, etc...
:)
En plus Fred a fini la nuit précédente sur un banc dans le réfectoire du refuge car c'était apparemment insupportable dans le dortoir !
:side:
Tout ça plus mon sac, son contenu et son poids vont certainement permettre d'agrandir la communauté MUL de deux belges de plus, nationalité déjà bien présente sur RL.
Salut les Belges ! :)
Salut Max et Lionel ! :)

On débat un moment avec Lionel car il me fait douter du temps de parcours pour rejoindre la Restanca, Gérard (P-Team) donne 5h , Véron 4 ou 5h il me semble mais dans l'autre sens, et Jérôme Bonneaux (je ne le saurai que plus tard) lui, donne 3h dans le bon sens.
Lionel, quant à lui, pense plutôt à 6 bonnes heures... :ohmy:

Après le site de Colomers qui, quoique objectivement superbe, m'a vraiment déplu du fait de la masse de gens (et des taxis qui les amènent), il y a moins de gens et le parcours n'en est, pour moi, que magnifié.

Note originale du carnet : "lac Colomers, beau mais trop de monde, je préfère les lacs non-artificiels et sans refuge au bord, là c'est l'usine !"
:P
Je double trois personnes luttant dans un des passages "coup de rein" de la montée au Port de Caldes.





"Bon dia !"
"Bon dia !? Catalan ? "
"Portugues ! "
"Ok ! Parabeix ! Obrigado ! "
"Ok ! Félicitations ! Merci ! "
Ce sont les seuls mots que j'ai ramené de mes séjours à Lisbonne, au passage pour ceux qui ne connaissent pas le Portugal, c'est super et les Portugais sont des gens très vivants et très accueillants.
:)
Puis j'ai filé, j'avoue que cet histoire d'horaire m'a tarabusté et je suis donc en mode "on trace" pour voir combien de temps il me faut pour rejoindre la Restanca, c'est la première fois du trajet que j'essaie de calculer ma vitesse d'évolution.
:whistle:
J'arrive au port de Caldes, vue en arrière (est).





Puis je descends vers l'étang du port de Caldes où je m'arrête prendre de l'eau.





Je me rend compte qu'après le coup du chapeau (!), j'ai oublié ma bouteille d'eau en plastique à Salardu, qui, ajoutée à ma poche à eau de deux litres, me donnait trois litres et demi de capacité et aussi était bien pratique à remplir dans un plan d'eau plat (c'est toujours plat un plan d'eau, non ?)...
...plus que la poche à eau direct en tout cas (dites moi que je ne suis pas le seul à avoir galérer à faire ça ! ...et oui je sais ya des poches à eau à grande ouverture...)
...je réussis tant bien que mal à remplir un litre d'eau...
:huh:

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 7 mois #49952 par Nikozorey
Etang de les Margades





Etang des Monges





En gros depuis le port de Caldes jusqu'à la Restanca, c'est de la descente et un peu de plat, ça ne remonte pas beaucoup pour atteindre le coret d'Oehlacrestada.

Ensuite, environ 250m négatif jusqu'au lac de Cap de Port dont bien 100m de pierrier où je double facilement quatre espagnols. Peu après, le gros du pierrier franchi et l'attention du coup sûrement un peu relachée, je fais pas gaffe et mets le pied gauche sur une pierre pas stable, grosse torsion évitée grace au bâton et à l'autre jambe...mais un petit peu tordu le genou quand même...bon je finis la descente coolos pour me poser près du lac...
:S





Ah on ne m'y reprendra plus, être concentré, faire corps, etc...est nécessaire pour l'évolution en montagne en général, certains terrains de par leur exigence, nécessitent un effort supplémentaire de concentration, l'évolution rapide également, question d'engagement mais qu'est ce que c'est grisant !
:)
Je pense à l'histoire du gars qui finit une longue itinérance, ou une course d'alpinisme engagée, ou ce que vous voulez et qui se pète la jambe sur le parking à deux mètres de sa voiture...
:ohmy:
Dans l'herbe au bord de l'eau, je m'arrête longuement, fait quelques étirements puis vais me "tremper" les genoux dans l'eau fraîche pendant une bonne vingtaine de minutes, brrrr gla !
:)




Le col d'Oehlacrestada depuis le lac de Cap de Port





Une-euh magnifique-euh percée-euh Thierry-euh ! :P





Meuh ? :P






Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 7 mois #49953 par Nikozorey
Finalement en m'arrêtant galérer pour l'eau j'ai mis environ une heure vingt :P , sachant que la Restanca est à peine un quart d'heure plus bas, j'aurai bien pu poussé jusqu'aux étangs de Rius pour le bivouac mais là avec le genou...euh...bon continuons la pause déjà...

Ecrit à 17h31 sur le bord nord du lac de Cap de Port


J'ai revu un des portugais, un de ses amis était malade du bide, du coup lui plutôt en forme était parti devant pour prévenir le refuge de leur retard au repas. Un peu plus tard, squattant toujours mon carré d'herbe, je vois les deux autres arriver, le "malade" en a bien chié (sens propre et figuré) mais là il vient de vomir :sick: et ça va mieux, je leur propose des médocs mais ils ont tout ce qu'il faut.
"Boa tarde !" :)

Finalement j'ai posé mon tarp de l'autre côté du lac à l'abri du vent, refait un peu de cryothérapie et là le coucher de soleil est splendide avec un bolino hachis parmentier agrémenté d'emmental (celui ou si l'autre il en a pas, il fait un malheur !), de tomme et de magret de canard séché (mais coulant de graisse) que je bisserai d'ailleurs !
:P





















Dodo 21h47 :)





Ecrit à 21h44 dans le duvet au bord du lac de Cap de Port

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 6 ans 7 mois #49956 par Nikozorey
J18 22/08/12 mercredi

Il fait doucement jour quand j'ouvre l'oeil.





Bien dormi, levé vers 7h15...





...et parti vers 8h30...









...je croise les portugais juste avant la Restanca qui remontent pour continuer leur tour, la nuit s'est bien passée, le ventre va mieux.
À +, bonne balade !
:)
Je m'arrête prendre un vrai café que je déguste sur la terrasse fraîche car pas encore ensoleillée. J'y discute avec une dame française patiente accompagnant son mari pécheur qui gambade allègrement autour du lac et avec Yoan qui attend son pote Guillaume pour trois jours de rando...je descends ensuite jusqu'au pont de Rius...pas de Guillaume en vue...salut Yoan, j'espère que ton pote ne t'a pas fait trop attendre...chose qui semblait assez attendue en même temps !
:P :silly:
Adios Restanca et lac artificiel ! :huh:





Je pense à sortir la carte et m'aperçois qu'il était possible de "couper" quasi à flanc depuis la Restanca ce qui m'aurait fait gagné 200m positif et négatif...

Le genou tordu n'a pas gonflé, heureusement mais je ne suis pas vraiment serein et ça tire un peu. J'entame la montée vers l'étang de Rius en me demandant si je ne ferai pas mieux de descendre me reposer et éventuellement consulter à Vielha.
:whistle:
Je traverse au bout d'un moment la rivière et rejoins le sentier venant de la Restanca. Il fait chaud et sur le sentier dans un virage, je découvre un arbre qui d'après ce qu'on voit de la suite du sentier semble être le dernier point d'ombre avant un bout de temps.
Je m'arrête, tout transpirant et me fait une clope en projetant de manger et siester là...
Voilà l'arbre : B)





Un petit groupe arrive d'en haut et s'arrête également profiter de l'ombre rafraîchissante à mes côtés.
Ces français font quelques jours sur la HRP, l'un d'eux s'installe et demande à un autre de regarder ses genoux parce que "ça tire" !
Une des femmes du groupe dit joyeusement que c'est pratique d'avoir un kiné dans le groupe...
:cheer: :woohoo: :)
Mon dieu, que j'ai le cul bordé de nouilles !
:P
J'ai donc droit à une petite consultation/auscultation en pleine montagne !
B)
Verdict : "Rien de grave jeune ! Vas-y mollo pendant quelques jours et continues à mettre tout ça dans l'eau régulièrement."

Il me donnera même un exercice de renforcement à faire plusieurs fois par jour, et me déconseillera par contre fortement d'enchaîner sur l'étape passant par le coret de Mulleres normalement prévue le lendemain. Ils ont d'ailleurs évité cette portion en contournant la Maladeta par le sud en venant du camping Aneto et selon eux cette étape de moindre difficulté n'était déjà pas de la tarte.
Je les remercie et leur donne quelques informations sur la suite de leur trajet.
Salut à vous ! Merci encore !
:) :) :)

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Fabien78
Temps de génération de la page : 2.167 secondes